Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les responsables locaux interpellés pour sa délocalisation: Le marché informel irrite les habitants de «Haï Torro»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 12 - 2018

Les désagréments occasionnés par le marché informel de fruits et légumes de la rue de l'Oiseau dans le quartier dit «Torro» ont fait réagir les habitants. En effet, les riverains lancent un appel pressant aux responsables locaux afin de démanteler ce marché qui est devenu au fil du temps un véritable point noir. Les commerçants ont squatté toute l'artère au point où il est devenu quasiment impossible aux familles de rentrer chez eux ou de stationner leurs véhicules. Les riverains dénoncent l'insalubrité des lieux et l'amas d'ordures et de détritus qu'abandonnent chaque jour ces commerçants ambulants. «Ils viennent souvent vers 6 h du matin pour installer leurs tables et exercer leur activité sans se soucier de l'hygiène des lieux ce qui constitue une menace pour la santé des habitants», ont lancé, hier, des représentants des familles.
A vrai dire, ce marché informel a atteint des proportions alarmantes puisque ces marchands squattent la rue, les trottoirs et même les entrées des habitations pour s'adonner à cette activité qui paralyse tout un quartier. Outre l'absence d'hygiène, les riverains dénoncent les altercations et les scènes de violences qui virent parfois à l'irréparable. En appréhendant le pire, ils dénoncent certaines transactions douteuses et illégales qui se font dans cette rue. Les habitants disent avoir peur et appellent les responsables locaux à intervenir afin de mettre un terme à cette anarchie. Ils espèrent qu'une solution soit apportée et que ce marché soit délocalisé vers un autre site approprié, le tout dans le but de préserver leur quartier des nuisances sonores et des désagréments engendrés par ces commerçants informels.
A vrai dire, l'informel est de retour. Plusieurs ruelles et quartiers jusque-là évacués des commerçants informels il y a quelques années ont été envahis ces derniers mois par des vendeurs à la sauvette. Le wali d'Oran avait donné il y a quelques mois des directives aux P/APC et chefs de daïra ainsi qu'aux brigades de la DCP pour libérer les espaces publics. De même qu'un arrêté de wilaya n°15-13 a été adressé à tous les maires et les services de la sûreté de wilaya d'Oran pour son application. L'opération a ciblé tous les commerçants dont les restaurants, les cafétérias, les vulcanisateurs, les crémeries et autres prestataires de services. L'arrêté interdit tout squat d'espaces publics, exposition de marchandises sur la voie publique et exercice d'activité contraire au registre de commerce. Les commerçants sont contraints de respecter les nouvelles dispositions, faute de quoi ils seront mis en demeure. Ils doivent également présenter leurs documents pour attester leur activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.