Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Et un million pour la 2008 !    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Le programme arrêté    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    Bataille de communication    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    Ballon carré    Education: 2 500 enseignants au concours de promotion    Bouira- Monoxyde de carbone : trois personnes sauvées de la mort    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le poids d'une non-candidature
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 12 - 2018

Potentiellement, il n'y a toujours pas de candidat officiellement annoncé de la majorité pour la prochaine présidentielle et toutes les manœuvres sont bonnes pour qu'il n'y en ait plus. Du moins pas pour le moment où ces partis veulent avoir plus de temps pour désigner un candidat du consensus, c'est-à-dire qui sortirait de leur rang et serait adopté autant par l'opinion publique qu'adoubé par l'ANP. C'est un exercice bien périlleux, car en même temps le pays marque le pas et cumule les retards sur de nombreux dossiers, en particulier le passage vers une véritable démocratie. Et, plus que tout, une alternance au pouvoir qui ne viendrait pas à être chahutée par les tenants de la «continuité».
L'état de santé du président Bouteflika ne lui permet, vraisemblablement, plus d'être candidat pour un 5ème mandat et, dans l'intervalle, le premier cercle du pouvoir n'arrive pas à trouver, sinon dégager un outsider consensuel et qui aura l'avantage d'avoir les compétences et l'autorité suffisante pour être le candidat de la majorité et faire face aux candidats des autres formations politiques. Or, à suivre les péripéties d'une prochaine présidentielle qui devient compliquée, il n'y a aucune volonté au sein de la majorité d'aller chercher un candidat consensuel et, dans la foulée, permettre une élection démocratique avec l'ouverture de l'alternance au pouvoir pour que les partis d'opposition se mettent, eux également, sur la ligne de départ. Non, ce qui est pour le moment d'actualité est cet insistant appel à une conférence nationale pour le consensus. Un appel qui tire son objectif dans l'imposition aux électeurs et aux partis d'opposition d'une période de transition, pleine d'ailleurs d'incertitudes et de dangers politiques, comme la transgression de la Constitution, pour permettre un passage téléguidé vers l'après-Bouteflika.
Les appels de l'ex-SG du FLN pour qu'il y ait «une continuité» lors de cette élection prévue, si le calendrier n'est pas chamboulé, le 19 avril prochain trouvent aujourd'hui toute leur signification, car depuis la fin de l'été dernier le ton avait changé et il n'était plus question qu'il y ait une «candidature» mais «une continuité» dans l'instauration d'une période de transition politique qui zapperait ainsi la tenue d'une présidentielle. C'est, à tout le moins, le scénario qui se dessine de plus en plus. D'autant qu'officiellement il n'y a aucun démenti et, surtout, l'initiative du président de TAJ, un des partis de la majorité, de conférence nationale, avec dans les poches cette proposition d'un probable report de la présidentielle, semble avoir été même inspirée comme solution de sortie pour éviter une situation de crise institutionnelle. C'est à tout le moins cette alternative qui semble être dans les petits papiers des partis de la majorité qui ne veulent pas, pour le moment, un autre candidat à Bouteflika.
Une alternative que refusent les partis d'opposition, même s'il y a parmi eux ceux qui pensent que le pays gagnerait, dans les circonstances actuelles critiques, à reporter cette élection présidentielle. Mais, l'idée de la continuité ou la prolongation du mandat du président sous couvert de cette fameuse «continuité» est farouchement combattue par l'opposition. Au MSP, la proposition de prolongation du mandat de M. Bouteflika sans élection ne passe pas, car il s'agit d'une atteinte à la Constitution. Au RCD, la décantation semble déjà là et son président avait averti il y a un mois que «si la situation reste en l'état, il n'y aura pas d'élection, mais une nomination au poste de président par des forces à l'intérieur du système». Des «warnings» révélateurs de l'extrême confusion qui prévaut à trois mois de cette présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.