Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pertes de cheptel: L'assurance pose problème
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 01 - 2019

Plusieurs milliers d'ovins sont morts au cours des dernières semaines, atteints par la peste des petits ruminants, qui a fait son apparition ces dernières semaines, en Algérie.
Selon le ministère de l'Agriculture, la maladie, officiellement reconnue, a déjà fait des ravages dans 12 wilayas, avec la perte d'au moins 1.000 têtes d'ovins. Les services vétérinaires du ministère de l'Agriculture ont indiqué que des analyses des prélèvements effectués sur des ovins et des camelins malades ont confirmé qu'ils sont atteints de la peste des petits ruminants. El Hachemi Karim Kaddour, directeur des Services vétérinaires (DSV) au ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, a indiqué dimanche que les pertes se sont établies, pour le moment, entre 1.000 à 1.200 têtes d'ovins, en raison de la peste des petits ruminants, à travers 12 wilayas. Selon la même source, ces pertes ont été enregistrées dans plusieurs wilayas, notamment Biskra, Djelfa, Oum el Bouaghi, Tébessa, Médéa, Saïda, Tiaret, Laghouat, Naâma et Tlemcen. Les premiers cas de la maladie ont été découverts il y a 2 mois, dans les wilayas de Tébessa, Béjaïa, Laghouat et Djelfa. Le chef du Service vétérinaire au ministère de l'Agriculture a expliqué, à l'issue d'une réunion, dimanche, avec les services vétérinaires, relevant des directions des Services agricoles des différentes wilayas qu'une enveloppe de 400 millions de dinars a été débloquée pour l'acquisition, début 2019, d'un vaccin contre cette épidémie. Par ailleurs, le ministère de l'Agriculture a ordonné la fermeture des marchés hebdomadaires de bétail, pendant un mois et l'interdiction du transport d'ovins sans autorisation des services des abattoirs, pour protéger le cheptel contre la propagation de la fièvre aphteuse et de la peste des petits ruminants. Une campagne de vaccination du cheptel débutera au cours de ce mois. Pour autant, les experts doutent sur la véracité des chiffres communiqués par le ministère sur les pertes subies par les éleveurs. «Les chiffres déclarés ne correspondent pas à la réalité. Les autorités sanitaires des DSA minimisent la situation et ont tendance à dire que tout va bien et que la situation est maîtrisée.
Or, ce n'est pas le cas», estime un vétérinaire, cité par TSA. «La peste des petits ruminants touche principalement les chèvres et moutons. La maladie sévit surtout en Afrique de l'Ouest. En 2008, des foyers ont été signalés au Maroc. Quatre ans après, un foyer a été enregistré en Tunisie. Les animaux infectés excrètent le virus par les larmes, les sécrétions nasales, les expectorations et les matières fécales», explique t-il. «Quand la maladie apparaît dans une zone, la mise en quarantaine, le contrôle des déplacements, l'abattage sanitaire, ainsi que le nettoyage et la désinfection, doivent être appliqués. En dehors de la vaccination et d'un traitement symptomatique, visant à réduire la mortalité, aucun traitement curatif n'existe contre la maladie», affirme encore ce vétérinaire.
Pour autant, les éleveurs touchés par la perte de leur cheptel, infecté et abattu, demandant des indemnisations de l'Etat, faute de remboursement des assurances. Selon le président de l'Association nationale des éleveurs, les assureurs leur demandent de ne pas effectuer de transhumance de leur cheptel pour pouvoir bénéficier d'une assurance.» «En outre, ils n'ont pas d'assurance contre les pertes de leur cheptel», ajoute t-il, avant de souligner que «les assureurs disent aux éleveurs qu'ils ne peuvent souscrire une assurance s'ils effectuent, périodiquement, une transhumance au cheptel».
Il estime dans une déclaration à la radio nationale que «les éleveurs ne répondent pas à cette condition, car les pâturages, contrairement aux véhicules, se trouvent dans toutes les wilayas.» Le DG de la CRMA, Cherif Benhabyles explique de son côté que «le problème qui se pose par rapport à l'assurabilité du risque est l'authentification du cheptel». «Je pense que le ministère de l'Agriculture a lancé toute une étude sur la problématique de l'identification du cheptel.» «Pour nous, a-t-il affirmé, c'est un préalable très important pour la prise en charge de ce type de risque par rapport aux éleveurs, qui font des déplacements, dans plusieurs wilayas, et que le risque est beaucoup plus important.» «Pour l'assurance, il y a certains préalables, on ne peut assurer que le cheptel qui est vacciné, et c'est à partir de là qu'on peut jouer notre rôle comme il se doit», souligne le DG de la CRMA. Il a expliqué que «l'assurance est un acte économique, qui permet aux éleveurs de se mettre en conformité et de vacciner leur cheptel.» D'autre part, le cheptel bovin est également menacé par la fièvre aphteuse, a indiqué par ailleurs le directeur des Services vétérinaires, au ministère de l'Agriculture. Il a parlé d' «un doute ou une suspicion» d'existence de cette épidémie dans trois wilayas : Blida, Djelfa et Tébessa. Des échantillons prélevés sur les bêtes mortes ont été envoyés à des laboratoires internationaux pour confirmer la nature du virus, et acquérir le vaccin adéquat, a-t-il ajouté. Les éleveurs dont le cheptel a été abattu dans les abattoirs publics pour raison de santé ont été remboursés pour un montant global de 85 millions de DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.