Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Le match Algérie-Zimbabwe officiellement à huis clos    Monchengladbach: Bensebaini titulaire face au Real Madrid    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Covid-19: au moins 1.160.768 décès dans le monde    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Abdelmadjid Tebboune admis dans une unité de soins spécialisés à l'hôpital militaire    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Révision de la Constitution: la loi organique relative au régime électoral fixe les règles du silence électoral    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Rahmoun Yazid en renfort    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    BMS Corona    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défiance
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2019

La prochaine élection présidentielle monopolise l'intérêt de l'opinion publique, des partis et la société civile. Et s'accapare une bonne partie de l'actualité nationale, il est vrai traversée par de violents mouvements sociétaux, dont la grogne sociale ou les retombées désastreuses sur de larges franges de la population de la crise économique. L'élection présidentielle d'avril prochain a pris cette semaine son rythme de croisière avec l'annonce par le ministère de l'Intérieur de 94 candidats au 24 janvier, ce qui en soi n'est pas forcément explicatif d'un quelconque progrès démocratique, le nombre de candidats n'étant pas un paramètre crédible ou tangible quant à l'alternance au pouvoir.
C'est un peu ce que veut expliquer la présidente du PT qui a estimé que la priorité du moment n'est pas tant cette élection présidentielle mais la sortie du pays du marasme économique, social et politique. Réputée pour son franc-parler, Louisa Hanoune n'en pense pas moins que cette élection présidentielle « ne réglera pas les problèmes qui rongent notre pays », mais « peut les aggraver » dans la mesure où elle entrevoit très franchement son issue, celle d'un 5ème mandat du président Bouteflika. Très réservée sur ce rendez-vous électoral, elle n'en exprime pas moins en réalité une large conviction au sein de l'opposition que cette fois-ci encore cette élection sera marquée par la victoire du candidat du pouvoir. Et qu'au fond le pays ne joue qu'une mauvaise partition politique où les partis-lièvres jouent les faire-valoir du régime politique.
C'est une méfiance devenue atavique par rapport à tout ce qu'entreprend le pouvoir qui se cristallise dans cette position de défiance également du PT et que le FFS vient de son côté consolider. Quand il ne jette pas une ombre et décrédibilise, à sa manière, le rendez-vous électoral du 18 avril prochain. Fidèle à ses principes, le FFS décide de boycotter l'élection d'avril 2019. Le fait est que le plus vieux parti d'opposition algérien exprime tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Pour ce parti, la prochaine présidentielle ne sera qu'une opération électorale pour renforcer le pouvoir en place qui se sert donc du paravent « démocratique » pour se maintenir et fermer les portes de l'alternance au pouvoir. Et il le dit en relevant que « les conditions d'une élection démocratique, libre, honnête et transparente, à trois mois de la tenue du prochain scrutin présidentiel, ne sont pas réunies ».
Pour l'opposition, le moment est opportun, avec le débat national qui commence avec cette présidentielle, pour dénoncer les tares du régime actuel, l'absence de démocratie, d'alternance au pouvoir, de justice sociale et de perspectives politiques claires pour le pays. Ce n'est que le début de campagnes électorales pour ceux qui participent au rendez-vous du 18 avril, comme pour ceux qui ont déjà annoncé leur décision de le boycotter, qui vont fatalement se cristalliser sur le seul bien non périssable à force de l'utiliser que tout le monde revendique, celui de l'instauration de la démocratie, la justice sociale et de la bonne gouvernance. Sur ces points, tous les candidats comme les boycotteurs et les indécis sont d'accord. Le seul souci est de savoir comment instaurer une démocratie véritable dans un pays où « chacun voit midi à sa porte ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.