Possible jumelage des élections législatives avec les élections locales    Djerad prône une «réelle rupture»    Création d'une Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique    La fonte en attendant les réformes    Le lion change de look    RC Relizane-USM Bel-Abbès à Chlef    Feu vert pour la venue d'Al-Hilal à Alger    Algérie-Zambie en amical au Maroc ?    «Des centaines de milliers de vaccins arriveront très prochainement»    Actuculte    En quête d'Alger(2)    L'ALPS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Journée internationale des mathématiques : L'USTHB rend hommage au Pr Khelladi    Les promotions aux postes supérieurs tiennent en compte le principe d'égalité entre les enfants des différentes régions du pays    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Denis Lavagne. Entraîneur de la JS Kabylie : «Le plus dur reste à faire»    Ligue des champions d'Afrique (Groupe D) : Le Mouloudia dès aujourd'hui au Sénégal    Voici les pays qui mènent la course    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Air Algérie: suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    La Cour de justice européenne examine le recours du Front Polisario    Londres "suit de près" la situation au Sahara occidental    Madaure, cité savante, site ignoré    La révolte du désespoir    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Le poulet coûtera désormais cher !    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    10.000 logements à la clé    Tout est sous contrôle    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Ligue arabe découvre l'ingérence étrangère en Syrie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 01 - 2019

A l'issue de ses entretiens dimanche au Caire avec le nouvel émissaire des Nations unies en Syrie Geir Pedersen, Aboul Gheit, le secrétaire général de la Ligue arabe, a appelé à mettre fin aux ingérences internationales et régionales qui ne font selon lui que prolonger la durée du conflit syrien. L'on ne peut évidemment que souscrire à cette interpellation formulée par lui au nom de l'organisation arabe qu'il dirige mais sans oublier, il va de soi, que c'est la position adoptée par celle-ci sur la crise syrienne qui a offert couverture aux ingérences dont elle semble découvrir les conséquences négatives sur la prolongation et la résolution de cette crise.
Il faut rappeler en effet que cette Ligue arabe au lieu de s'en tenir comme c'est censé être sa vocation à une médiation entre les acteurs de la crise qui a éclaté en 2011 en Syrie, Etat qui en est membre, elle a sous l'injonction de l'Arabie Saoudite et des émirats pétroliers de la région pris fait et cause d'emblée pour l'opposition qui affichait l'intention de renverser le pouvoir légal syrien. Ses prises de position et les résolutions qu'elle a adoptées à l'instigation de ces mêmes parties ont servi de justification aux pays occidentaux s'étant fixé pour des considérations géopolitiques l'objectif du renversement de Bachar El Assad. Les ingérences que l'on a vues à l'œuvre dans le conflit syrien ont eu sa caution. Toujours sous l'influence de ses membres cités plus haut, la Ligue arabe les a ouvertement prônées et quémandées.
Totalement inféodée aux pétromonarchies arabes, la Ligue a cautionné la transformation de la crise syrienne en un conflit armé tel que l'ont décidé ses tuteurs qui ont armé et financé abondamment les oppositions syriennes, y compris celles affiliées à El Qaïda et à l'Etat islamique. Elle ne fait marche arrière et ne réclame qu'il soit mis un terme aux ingérences régionales et internationales en Syrie qu'au constat que le plan de ses tuteurs pour ce pays n'a plus aucune chance de se réaliser et que l'évolution du conflit dont il est le théâtre a tourné en leur défaveur.
Ce n'est pas par lucidité politique assumée qu'Aboul Gheit a lancé son appel. Il n'a fait que servir de porte-voix à la préoccupation de Ryad de se dépêtrer d'un conflit dont le royaume saoudien a été l'un des déterminants allumeurs et pourvoyeurs. Raison pour ne pas y en faire une initiative qui va absoudre la Ligue arabe et les Etats qui exercent en son sein leur prépondérance néfaste du crime monstrueux dont ils ont été à la fois instigateurs et complices contre la nation syrienne. Ce crime n'est pas le seul qui leur est imputable. Ils ont agi de la même sorte en Irak, en Libye et font de même au Yémen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.