Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché informel bloque l'accès à une école à M'dina J'dida: Des parents d'élèves en colère interpellent le wali
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 12 - 2018

Les habitants de la rue Mezzouar Mohamed dans le quartier de M'dina J'dida sont en colère. A l'origine de ce mécontentement, le squat des trottoirs longeant l'école primaire Bendaoud Zoubir (ex-Pasteur).
Depuis plusieurs mois, le marché de la friperie a élu domicile dans cette artère au grand dam des écoliers, des enseignants et surtout des parents d'élèves qui ont tenu, hier, à dénoncer les désagréments occasionnés par cette activité informelle. Les commerçants de la friperie ont carrément entravé l'accès à cet établissement scolaire et à tout le quartier, déplore-t-on. Les riverains doivent faire tout un détour pour regagner leurs maisons alors que les écoliers doivent se faufiler à l'intérieur des tables de vêtements usés pour se rendre à l'intérieur de l'école. Pire encore, ils dénoncent aussi certaines transactions illégales, à l'exemple de la vente de boissons alcoolisées, entre autres. En appelant hier les responsables locaux à intervenir afin de mettre un terme à ce commerce informel qui, désormais, cible un lieu de savoir, les habitants disent en avoir ras le bol de constater qu'il s'agit du deuxième établissement après celui de l'école Pasteur et dont les alentours sont envahis par les commerçants ambulants. Les riverains espèrent qu'une solution soit apportée afin de protéger leurs enfants et leur permettre de suivre leur cursus dans des conditions adéquates.
A vrai dire, l'informel est de retour. Plusieurs ruelles et quartiers, jusque-là évacués des commerçants informels, il y a quelques années, ont été envahis, ces derniers mois, par des vendeurs à la sauvette. C'est dans le quartier de M'dina J'dida que le constat est le plus désolant. En effet, des vendeurs ambulants venus des quatre coins de la ville d'Oran ont élu domicile dans plusieurs ruelles et même des places publiques au vu et au su de tout le monde. Ces marchands usent de tous les stratagèmes pour échapper au contrôle en écoulant divers produits à des prix défiant toute concurrence. Au centre-ville, dans les quartiers populeux, sur les esplanades, le moindre espace libre est squatté par ces revendeurs de produits en tous genres. Le long de la cité Dar El Hayat, des dizaines de revendeurs se sont installés entravant la circulation piétonne. Tout se vend. Certains ont même squatté la grande place située à hauteur du boulevard Colonel Benabderrezak et qui sert désormais de station pour les chauffeurs clandestins. La situation devient de plus en plus alarmante et inquiétante selon de nombreux riverains. Même constat à Gambetta, Maraval, Choupot, Haï Sabah. A vrai dire, l'activité informelle a nettement augmenté selon certains commerçants travaillant dans la légalité. Les mètres carrés des trottoirs sont partagés par les revendeurs d'occasion qui n'hésitent pas à proposer des vêtements, des jouets, des gâteaux, entre autres. Très rodés et maîtrisant les différentes règles de l'informel, ces jeunes ne se sentent pas en infraction vis-à-vis de la loi. Pour eux, gain oblige, ils ont des familles à nourrir et des charges à régler, ajoute-t-on. Du côté de certains consommateurs soucieux de l'ampleur du phénomène, cette activité continue à occasionner une série de désagréments à la fois pour la santé du citoyen et pour l'environnement. Ces produits sont écoulés en dehors du circuit légal et représentent donc un risque pour la santé du consommateur, indique-t-on. Le wali d'Oran avait donné, il y a quelques mois, des directives aux P/APC et chefs de daïra, ainsi qu'aux brigades de la DCP pour libérer les espaces publics. De même qu'un arrêté de wilaya n°15-13 a été adressé à tous les maires et les services de la sûreté de wilaya d'Oran pour son application. L'opération a ciblé tous les commerçants dont les restaurants, les cafétérias, les vulcanisateurs, les crémeries et autres prestataires de services. L'arrêté interdit tout squat d'espaces publics, exposition de marchandises sur la voie publique et exercice d'activité contraire au registre de commerce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.