Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2018

Il n'y pas que les pétro-monarchies arabes ou les «pays de m…», ainsi qu'il a qualifié certains, que Donald Trump traite avec condescendance et profère à leurs égards d'humiliants propos. Le président de la France, pays ami des Etats-Unis et historiquement leur plus ancien allié, l'a appris à ses dépens en prenant connaissance de la bordée de tweets que lui a destinés le fantasque président américain aussitôt rentré de son séjour parisien durant lequel il a pris part aux cérémonies commémoratives du centenaire de la signature de l'armistice qui a mis fin à la Grande Guerre de 14-18.
Donald Trump a en effet tweeté sur son homologue français et son pays des considérations qui, au-delà de leur prétention à l'ironie, ont été révélatrices du peu d'estime qu'il a et pour l'un et pour l'autre. En résumé, les tweets de Donald Trump ont visé à faire comprendre qu'il n'est pas près d'oublier qu'Emmanuel Macron a été «insultant» à l'égard des Etats-Unis en remettant sur le tapis l'idée de la création d'une armée européenne distincte de l'OTAN dont le leadership est assumé par l'Amérique.
La rancœur à l'encontre de Macron et de son pays, Trump l'a fielleusement distillée en se gaussant sur la faiblesse du niveau de popularité qu'à le premier auprès de ses propres concitoyens et en sous-entendant de façon déshonorante pour le second qu'il a été peuplé de «collabos» avec l'Allemagne nazie ; cette même Allemagne avec laquelle il voudrait créer aujourd'hui une armée européenne destinée, selon le propos de son président, à protéger l'ensemble européen du danger qui pourrait venir de la Russie, de la Chine et même de l'Amérique.
Macron s'est indéniablement trompé en pensant qu'en tissant avec Trump une relation personnelle amicale et dénuée de calculs, il parviendrait à l'influencer et lui faire changer sa vision sur les rapports qu'il estime être ceux de son pays et l'Europe agrégée avec lui dans l'Alliance atlantiste.
Il a fait l'erreur de considérer que «l'Amérique d'abord et qu'elle est de retour», que Donald Trump n'a de cesse de marteler en tant que candidat d'abord puis en tant que président en exercice, n'a été qu'un slogan électoral qui n'allait pas prêter à conséquence sur les liens américano-européens. Il aurait dû comprendre qu'il se méprenait sur le personnage dès le camouflet qu'il a infligé à l'Europe en faisant cavalier seul sur le dossier du nucléaire iranien et en lui intimant avec une humiliante arrogance qu'elle doit cesser toute transaction commerciale avec Téhéran sous peine d'être elle-même sanctionnée.
Trump est le produit d'une Amérique qui ne se prétend plus «vertueuse» et exemplaire «dans son rapport avec reste du monde, y compris avec l'Europe qui se déclare toujours son alliée. L'Amérique qui l'a élu est celle qui entend soumettre la gouvernance du monde à la loi de la jungle qu'elle sait pouvoir exercer de par sa puissance économique et militaire.
Partant de cette réalité américaine, Donald Trump a insidieusement fait comprendre à la France et à son président qu'ils ne sont pas de taille à peser sur les enjeux que vise la politique internationale américaine sous sa conduite et que tout ce qu'ils s'essayent de faire relève de la fable de «la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.