Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 02 - 2019

Le défilé ininterrompu des lecteurs à la salle de la librairie « Alili » témoignait, jeudi dernier, du succès des livres de Kamel Daoud. « Il n'est pas question que je rate le passage à Tlemcen de ce grand auteur et journaliste. J'appréciait sa chronique Raïna Raïkoum, son intellectualité et surtout son courage et ses prises de position sur des sujets tels que le fondamentalisme et le radicalisme religieux, mais aussi la liberté d'expression », dira un professeur de l'université de Tlemcen avant même que Kamel s'installe sur la tribune à côté de la modératrice Sabiha Benmansour (Présidente de l'association Mohamed Dib). Devant un parterre d'initiés, l'auteur a brièvement expliqué le contenu de son roman « Le peintre dévorant la femme » qu'il vient de publier où il invite le lecteur dans cet ouvrage à partager sa nuit solitaire, vécue dans le musée Picasso lors de l'exposition Picasso 1932 année Erotique à Paris, avant de se prêter au jeu des questions-réponses. «Quelle est la raison qui vous a conduit à écrire ? », lui lance d'emblée l'animatrice de la rencontre. « La raison d'écrire, c'est une des questions qu'on me pose partout dans le monde, c'est pourquoi vous écrivez en français ? Pourquoi vous écrivez ? A quel public vous vous adressez ? C'est une question qu'on pose souvent aux écrivains qui viennent de la marge qui vont vers le centre, c'est-à-dire qui viennent de Turquie, d'Algérie et du Vietnam, qui vont vers les capitales qui produisent de la valeur, Paris, New York ou Francfort en Allemagne, donc comment je suis venu à l'écriture, quelles sont les grandes raisons qui poussent à l'écriture ? Personnellement je pense que c'est la lecture. Il faut lire, faire lire, distribuer le livre, le laisser comme une sorte de présence partout dans tous les espaces possibles. Lire libère, lire fait voyager quand on n'a pas les moyens de voyager, lire c'est relativiser ses propres croyances, on découvre que le reste du monde a d'autres valeurs et d'autres croyances, alors on s'apaise et on commence à entrevoir ce que veut dire la tolérance, et on commence à entrevoir ce que nous apporte la différence. J'ai dit une phrase lors de la remise du prix Mohamed Dib et je vous jure qu'elle était improvisée sur place et que je reprends souvent, j'ai dit que les hommes d'un seul livre sont toujours intolérants et que les hommes de plusieurs livres sont toujours libres, donc il faut encourager la lecture. Ce qui m'a mené à écrire c'est d'avoir été un lecteur frustré, parce que je n'avais pas accès au livre dans le milieu où je vivais, je me suis mis à imaginer des histoires que je n'avais pas sous la main, et j'ai écrit par frustration de lecteur, j'ai écrit le livre que j'aurai voulu lire, j'ai imaginé ces livres.
La deuxième raison, c'est cette volonté de donner du sens à sa vie. Il est important de donner du sens à sa vie, on n'en a qu'une seule, on n'en a pas deux, il faut la mériter, il faut en faire quelque chose, il faut lui donner du sens. Pour moi la littérature c'est ce qui fait fabriquer le sens dans ma vie, c'est ce que j'espère me donner de la valeur à ma vie, si j'arrive à la vieillesse comme je l'espère ou si je disparais un jour, j'aurai toujours eu cette certitude peut-être vaniteuse d'avoir laissé quelque chose de plus important qu'une pierre tombale. Il faut mériter sa vie, il faut aussi aller au-delà de sa mort ! », répond l'auteur.
Refusant la soumission et le clientélisme au diktat de la pensée dominante, Kamel Daoud pense le présent et refuse d'être enfermé dans un passé sclérosé. « Moi je n'ai pas de problèmes sur le religieux, j'ai des problèmes avec les courtiers du religieux, et je ne leur en veut pas, parce que je touche à leur gagne-pain.
Moi je n'accepte pas cette idée de me reprocher de parler d'Islam, parce qu'on est dans une sorte de répartition de la légitimité. Celui qui a la propriété de l'Islam, qu'il me le montre et je n'en parlerai plus jamais. Alors je parle de ce qui me tue, ce qui me menace, ce qui veut me priver de ma vraie islamité. Je n'ai pas rencontré une personne qui me parle de cette religion avec amour et de tendresse ! ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.