Manchester City: Foden lance un message à Mbappé    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Un projet de décret exécutif sur la portabilité des numéros de téléphonie mobile examiné par le gouvernement    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Coronavirus: 176 nouveaux cas, 116 guérisons et 4 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.961.387 morts dans le monde    Real : Une relation qui se complique entre Zidane et son président ?    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    FAF... la mascarade continue    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Liverpool et Dortmund prêts à surmonter leur handicap    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Les étudiants continuent de marcher    L'espoir d'une reprise    Des journalistes reviennent en... autostop !    La marche de la communauté universitaire empêchée    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Zorc optimiste pour Haaland    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Saidal fabriquera du Levothyrox    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pétrole: La prochaine réunion de l'Opep sera décisive
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 11 - 2018

  Le président américain Donald Trump est «le nouveau facteur qui définit les prix de pétrole», a affirmé hier lundi l'ex-PDG de Sonatrach et ancien ministre Abdelmadjid Attar.
Il a expliqué dans une intervention à la radio nationale que le marché pétrolier, quelques jours avant la réunion de l'Opep, est ‘'paniqué», et que les prix du brut ne devraient pas augmenter dans l'immédiat. ‘'Sur cinq ans, le prix de pétrole est inférieur à 60 dollars, c'est beaucoup, et on ne voit rien venir», estime-t-il, avant de relever qu'il y a ‘' une véritable panique sur le marché pétrolier, et il va falloir le libérer d'une manière ou d'une autre, et le prix du gaz va augmenter dans l'avenir.» Il a expliqué que les prix de pétrole ‘'ne vont pas augmenter. Je ne le pense pas, et baisser encore, je ne le souhaite pas. C'est très difficile pour trois raisons: il y a la récession économique, la morosité est partout, c'est moins de consommation de pétrole. Deuxièmement, il y a l'épuisement des réserves, la troisième raison est qu'il y a la résistance du charbon au niveau des pays émergents (Chine, Inde), c'est ce qui fait que le taux de croissance de la consommation de pétrole baisse, et donc si les prix se stabilisent autour de 60 dollars le baril, ce sera vraiment un miracle.» Dés lors, il prévoit que la prochaine réunion de l'Opep, prévue le 5 décembre à Vienne, ‘'sera beaucoup plus importante que celle tenue à Alger en 2016 pour redresser les prix, avec des décisions historiques. Mais, aujourd'hui, le marché est paniqué, désordonné, on ne sait plus comment cela se passe pour l'offre et la demande, il y a des facteurs géopolitiques, les facteurs économiques, les sanctions contre l'Iran, la guerre économique entre les Etats-Unis et la Chine, et les derniers événements avec l'assassinat de Kashoggi.» ‘'La réunion de décembre va être vraiment décisive, tout le monde en est conscient, l'Opep et les Non-Opep, y compris la Russie. ‘'Leur économie dépend du prix du pétrole, l'Arabie Saoudite, la Russie, l'Algérie, ils vont être obligés de trouver une solution, dont la stabilité des prix, alors que l'Arabie Saoudite est en position de faiblesse par rapport à cette affaire de journaliste assassiné, et elle sera derrière les autres pays Opep, mais elle va se soumettre aux orientations (du président américain) Trump, qui est le nouveau facteur qui définit les prix du pétrole à venir.» ‘'Il veut que les prix ne dépassent pas les 50 dollars, c'est clair. Les pays de l'OCDE sont solidaires pour que le prix du pétrole ne dépasse pas les 50 dollars», affirme M. Attar, qui pense que ‘'l'Arabie Saoudite va céder aux pressions des Etats-Unis, et pour l'Algérie, ce sera un miracle si les prix vont sa stabiliser à 70 dollars.» ‘'Peut-être qu'il va falloir augmenter la production gazière du pays, car l'avenir c'est le gaz, la pétrochimie, et les pays de l'UE savent