Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 11 - 2018

Plus de 120 mécaniciens et ingénieurs de maintenance ont tenu, hier, un sit-in de protestation devant la base de maintenance d'Air Algérie, sise à Dar El-Beïda, à Alger. Contacté au téléphone par Le Quotidien d'Oran, le président du Syndicat national des techniciens de la maintenance avions (SNTMA), Ahmed Boutoumi, a expliqué que les travailleurs ont mené cette action de leur propre chef. Un débrayage qui rappelle celui de juillet dernier lorsque près de 150 mécaniciens et ingénieurs de maintenance avaient manifesté pour dénoncer le climat de tension qui règne au niveau de la compagnie nationale aérienne. Si en juillet, Boutoumi avait intervenu auprès des protestataires pour les raisonner, cette fois, il avoue que ces derniers sont fatigués de devoir attendre une réaction de la tutelle pour satisfaire leurs revendications. «Se sentant lésés et n'ayant rien vu venir à travers les voies légales, ils ont décidé d'outrepasser le syndicat», explique notre interlocuteur.
Quant à l'implication du SNTMA dans ce mouvement, il tient à rappeler son caractère légaliste même si ces nombreuses actions n'ont mené à rien. Tout comme la première fois, «personne n'est venu parler avec les travailleurs», regrette-t-il, soulignant par contre que c'est un inspecteur de travail qui a pris contact avec le syndicat pour voir s'il est impliqué dans ce mouvement. Il affirme également que la situation a empiré depuis et que les travailleurs dénoncent des licenciements et des ponctions de salaire injustifiées ainsi qu'une pression de plus en plus grande. Les grévistes insistent, pour le moment, sur le caractère illimité de leur débrayage jusqu'à satisfaction de la plateforme des revendications. Rappelons que le SNTMA avait annoncé le «gel provisoire» de son préavis de grève après une décision de justice. Selon son dernier communiqué à ce propos, le syndicat affirme qu'un «jugement de la cour de Dar EI-Beïda a été prononcé, le 29 juillet 2018, ordonnant le gel du préavis de grève jusqu'à ce que la chambre sociale de la cour de Dar EI-Beïda se prononce sur la plainte déposée par la direction générale à l'encontre de notre corporation et cela à partir du 5 août 2018». Avant cette décision de justice, le SNTMA avait décliné l'invitation de la direction générale d'Air Algérie qui le conviait à une réunion avec pour ordre du jour «mettre fin à la surenchère corporative» et «arrêter les modalités d'une opération de benchmarking», le benchmarking étant une technique marketing ou de gestion de la qualité qui consiste à étudier et analyser les techniques de gestion, les modes d'organisation des autres entreprises afin de s'en inspirer et d'en tirer le meilleur.
Le communiqué n°16/2018 du syndicat, en date du 11 juillet dernier, indique que le 9 juillet -jour du dépôt de préavis de grève-, il a été destinataire d'un courrier de la part de son employeur et de s'interroger sur les raisons d'une telle démarche. Le document précise que le 2 juillet, «plus d'une année après le début de nos revendications», leur direction générale avait fait cette proposition à l'assemblée générale extraordinaire, qui avait voté pour la grève, «qui l'a rejetée d'une manière unanime». Le SNTMA rappelle que «la décision de cette dernière est souveraine et irrévocable». Le syndicat trouve suspect qu'à chaque revendication, on propose de faire un benchmarking ou un projet d'étude et de rappeler les précédentes études «coûtant des sommes colossales à l'entreprise», citant à titre illustratif les projets Bidat, la commission Ram, Tunisair et Air France ou encore le projet Cetic «qui ont tous fini dans un tiroir sans fond».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.