L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'énigme Hamrouche
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 01 - 2019

L'ancien chef du gouvernement est sorti, contre toute attente, de son silence, se fendant d'une contribution fleuve sur El Watan, livrant sa vision de l'Etat, de l'exercice du pouvoir et du rôle de l'armée. Puisant dans des références historiques, Mouloud Hamrouche reste sur sa réserve, distillant des messages à qui de droit, difficilement cernables.
Même s'il reste, parfois, évasif quant à l'objectif de son intervention, on ne peut s'empêcher de penser qu'elle répond quelque part à la pétition lancée dernièrement pour sa candidature à la prochaine présidentielle. Les initiateurs de cette pétition, qui se présentent sous l'étiquette «Algérie lucide», estiment qu'il est le candidat «idéal» dans la conjoncture actuelle. Mais dans le contexte politique actuel, tout candidat, pour peu qu'il soit crédible, pour la succession de Bouteflika, se retrouve directement dans la mire et les exemples de personnalités nationales données comme favorites pour El Mouradia ou simplement suggérées en tant que telles et qui ont eu des lendemains qui déchantent, sont présents comme un rappel à l'ordre. Personne, pour le moment, ne semble prêt à endosser ce rôle de challenger tant que le flou persiste sur la décision de Boutefllika de briguer ou non un cinquième mandat. Hormis les lièvres habituels, ceux qui sont là pour donner un peu de crédibilité à des élections déjà jouées et éviter le scénario de 1999, rares sont ceux qui se prononcent publiquement et qui assument un profil de présidentiable à l'ombre pesante des cercles d'influence. Hamrouche ne déroge pas à la règle établie et n'est pas homme à brasser de l'air, préférant la retenue et la discrétion, s'effaçant même alors qu'il est appelé, lui ainsi que tous les autres acteurs majeurs dans le jeu politique, à s'investir personnellement et intervenir publiquement pour proposer d'autres alternatives.
Le débat politique ne peut se contenter de messages codés adressés aux hommes de l'ombre et a un besoin crucial d'une émancipation de la crainte qu'impose le régime actuel. La dernière intervention de l'institution militaire n'incite pas non plus à des déclarations malvenues dans une conjoncture marquée par beaucoup de tâtonnements et d'hésitations. Le fait de quadriller un champ politique déjà miné, de définir d'un seul côté les règles du jeu et exiger de l'autre de respecter l'éthique et la déontologie, participe de cette réserve observée chez nombre de cadors qui privilégient une retraite pépère à un engagement parfois brutal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.