Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Les décrets publiés au JO    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le Snapo tire la sonnette d'alarme !    Des experts mettent en garde    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Sélection algérienne : Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»    FABB.. Les compétitions gelées jusqu'à l'élection d'un nouveau président    Aymen Mathlouthi, gardien de but de la Tunisie : «On a pris un ascendant sur les Algériens ces dernières années»    Argentine.. L'absence de Lionel Messi au Maroc va coûter cher    Washington reconnaîtra aujourd'hui la souveraineté d'Israël sur le Golan occupé.. Crime avec préméditation    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    Accidents de la circulation.. 8 morts et 22 blessés en 24 heures    POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    Mali: plus de 130 civils tués dans l'attaque d'un village peul    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Imposante marche des avocats à Alger    Faire sa crème anticellulite maison    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les recommandations du FMI    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 02 - 2019


Les Israéliens de France se cachent derrière une définition rendue désuète par une histoire écrite par les vainqueurs pour faire de l'antisionisme un délit passible de guillotine. Des députés français veulent, tout simplement, assimiler l'antisionisme à de l'antisémitisme et le punir comme tel. Si au point zéro de l'histoire, l'antisionisme, selon Wikipédia, «désigne, historiquement, l'opposition au projet sioniste d'établissement d'un foyer national juif, en Palestine», la défaite militaire des pays arabes et les concessions des Occidentaux ont, forcément, développé une autre approche. Tout comme l'apartheid, le sionisme renvoie à une politique d'un Etat ségrégationniste, coupable de mener un véritable génocide contre les Palestiniens. Lorsqu'on est antisioniste, on ne fait que dénoncer la nature politique d'Israël qui a fait de l'Apartheid un mode de gouvernance. Lorsqu'on critique l'expansionnisme et les massacres des Israéliens, on ne tire pas sur le juif et quand on adhère au mouvement BDS, on ne cherche pas à le ruiner. L'ancien Premier ministre français, Manuel Valls, qui avait osé déclarer que critiquer la politique d'Israël c'est presque sinon un «antisionisme» antichambre systématique de «l'antisémitisme». Le mot est lâché et la condamnation, en référé, pour quiconque ose suivre les traces de Dieudo, Soral et leurs frères. Paris a tenu à tracer une frontière carcérale entre une prise de position politique et une révision idéologique. Cette dictature de la pensée unique, lorsqu'il s'agit de défendre Israël, est le fait du poids considérable, et c'est un euphémisme du lobby juif installé dans le pouvoir politique français et dans les rouages du show-biz et du monde de l'information et de l'édition hexagonale. Justement, c'est à une véritable campagne médiatique qu'on assiste pour mener à bien cette théâtralisation de la victimisation de la kippa, sur fond de critiques fondées de la croix de David. Statistiques, tags antisémites, crimes crapuleux, transformés par une presse assoiffée et aux ordres en une nouvelle shoah et des pseudo-intellectuels, chiens de garde de la pensée sioniste, sont actionnés pour museler toute critique énoncée contre le terrorisme d'Etat prôné par Israël. Cette phalange de la politique de droite, au pouvoir en France se prononce, ouvertement, contre le peuple français qui veut se réapproprier son indépendance. «Barre-toi, sale sioniste de m…», «grosse m… sioniste», «nous sommes le peuple», «la France, elle est à nous», ont crié plusieurs manifestants au visage haineux de Finkielkraut, en marge de la manifestation des ‘Gilets jaunes'. Connu pour son activisme en faveur de la politique israélienne, applaudissant aux meurtres des Palestiniens de Ghaza, il n'a récolté que ce qu'il a semé, important un conflit étranger aux Français sur leur propre terre. Il n'est un secret pour personne que Tel-Aviv impose sa loi aux Français et ces derniers et tous les amoureux de la liberté ont le droit de critiquer, ouvertement, cette politique sans qu'ils ne soient bannis de l'humanité bien-pensante.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.