Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 02 - 2019

Jamais la paix et la sécurité mondiale ne paraissent autant menacées que depuis l'arrivée de Donald Trump dont la politique internationale se résume à s'en prendre à tout ce qui conteste le leadership américain et son rôle de gendarme de la planète. C'est ce même Donald Trump pourtant qui sans rire s'estime mériter le prix Nobel de la paix. Il n'a pas fait que le penser, mais a aussi actionné l'un de ses supplétifs sur la scène internationale pour proposer sa candidature au prestigieux prix, qui n'est autre que Shinzo Abe le Premier ministre du Japon.
L'information a été révélée par la presse japonaise qui rapporte également le sentiment de honte qu'elle a provoqué dans le pays où l'on craint que la «veulerie» du Premier ministre va renvoyer au reste du monde une image peu reluisante du Japon. Le dirigeant japonais n'est toutefois pas le seul à s'être prononcé en faveur de l'attribution de ce prix au grotesque et dangereux locataire de la Maison-Blanche. Deux parlementaires norvégiens ont déclaré, eux aussi, l'avoir officiellement nominé.
Le prix Nobel de la paix a, certes, été parfois décerné à des personnalités contestables, au palmarès clivant en matière de la cause de la paix dans le monde, mais garde un prestige qu'il perdrait irrévocablement si le comité qui l'attribue fait de Donald Trump son récipiendaire. Le tollé que cette délirante perspective soulèverait serait autrement plus universel que celui provoqué par l'octroi de ce prix à Barak Obama, son prédécesseur à la Maison-Blanche. En raison de la symbolique qu'à eu l'accession de ce dernier à la présidence des Etats Unis et de sa promesse d'œuvrer à la construction d'un monde de paix dans le respect de la souveraineté de chacun de ses Etats. Et cédant à l'obamania qui a déferlé à travers la planète, le comité du Nobel s'est précipité à lui décerner son prix. Ce qui fut une énorme faute au regard du bilan de ce très controversé président américain.
Avec Donald Trump, au cas où il viendrait à être «distingué» par le prix Nobel de la paix, alors il ne serait plus question de faute ou d'erreur, mais de volonté délibérée d'encenser un homme et sa politique qui sont en train de précipiter le monde vers la confrontation généralisée et vers un chaos apocalyptique. Donald Trump prix Nobel de la paix alors qu'il sème partout la discorde ! l'on sera alors au comble de la forfaiture morale et du cynisme.
En ayant accepté de faire suite à la sollicitation du président américain, le Premier ministre japonais a probablement crû que cela lui vaudra sa reconnaissance et le renforcement pour son pays de ses relations avec l'Amérique tout comme Macron qui s'est essayé lui aussi à ce registre avec l'imprévisible personnage. Il risque d'en récolter de cuisantes déconvenues, et aussi de perdre le respect des Japonais dont il humilie et ridiculise de la sorte le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.