Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans les starting-blocks
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019

A bien comprendre les propos du ministre de l'Intérieur Noureddine Bedoui mardi lors d'une sortie à Alger, tout est prêt au niveau de ses structures pour la tenue de l'élection présidentielle. Certes, prudent, il a affirmé que seul le chef de l'Etat a la prérogative constitutionnelle de convoquer le corps électoral et qu'il lui appartient donc d'annoncer le début d'un long processus, celui de préparer cette échéance électorale. Le ministre de l'Intérieur a également dit, ce que sont en train actuellement de disséquer les observateurs, qu'«aucune date n'a été retenue» pour cette élection présidentielle.
Le ministre de l'Intérieur est sagement resté dans ses propres prérogatives, refusant d'aller empiéter sur celles du chef de l'Etat. Dans la foulée, il a indiqué que son administration est prête pour l'organisation de cette consultation électorale. Et, selon des échos, les préparatifs pour l'élection présidentielle d'avril 2019 ont déjà commencé au niveau du ministère de l'Intérieur. Sauf que le silence politique qui entoure ce rendez-vous électoral ne joue pas en faveur du gouvernement, encore moins des partis de l'opposition. Même les partis de la majorité, qui avaient durant une bonne moitié de l'automne dernier entretenu l'idée que le président Bouteflika est leur candidat pour un 5ème mandat, se sont depuis recroquevillés sur eux-mêmes, laissant sourdre seulement cette volonté de le soutenir pour qu'il puisse poursuivre son œuvre. La différence sémantique entre les deux discours des partis de la majorité est importante.
Le chef de l'Etat n'a pas divulgué ses intentions, ni laissé filtrer des indices qui donneraient quelque consistance à l'une ou l'autre option, «5ème mandat ou poursuite de son œuvre». Le fait est que les délais se rapprochent, que la pression politique augmente et, surtout, que les attentes sont grandes quant à une sortie du président pour la convocation du corps électoral et le début des préparatifs, dont la révision des listes électorales. Le scénario d'un report, quant à lui, s'il a une quelconque magnitude politique auprès de certains partis d'opposition, ne semble pas à priori une option. Et, comme cela est de tradition au sein de la classe politique nationale, qu'elle soit du pouvoir ou de l'opposition, il y a ce culte du secret hérité des temps du «parti unique», des «choses cachées» à l'opinion publique que l'on ne divulgue qu'au dernier moment. Pour autant, et jusqu'à preuve du contraire, l'élection présidentielle de 2019 est dans les starting-blocks. Qu'elle est naturellement dans l'agenda politique des institutions nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.