La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pertes de cheptel: L'assurance pose problème
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 01 - 2019

Plusieurs milliers d'ovins sont morts au cours des dernières semaines, atteints par la peste des petits ruminants, qui a fait son apparition ces dernières semaines, en Algérie.
Selon le ministère de l'Agriculture, la maladie, officiellement reconnue, a déjà fait des ravages dans 12 wilayas, avec la perte d'au moins 1.000 têtes d'ovins. Les services vétérinaires du ministère de l'Agriculture ont indiqué que des analyses des prélèvements effectués sur des ovins et des camelins malades ont confirmé qu'ils sont atteints de la peste des petits ruminants. El Hachemi Karim Kaddour, directeur des Services vétérinaires (DSV) au ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, a indiqué dimanche que les pertes se sont établies, pour le moment, entre 1.000 à 1.200 têtes d'ovins, en raison de la peste des petits ruminants, à travers 12 wilayas. Selon la même source, ces pertes ont été enregistrées dans plusieurs wilayas, notamment Biskra, Djelfa, Oum el Bouaghi, Tébessa, Médéa, Saïda, Tiaret, Laghouat, Naâma et Tlemcen. Les premiers cas de la maladie ont été découverts il y a 2 mois, dans les wilayas de Tébessa, Béjaïa, Laghouat et Djelfa. Le chef du Service vétérinaire au ministère de l'Agriculture a expliqué, à l'issue d'une réunion, dimanche, avec les services vétérinaires, relevant des directions des Services agricoles des différentes wilayas qu'une enveloppe de 400 millions de dinars a été débloquée pour l'acquisition, début 2019, d'un vaccin contre cette épidémie. Par ailleurs, le ministère de l'Agriculture a ordonné la fermeture des marchés hebdomadaires de bétail, pendant un mois et l'interdiction du transport d'ovins sans autorisation des services des abattoirs, pour protéger le cheptel contre la propagation de la fièvre aphteuse et de la peste des petits ruminants. Une campagne de vaccination du cheptel débutera au cours de ce mois. Pour autant, les experts doutent sur la véracité des chiffres communiqués par le ministère sur les pertes subies par les éleveurs. «Les chiffres déclarés ne correspondent pas à la réalité. Les autorités sanitaires des DSA minimisent la situation et ont tendance à dire que tout va bien et que la situation est maîtrisée.
Or, ce n'est pas le cas», estime un vétérinaire, cité par TSA. «La peste des petits ruminants touche principalement les chèvres et moutons. La maladie sévit surtout en Afrique de l'Ouest. En 2008, des foyers ont été signalés au Maroc. Quatre ans après, un foyer a été enregistré en Tunisie. Les animaux infectés excrètent le virus par les larmes, les sécrétions nasales, les expectorations et les matières fécales», explique t-il. «Quand la maladie apparaît dans une zone, la mise en quarantaine, le contrôle des déplacements, l'abattage sanitaire, ainsi que le nettoyage et la désinfection, doivent être appliqués. En dehors de la vaccination et d'un traitement symptomatique, visant à réduire la mortalité, aucun traitement curatif n'existe contre la maladie», affirme encore ce vétérinaire.
Pour autant, les éleveurs touchés par la perte de leur cheptel, infecté et abattu, demandant des indemnisations de l'Etat, faute de remboursement des assurances. Selon le président de l'Association nationale des éleveurs, les assureurs leur demandent de ne pas effectuer de transhumance de leur cheptel pour pouvoir bénéficier d'une assurance.» «En outre, ils n'ont pas d'assurance contre les pertes de leur cheptel», ajoute t-il, avant de souligner que «les assureurs disent aux éleveurs qu'ils ne peuvent souscrire une assurance s'ils effectuent, périodiquement, une transhumance au cheptel».
Il estime dans une déclaration à la radio nationale que «les éleveurs ne répondent pas à cette condition, car les pâturages, contrairement aux véhicules, se trouvent dans toutes les wilayas.» Le DG de la CRMA, Cherif Benhabyles explique de son côté que «le problème qui se pose par rapport à l'assurabilité du risque est l'authentification du cheptel». «Je pense que le ministère de l'Agriculture a lancé toute une étude sur la problématique de l'identification du cheptel.» «Pour nous, a-t-il affirmé, c'est un préalable très important pour la prise en charge de ce type de risque par rapport aux éleveurs, qui font des déplacements, dans plusieurs wilayas, et que le risque est beaucoup plus important.» «Pour l'assurance, il y a certains préalables, on ne peut assurer que le cheptel qui est vacciné, et c'est à partir de là qu'on peut jouer notre rôle comme il se doit», souligne le DG de la CRMA. Il a expliqué que «l'assurance est un acte économique, qui permet aux éleveurs de se mettre en conformité et de vacciner leur cheptel.» D'autre part, le cheptel bovin est également menacé par la fièvre aphteuse, a indiqué par ailleurs le directeur des Services vétérinaires, au ministère de l'Agriculture. Il a parlé d' «un doute ou une suspicion» d'existence de cette épidémie dans trois wilayas : Blida, Djelfa et Tébessa. Des échantillons prélevés sur les bêtes mortes ont été envoyés à des laboratoires internationaux pour confirmer la nature du virus, et acquérir le vaccin adéquat, a-t-il ajouté. Les éleveurs dont le cheptel a été abattu dans les abattoirs publics pour raison de santé ont été remboursés pour un montant global de 85 millions de DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.