Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la pondération
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2019

C'est le grand message de Bouteflika à l'occasion de la commémoration de la Journée nationale du chahid : l'Algérie a dans les circonstances actuelles beaucoup plus besoin de sécurité. Sans vraiment évoquer les soubresauts politiques qu'est en train de provoquer le scrutin du 18 avril prochain au sein des différentes couches sociales, formations politiques et associations, le président Bouteflika a donc saisi l'opportunité de «la Journée du chahid», cet événement solennel, pour rappeler aux Algériens et à certains milieux politiques que la sécurité de l'Algérie requérait «l'unité, l'action et le consensus national». Mieux, le chef de l'Etat estime que dans la conjoncture actuelle, il est important, sinon vital que tout le monde, au sens large, fasse prévaloir l'intérêt du pays «à chaque fois qu'il est question de sauvegarder notre indépendance politique, économique et sécuritaire».
Il rappellera ainsi à ceux qui l'auraient vite oublié que «la sécurité de l'Algérie ne suppose pas uniquement la force armée, mais également la maturité, l'unité, l'action et le consensus national». Dès lors, la messe est dite : la conjoncture actuelle marquée par les préparatifs de chaque camp et chaque candidat à titre individuel au prochain scrutin ne doit pas faire oublier à tous qu'au-delà des ambitions politiques personnelles ou collectives, au-delà des enjeux de cette élection présidentielle, il y a l'avenir du pays à ne pas hypothéquer par quelques postures maladroites. Par quelques comportements qui ne vont pas dans le sens d'un apaisement des esprits et des volontés à un moment politique et sociologique crucial avec cette échéance électorale. Et, si le chef de l'Etat revient avec insistance sur le consensus national, c'est surtout pour matérialiser son projet d'organiser, s'il sera réélu pour un 5ème mandat, une conférence nationale inclusive où seront discutées les grandes réformes politiques, économiques et institutionnelles qu'il a promises.
Bien sûr, le discours du président pèche par cet inévitable raccourci, dans sa forme comme dans son contenu, à la lutte de libération nationale, au sermon fait aux chouhada, comme pour rappeler que la conjoncture actuelle appelle tous les acteurs politiques, qu'ils soient dans le camp de l'opposition ou du pouvoir, à ne pas aller vers un affrontement inutile et contre-productif. A une guerre de positions qui se profile à l'horizon et qui ne profitera ni aux partis du pouvoir ni à l'opposition, encore moins à la tenue sereine d'une élection présidentielle qui ne doit pas prendre les contours angoissants de la négation de l'autre, encore moins laisser, sinon abandonner à la rue de faire ses propres choix stratégique et sortir dès lors des voies de la raison et de la pondération qui doivent guider tous ceux qui vont aller et ceux qui n'iront pas à ce scrutin. Car si boycotter cette élection politique est une position respectable et démocratiquement assumée, encore faut-il respecter le choix de ceux qui ont opté pour aller affronter, même à armes inégales, le candidat du pouvoir. La démocratie, c'est également cela, le respect des adversaires et, surtout, accepter ses différences, sans violences. Lorsque le président parle de veiller à préserver la sécurité du pays, il ne fait qu'exprimer cette angoisse qui s'est emparée des uns et des autres après ces marches «spontanées» contre le 5ème mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.