«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'énigme Hamrouche
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 01 - 2019

L'ancien chef du gouvernement est sorti, contre toute attente, de son silence, se fendant d'une contribution fleuve sur El Watan, livrant sa vision de l'Etat, de l'exercice du pouvoir et du rôle de l'armée. Puisant dans des références historiques, Mouloud Hamrouche reste sur sa réserve, distillant des messages à qui de droit, difficilement cernables.
Même s'il reste, parfois, évasif quant à l'objectif de son intervention, on ne peut s'empêcher de penser qu'elle répond quelque part à la pétition lancée dernièrement pour sa candidature à la prochaine présidentielle. Les initiateurs de cette pétition, qui se présentent sous l'étiquette «Algérie lucide», estiment qu'il est le candidat «idéal» dans la conjoncture actuelle. Mais dans le contexte politique actuel, tout candidat, pour peu qu'il soit crédible, pour la succession de Bouteflika, se retrouve directement dans la mire et les exemples de personnalités nationales données comme favorites pour El Mouradia ou simplement suggérées en tant que telles et qui ont eu des lendemains qui déchantent, sont présents comme un rappel à l'ordre. Personne, pour le moment, ne semble prêt à endosser ce rôle de challenger tant que le flou persiste sur la décision de Boutefllika de briguer ou non un cinquième mandat. Hormis les lièvres habituels, ceux qui sont là pour donner un peu de crédibilité à des élections déjà jouées et éviter le scénario de 1999, rares sont ceux qui se prononcent publiquement et qui assument un profil de présidentiable à l'ombre pesante des cercles d'influence. Hamrouche ne déroge pas à la règle établie et n'est pas homme à brasser de l'air, préférant la retenue et la discrétion, s'effaçant même alors qu'il est appelé, lui ainsi que tous les autres acteurs majeurs dans le jeu politique, à s'investir personnellement et intervenir publiquement pour proposer d'autres alternatives.
Le débat politique ne peut se contenter de messages codés adressés aux hommes de l'ombre et a un besoin crucial d'une émancipation de la crainte qu'impose le régime actuel. La dernière intervention de l'institution militaire n'incite pas non plus à des déclarations malvenues dans une conjoncture marquée par beaucoup de tâtonnements et d'hésitations. Le fait de quadriller un champ politique déjà miné, de définir d'un seul côté les règles du jeu et exiger de l'autre de respecter l'éthique et la déontologie, participe de cette réserve observée chez nombre de cadors qui privilégient une retraite pépère à un engagement parfois brutal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.