Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la pondération
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2019

C'est le grand message de Bouteflika à l'occasion de la commémoration de la Journée nationale du chahid : l'Algérie a dans les circonstances actuelles beaucoup plus besoin de sécurité. Sans vraiment évoquer les soubresauts politiques qu'est en train de provoquer le scrutin du 18 avril prochain au sein des différentes couches sociales, formations politiques et associations, le président Bouteflika a donc saisi l'opportunité de «la Journée du chahid», cet événement solennel, pour rappeler aux Algériens et à certains milieux politiques que la sécurité de l'Algérie requérait «l'unité, l'action et le consensus national». Mieux, le chef de l'Etat estime que dans la conjoncture actuelle, il est important, sinon vital que tout le monde, au sens large, fasse prévaloir l'intérêt du pays «à chaque fois qu'il est question de sauvegarder notre indépendance politique, économique et sécuritaire».
Il rappellera ainsi à ceux qui l'auraient vite oublié que «la sécurité de l'Algérie ne suppose pas uniquement la force armée, mais également la maturité, l'unité, l'action et le consensus national». Dès lors, la messe est dite : la conjoncture actuelle marquée par les préparatifs de chaque camp et chaque candidat à titre individuel au prochain scrutin ne doit pas faire oublier à tous qu'au-delà des ambitions politiques personnelles ou collectives, au-delà des enjeux de cette élection présidentielle, il y a l'avenir du pays à ne pas hypothéquer par quelques postures maladroites. Par quelques comportements qui ne vont pas dans le sens d'un apaisement des esprits et des volontés à un moment politique et sociologique crucial avec cette échéance électorale. Et, si le chef de l'Etat revient avec insistance sur le consensus national, c'est surtout pour matérialiser son projet d'organiser, s'il sera réélu pour un 5ème mandat, une conférence nationale inclusive où seront discutées les grandes réformes politiques, économiques et institutionnelles qu'il a promises.
Bien sûr, le discours du président pèche par cet inévitable raccourci, dans sa forme comme dans son contenu, à la lutte de libération nationale, au sermon fait aux chouhada, comme pour rappeler que la conjoncture actuelle appelle tous les acteurs politiques, qu'ils soient dans le camp de l'opposition ou du pouvoir, à ne pas aller vers un affrontement inutile et contre-productif. A une guerre de positions qui se profile à l'horizon et qui ne profitera ni aux partis du pouvoir ni à l'opposition, encore moins à la tenue sereine d'une élection présidentielle qui ne doit pas prendre les contours angoissants de la négation de l'autre, encore moins laisser, sinon abandonner à la rue de faire ses propres choix stratégique et sortir dès lors des voies de la raison et de la pondération qui doivent guider tous ceux qui vont aller et ceux qui n'iront pas à ce scrutin. Car si boycotter cette élection politique est une position respectable et démocratiquement assumée, encore faut-il respecter le choix de ceux qui ont opté pour aller affronter, même à armes inégales, le candidat du pouvoir. La démocratie, c'est également cela, le respect des adversaires et, surtout, accepter ses différences, sans violences. Lorsque le président parle de veiller à préserver la sécurité du pays, il ne fait qu'exprimer cette angoisse qui s'est emparée des uns et des autres après ces marches «spontanées» contre le 5ème mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.