Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 02 - 2019


Les Israéliens de France se cachent derrière une définition rendue désuète par une histoire écrite par les vainqueurs pour faire de l'antisionisme un délit passible de guillotine. Des députés français veulent, tout simplement, assimiler l'antisionisme à de l'antisémitisme et le punir comme tel. Si au point zéro de l'histoire, l'antisionisme, selon Wikipédia, «désigne, historiquement, l'opposition au projet sioniste d'établissement d'un foyer national juif, en Palestine», la défaite militaire des pays arabes et les concessions des Occidentaux ont, forcément, développé une autre approche. Tout comme l'apartheid, le sionisme renvoie à une politique d'un Etat ségrégationniste, coupable de mener un véritable génocide contre les Palestiniens. Lorsqu'on est antisioniste, on ne fait que dénoncer la nature politique d'Israël qui a fait de l'Apartheid un mode de gouvernance. Lorsqu'on critique l'expansionnisme et les massacres des Israéliens, on ne tire pas sur le juif et quand on adhère au mouvement BDS, on ne cherche pas à le ruiner. L'ancien Premier ministre français, Manuel Valls, qui avait osé déclarer que critiquer la politique d'Israël c'est presque sinon un «antisionisme» antichambre systématique de «l'antisémitisme». Le mot est lâché et la condamnation, en référé, pour quiconque ose suivre les traces de Dieudo, Soral et leurs frères. Paris a tenu à tracer une frontière carcérale entre une prise de position politique et une révision idéologique. Cette dictature de la pensée unique, lorsqu'il s'agit de défendre Israël, est le fait du poids considérable, et c'est un euphémisme du lobby juif installé dans le pouvoir politique français et dans les rouages du show-biz et du monde de l'information et de l'édition hexagonale. Justement, c'est à une véritable campagne médiatique qu'on assiste pour mener à bien cette théâtralisation de la victimisation de la kippa, sur fond de critiques fondées de la croix de David. Statistiques, tags antisémites, crimes crapuleux, transformés par une presse assoiffée et aux ordres en une nouvelle shoah et des pseudo-intellectuels, chiens de garde de la pensée sioniste, sont actionnés pour museler toute critique énoncée contre le terrorisme d'Etat prôné par Israël. Cette phalange de la politique de droite, au pouvoir en France se prononce, ouvertement, contre le peuple français qui veut se réapproprier son indépendance. «Barre-toi, sale sioniste de m…», «grosse m… sioniste», «nous sommes le peuple», «la France, elle est à nous», ont crié plusieurs manifestants au visage haineux de Finkielkraut, en marge de la manifestation des ‘Gilets jaunes'. Connu pour son activisme en faveur de la politique israélienne, applaudissant aux meurtres des Palestiniens de Ghaza, il n'a récolté que ce qu'il a semé, important un conflit étranger aux Français sur leur propre terre. Il n'est un secret pour personne que Tel-Aviv impose sa loi aux Français et ces derniers et tous les amoureux de la liberté ont le droit de critiquer, ouvertement, cette politique sans qu'ils ne soient bannis de l'humanité bien-pensante.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.