Mouvement citoyen : quelle forme de structuration ?    Ici et maintenant    Gare aux activistes revanchards    Partenariat algéro-italien: Des hélicoptères seront fabriqués à Sétif    Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach    Eco-construction: Groupe Hasnaoui, une longueur d'avance    UNAF - Tournoi international U-15: Le Maroc sacré, l'Algérie deuxième    En amical : Algérie-Tunisie, ce soir à Blida - Une revue d'effectif décisive    CAN-2019 (U23) : Algérie - Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00: Le match de la confirmation pour les Verts    Des terrains désaffectés après les relogements transformés en décharges: Des habitants de Ras El Aïn réclament l'installation de clôtures    Vol et trafic de drogue, trois personnes arrêtées    Arzew: 77 millions de dinars pour l'aménagement du front de mer    De l'Etat profond de Saadani    Rehausser le débat    Mesrati remporte le grand prix 3 étoiles    Le FLN et le RND se prononcent    Zetchi satisfait de ses deux premières années de règne    Les déterminants du cours du pétrole et son impact sur l'économie algérienne    Plus de 310 exposants de plus de 20 pays attendus au prochain SIMEM    L'Afrique du Sud, dernier qualifié à la phase finale    Réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui    Jaafari appelle l'ONU «à prendre une position officielle claire»    Rassemblement à la Grande-Poste    Plus de 560 jeunes au championnat national de calcul mental    Extension du siège de l'APC de Sidi Khettab (Relizane)    Saisie de un million d'euros en fausses coupures    L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée    2e édition du séminaire sur la cyber-sécurité et la cyber-défense    Les films de 1999 impressionnent toujours    Ouverture à Boufarik de la 5e session de qualification    Sovac / Skoda : Simulation du crédit 0 % sur l'Octavia    Nissan teste la technologie invisible-to-visible en conditions réelles    Algérie Télécom s'explique    Louisa Hanoune dit "non" à Zeroual    Gaïd Salah en visite de travail    Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées    422 morts en janvier et février    Nissan Le groupe abaisse ses prévisions, passe une charge liée à Ghosn    Carburants en France : Macron projette de moduler les taxes en fonction du cours du pétrole    Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France    3 kamikazes de l'EI tués dans le Nord proche de la Syrie    Festival lire en fête : Affluence considérable des enfants à Chlef    L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "    Tewfik Khelladi limogé    Equipe nationale de football.. Boudaoui libéré au profit des U23    JSMT-OMA : plusieurs policiers blessés à l'issue du match    Des mesures à prendre en extrême urgence    Ouverture du festival du printemps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le poids d'une non-candidature
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 12 - 2018

Potentiellement, il n'y a toujours pas de candidat officiellement annoncé de la majorité pour la prochaine présidentielle et toutes les manœuvres sont bonnes pour qu'il n'y en ait plus. Du moins pas pour le moment où ces partis veulent avoir plus de temps pour désigner un candidat du consensus, c'est-à-dire qui sortirait de leur rang et serait adopté autant par l'opinion publique qu'adoubé par l'ANP. C'est un exercice bien périlleux, car en même temps le pays marque le pas et cumule les retards sur de nombreux dossiers, en particulier le passage vers une véritable démocratie. Et, plus que tout, une alternance au pouvoir qui ne viendrait pas à être chahutée par les tenants de la «continuité».
L'état de santé du président Bouteflika ne lui permet, vraisemblablement, plus d'être candidat pour un 5ème mandat et, dans l'intervalle, le premier cercle du pouvoir n'arrive pas à trouver, sinon dégager un outsider consensuel et qui aura l'avantage d'avoir les compétences et l'autorité suffisante pour être le candidat de la majorité et faire face aux candidats des autres formations politiques. Or, à suivre les péripéties d'une prochaine présidentielle qui devient compliquée, il n'y a aucune volonté au sein de la majorité d'aller chercher un candidat consensuel et, dans la foulée, permettre une élection démocratique avec l'ouverture de l'alternance au pouvoir pour que les partis d'opposition se mettent, eux également, sur la ligne de départ. Non, ce qui est pour le moment d'actualité est cet insistant appel à une conférence nationale pour le consensus. Un appel qui tire son objectif dans l'imposition aux électeurs et aux partis d'opposition d'une période de transition, pleine d'ailleurs d'incertitudes et de dangers politiques, comme la transgression de la Constitution, pour permettre un passage téléguidé vers l'après-Bouteflika.
Les appels de l'ex-SG du FLN pour qu'il y ait «une continuité» lors de cette élection prévue, si le calendrier n'est pas chamboulé, le 19 avril prochain trouvent aujourd'hui toute leur signification, car depuis la fin de l'été dernier le ton avait changé et il n'était plus question qu'il y ait une «candidature» mais «une continuité» dans l'instauration d'une période de transition politique qui zapperait ainsi la tenue d'une présidentielle. C'est, à tout le moins, le scénario qui se dessine de plus en plus. D'autant qu'officiellement il n'y a aucun démenti et, surtout, l'initiative du président de TAJ, un des partis de la majorité, de conférence nationale, avec dans les poches cette proposition d'un probable report de la présidentielle, semble avoir été même inspirée comme solution de sortie pour éviter une situation de crise institutionnelle. C'est à tout le moins cette alternative qui semble être dans les petits papiers des partis de la majorité qui ne veulent pas, pour le moment, un autre candidat à Bouteflika.
Une alternative que refusent les partis d'opposition, même s'il y a parmi eux ceux qui pensent que le pays gagnerait, dans les circonstances actuelles critiques, à reporter cette élection présidentielle. Mais, l'idée de la continuité ou la prolongation du mandat du président sous couvert de cette fameuse «continuité» est farouchement combattue par l'opposition. Au MSP, la proposition de prolongation du mandat de M. Bouteflika sans élection ne passe pas, car il s'agit d'une atteinte à la Constitution. Au RCD, la décantation semble déjà là et son président avait averti il y a un mois que «si la situation reste en l'état, il n'y aura pas d'élection, mais une nomination au poste de président par des forces à l'intérieur du système». Des «warnings» révélateurs de l'extrême confusion qui prévaut à trois mois de cette présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.