Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2018

Il n'y pas que les pétro-monarchies arabes ou les «pays de m…», ainsi qu'il a qualifié certains, que Donald Trump traite avec condescendance et profère à leurs égards d'humiliants propos. Le président de la France, pays ami des Etats-Unis et historiquement leur plus ancien allié, l'a appris à ses dépens en prenant connaissance de la bordée de tweets que lui a destinés le fantasque président américain aussitôt rentré de son séjour parisien durant lequel il a pris part aux cérémonies commémoratives du centenaire de la signature de l'armistice qui a mis fin à la Grande Guerre de 14-18.
Donald Trump a en effet tweeté sur son homologue français et son pays des considérations qui, au-delà de leur prétention à l'ironie, ont été révélatrices du peu d'estime qu'il a et pour l'un et pour l'autre. En résumé, les tweets de Donald Trump ont visé à faire comprendre qu'il n'est pas près d'oublier qu'Emmanuel Macron a été «insultant» à l'égard des Etats-Unis en remettant sur le tapis l'idée de la création d'une armée européenne distincte de l'OTAN dont le leadership est assumé par l'Amérique.
La rancœur à l'encontre de Macron et de son pays, Trump l'a fielleusement distillée en se gaussant sur la faiblesse du niveau de popularité qu'à le premier auprès de ses propres concitoyens et en sous-entendant de façon déshonorante pour le second qu'il a été peuplé de «collabos» avec l'Allemagne nazie ; cette même Allemagne avec laquelle il voudrait créer aujourd'hui une armée européenne destinée, selon le propos de son président, à protéger l'ensemble européen du danger qui pourrait venir de la Russie, de la Chine et même de l'Amérique.
Macron s'est indéniablement trompé en pensant qu'en tissant avec Trump une relation personnelle amicale et dénuée de calculs, il parviendrait à l'influencer et lui faire changer sa vision sur les rapports qu'il estime être ceux de son pays et l'Europe agrégée avec lui dans l'Alliance atlantiste.
Il a fait l'erreur de considérer que «l'Amérique d'abord et qu'elle est de retour», que Donald Trump n'a de cesse de marteler en tant que candidat d'abord puis en tant que président en exercice, n'a été qu'un slogan électoral qui n'allait pas prêter à conséquence sur les liens américano-européens. Il aurait dû comprendre qu'il se méprenait sur le personnage dès le camouflet qu'il a infligé à l'Europe en faisant cavalier seul sur le dossier du nucléaire iranien et en lui intimant avec une humiliante arrogance qu'elle doit cesser toute transaction commerciale avec Téhéran sous peine d'être elle-même sanctionnée.
Trump est le produit d'une Amérique qui ne se prétend plus «vertueuse» et exemplaire «dans son rapport avec reste du monde, y compris avec l'Europe qui se déclare toujours son alliée. L'Amérique qui l'a élu est celle qui entend soumettre la gouvernance du monde à la loi de la jungle qu'elle sait pouvoir exercer de par sa puissance économique et militaire.
Partant de cette réalité américaine, Donald Trump a insidieusement fait comprendre à la France et à son président qu'ils ne sont pas de taille à peser sur les enjeux que vise la politique internationale américaine sous sa conduite et que tout ce qu'ils s'essayent de faire relève de la fable de «la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.