Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Otages de fausses promesses
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 02 - 2019

L'élection présidentielle du 18 avril prochain a pris une tournure tout à fait étrange. Sinon comment interpréter ces appels à des marches contre le 5ème mandat maintenant ? Le timing de ces appels est-il opportun ? Pourquoi n'avoir pas appelé à des marches de protestation contre le 5ème mandat bien avant, au moment où les partis de la majorité présidentielle avaient annoncé leur candidat ? Mieux, est-on là face à des tentatives d'instrumentaliser la rue pour faire barrage, d'une autre manière, à un 5ème mandat que les partis de la majorité veulent faire passer comme une alternative inéluctable ? Des questions et peu de réponses, car la conjoncture politique actuelle est en train de prendre de la vitesse et une tournure qui sont, en réalité, autant de facteurs de rupture avec le discours politique ambiant.
Certes, les revendications citoyennes, quelles qu'elles soient, doivent se faire dans le calme et la raison et, surtout, qu'elles doivent se mettre à l'abri de toutes les tentatives de récupération. Dire «non» au 5ème mandat maintenant que la machine électorale s'est mise en branle, avec la révision des listes électorales, la mise sur pied de directions de campagne par les différents candidats et, plus que tout, que le pays s'est déjà mis en «mode électoral», peut devenir toxique pour un climat électoral jusqu'à présent dénué de toutes dérives politiciennes. D'autant que l'opposition a manifesté, à sa manière, son rejet de cette élection qui devrait, selon elle, introniser pour la 5ème fois le président Bouteflika et donc valider une «présidence à vie» pour le candidat de la majorité.
Le boycott de l'élection présidentielle, un appel du FFS et du RCD, est maintenant instrumentalisé par des marches contre le pouvoir et sa volonté d'imposer une autre mandature pour son candidat. Or, le plus énigmatique dans tout cela est que la plupart de ces marches, hormis celle de ce dimanche à l'appel du collectif Mouwatana, se tiennent sinon «spontanément», du moins à des appels anonymes à travers les réseaux sociaux. Il faut en convenir que ce n'est ni innocent, encore moins «spontané». La hantise, en fait, est que ces «marches spontanées» débordent sur des attitudes dangereuses pour la sécurité du pays et provoquent une espèce d'anarchie urbaine où les événements seront par la suite tout à fait incontrôlables. Sinon déboucher sur un cycle de protestation-répression absolument contre-productif autant pour la fragile démocratie dans le pays que la tenue dans des conditions politiques et sécuritaires apaisées de ce scrutin.
Bien sûr, bien des appétits politiques se cachent derrière ces marches de protestation contre le 5ème mandat. Par contre, la rue aura exprimé, à sa manière et jusqu'à présent par une expression démocratique jamais enregistrée jusque-là, ce qu'elle pense de cette élection. Et, le plus étonnant dans cette situation sociale et politique inédite dans notre pays, est que les partis de l'opposition en sont absolument étrangers, même si le probable candidat Ali Benflis a dit soutenir ces marches. Cependant, il faut se garder d'aller vers ce qui est excessif dans ce «coup de gueule» citoyen contre peut-être non pas vraiment le 5ème mandat mais ce qu'il représente comme impasse pour l'avenir d'une jeunesse toujours otage de fausse promesses électorales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.