Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans les starting-blocks
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019

A bien comprendre les propos du ministre de l'Intérieur Noureddine Bedoui mardi lors d'une sortie à Alger, tout est prêt au niveau de ses structures pour la tenue de l'élection présidentielle. Certes, prudent, il a affirmé que seul le chef de l'Etat a la prérogative constitutionnelle de convoquer le corps électoral et qu'il lui appartient donc d'annoncer le début d'un long processus, celui de préparer cette échéance électorale. Le ministre de l'Intérieur a également dit, ce que sont en train actuellement de disséquer les observateurs, qu'«aucune date n'a été retenue» pour cette élection présidentielle.
Le ministre de l'Intérieur est sagement resté dans ses propres prérogatives, refusant d'aller empiéter sur celles du chef de l'Etat. Dans la foulée, il a indiqué que son administration est prête pour l'organisation de cette consultation électorale. Et, selon des échos, les préparatifs pour l'élection présidentielle d'avril 2019 ont déjà commencé au niveau du ministère de l'Intérieur. Sauf que le silence politique qui entoure ce rendez-vous électoral ne joue pas en faveur du gouvernement, encore moins des partis de l'opposition. Même les partis de la majorité, qui avaient durant une bonne moitié de l'automne dernier entretenu l'idée que le président Bouteflika est leur candidat pour un 5ème mandat, se sont depuis recroquevillés sur eux-mêmes, laissant sourdre seulement cette volonté de le soutenir pour qu'il puisse poursuivre son œuvre. La différence sémantique entre les deux discours des partis de la majorité est importante.
Le chef de l'Etat n'a pas divulgué ses intentions, ni laissé filtrer des indices qui donneraient quelque consistance à l'une ou l'autre option, «5ème mandat ou poursuite de son œuvre». Le fait est que les délais se rapprochent, que la pression politique augmente et, surtout, que les attentes sont grandes quant à une sortie du président pour la convocation du corps électoral et le début des préparatifs, dont la révision des listes électorales. Le scénario d'un report, quant à lui, s'il a une quelconque magnitude politique auprès de certains partis d'opposition, ne semble pas à priori une option. Et, comme cela est de tradition au sein de la classe politique nationale, qu'elle soit du pouvoir ou de l'opposition, il y a ce culte du secret hérité des temps du «parti unique», des «choses cachées» à l'opinion publique que l'on ne divulgue qu'au dernier moment. Pour autant, et jusqu'à preuve du contraire, l'élection présidentielle de 2019 est dans les starting-blocks. Qu'elle est naturellement dans l'agenda politique des institutions nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.