parfaitement qu'il peut y avoir une sécurité de l'approvisionnement de l'Algérie avec trois gazoducs et ses capacités de liquéfaction. On peut garantir la sécurité de l'approvisionnement de l'Europe, on peut continuer à le faire pendant des dizaines d'années, si on développe le gaz de schiste», relève encore l'ex-PDG de Sonatrach, selon lequel ‘'le monde va dépendre prochainement du gaz. Il va être la principale source de l'avenir, c'est de l'électricité, et le monde sera de plus en plus électrique.'' ‘'En 2040, la majorité du parc mondial sera électrique, et on va consommer de plus en plus d'électricité en matière d'énergie, et de sources propres, donc le gaz est la source d'énergie du futur, et il faut augmenter et développer le gaz de schiste'', affirme-t-il, avant de souligner qu'il faut, en matière de tarification, ‘'indexer le prix du gaz sur le pétrole. C'est une ancienne revendication de l'Algérie.» Quant à l'offshore algérien, il a expliqué que ‘'nous n'en sommes qu'à la prospection, la convention avec Total porte sur la couverture sismique, l'étude des fonds marins, et cela coûte très cher. Un forage coûte 100 millions de dollars, et cela fait 50 ans qu'on essaie de faire intervenir des partenaires dans l'offshore. C'est la première fois qu'on y arrive, c'est une bonne chose, mais cela ne veut pas dire qu'on va découvrir du gaz, on est loin de l'offshore américain.» ‘'Personne ne sait ce qu'il y a sous l'offshore algérien», prévient-il. Par ailleurs, M. Attar a estimé que l'accord de partenariat, signé hier lundi à Tébessa, entre les groupes Sonatrach et Asmidal-Manal, et les groupes chinois dirigés par la Société Citic portant sur la réalisation d'un projet intégré d'exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel ‘'est une bonne nouvelle.'' Pour lui, cet accord doté d'un financement de six milliards de dollars, ainsi que l'acquisition par Sonatrach d'une raffinerie en Italie ‘'sont de bonnes nouvelles. C'est de la diversification en matière de valorisation des produits, de transformer de nouveaux produits, et d'associer le gaz naturel au phosphate.'' ‘'Acquérir une raffinerie ou faire de la pétrochimie, c'est une valorisation de la production, c'est de bon augure'', estime M. Attar pour qui ‘'ces investissements vont valoriser et générer beaucoup de ressources, de la matière première pour exporter et améliorer les exportations d'hydrocarbures.'' Il a expliqué d'autre part que pour assurer la sécurité énergétique et exporter les hydrocarbures, ‘'il faut aller vers l'économie d'énergie et le renouvelable, les deux ensemble.'' ‘'On a beaucoup parlé de renouvelable, mais on ne fait pas grand-chose'', alors que ‘'le recours au schiste, c'est pour augmenter la réserve. Il y a une centaine de puits forés par an, et Sonatrach prévoit de développer les hydrocarbures non conventionnelles, l'Algérie a beaucoup de ressources, qui la placent à la troisième place mondiale pour le gaz de schiste'', indique M. Attar. Il a estimé que Sonatrach peut développer les énergies non conventionnelles comme le schiste en partenariat, ‘'elle sait le faire'', avant de relever que ‘'certes, on consomme beaucoup, et il faut également assurer la sécurité énergétique. Il va falloir rapidement arbitrer entre les besoins intérieurs et la rente''. Il ajoute que ‘'cela ne veut pas dire que je suis pour que l'Algérie continue de dépendre de la rente, mais c'est comme çà, les recettes pétrolières c'est 90% de nos exportations, 60% des recettes budgétaires de l'Etat, et le tiers du PIB de l'Algérie''. Selon M. Attar, ‘'il faut arbitrer, en baissant la consommation d'énergie, et c'est tout le monde qui est concerné, et il y a les énergies renouvelables, on en parle. Mais, depuis 2011 on parle de 22 000 MW, et on est toujours à 500 MW.'' Il a souligné que Sonatrach est en mesure de développer les projets d'énergie renouvelable, car ‘'elle a les moyens, les moyens humains, la réactivité et les ressources financières pour aller vers le renouvelable, la Sonelgaz peut le faire, mais elle a beaucoup de problèmes.''

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.