Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    Les importations en légère baisse    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Faux indices contre réalité    La FAF dénonce le comportement de Raouraoua    L'Algérien Youcef Rihane éliminé au deuxième tour    Le leader en péril à Sétif, duels à couteaux tirés en bas du tableau    La préparation du match contre la JSK perturbée    Madagascar et l'Ouganda au programme du Kenya    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    «Le théâtre en tout lieu et temps»    Des vents forts sur plusieurs wilayas du sud du pays    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    L'UNICEF lance une campagne de sensibilisation sur l'importance des vaccins    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Installation des commissions de candidatures et de recours    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    De l'immigration clandestine en question    Transfert illégal de devises : une bande démantelée    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rupture
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2019

Si le peuple est dans la rue, c'est que la conscience nationale est toujours intacte. L'Algérie est dans le cœur de ses enfants de tout bord, qui jaloux ne permettront aucune main étrangère, nulle ingérence. C'est une affaire familiale et intra-muros.
Une question de rupture sans déchirures.
Est-ce la fin d'une brouille au sommet ? Est-ce la fin d'une époque ou d'un énième mandat ? Est-ce la fin d'une génération ? Lors d'un enterrement récent d'un grand moudjahid ; le présentateur de l'oraison funèbre figeait l'assistance par ces mots simples mais inquiétants : « Nous sommes là pour assister et constater le passage vers la clémence divine d'un élément de la génération révolutionnaire, implorons Dieu le tout puissant de fournir à ce peuple une génération descendante meilleure que l'ascendante » tout ce monde entonnait avec soupir un grand Amen ! C'est dire le souci national, qu'entretient la masse d'avoir en vœu de futurs hommes aptes à relever le défi et égaler les idéaux de Novembre.
C'est l'unique caractéristique dont fait montre l'esprit éternellement chevaleresque du peuple algérien c'est qu'il ne tire pas sur les ambulances, il ne réprimande pas les stationnés au poste de l'agonie, il ne s'enorgueillit pas de l'arrêt final de la divinité. Bouteflika est encore une fois entre les mains de sa destinée. La dernière ? Personne ne le saura du moins sur le plan de l'extinction du souffle. Sur l'autre plan politique s'entend, le pays est en cours de connaître un changement. Déjà depuis fort longtemps que la complexité de la succession divise comme elle crée des convergences, dans un pays proie à toutes les menaces. Un quatrième mandat était à la date du 08 mai 2012 presque résolu, pour ne pas y être du tout. Ce mandat n'aura pas lieu, furent convaincus les observateurs raisonnablement crédules juste à avoir entendu le président entonner d'une façon poignante et pathétique que sa génération a fait son temps. Le discours de Sétif allait faire cesser tous les scenarios plausibles pour ne pas mettre en travers du devenir national, les appétits des uns et les appétences des autres. La suite des événements ne confirmera pas la lecture de l'intention présidentielle pondue à Sétif. Le temps de cette génération se perpétue et s'est même transvasé au Sénat.
Les questions d'âge, d'impotence ou de santé des hommes d'Etat est depuis la naissance du pouvoir algérien une raison d'Etat, une question de pouvoir. L'Algérie a déjà lourdement payé son passage vers la démocratie. Nous ne nous sommes pas contentés de marches ou de manifestations. Nous lui avions offert des milliers de morts. La route a été longue, meurtrière. Voilà qu'une autre jeunesse, outre le travail et le logement, réclame plus de démocratie, plus de liberté, plus d'écoute. Elle exige la rupture.
Les événements de Tunis, de Libye, du Yémen et du Caire ne pouvaient alors, qu'enthousiasmer à coté d'un rêve difficile toute une jeunesse désemparée. Cette jeunesse à l'égard de qui le pouvoir n'avait pu hélas se mettre au diapason de ses doléances, se voit en net décalage avec ce même pouvoir. La gérontocratie, la vieillesse et le personnel momifié tiennent en attache la gérance de cette masse juvénile. Le temps des révolutions classiques et légendaires est une inconnue pour cette frange sociale. Leur révolution est une débrouillardise pour le comment arriver à vivre. Diplômé ou chômeur, le jeune reste totalement incompris par ceux qui, sans lui demander, décident de gérer son avenir. Le monde actuel national a été fait et continue de l'être sans eux. Ces jeunes n'arrivent point à s'atteler à de vagues engagements tant répétés par des visages super vus et connus, devenus cauchemardesques, criant à l'emploi ou à la solidarité nationale. Victimes apparentes et dans leur grande majorité des inégalités sociales qui de jour en jour déchirent l'équilibre des classes, ils requièrent une justice applicable uniformément à tous. Certains fréquentent pour leurs études les universités de prestige, d'autres les abandonnent pour vivre en travaillant le trabendo ou la vente à la sauvette. Certains usent à longueur de boulevards et de campus universitaires les pneus de la Q7 de papa .Il y a même ceux qui crèchent, à Londres ou à Paris sous de vrais certificat de scolarité, comme étudiants mais se domicilient dans de cossues villas dans ces mêmes capitales quand les autres font le fugitif et le clandestin ou meurent entre les serres des terribles vagues.
Toute cette jeunesse est donc une production made in l'école algérienne. L'unique alternative qui leur est offerte devant l'échec scolaire répétitif et précoce à défaut de drogue, de prison, de fugue ou d'immolation ; demeure principalement l'angoisse. Les souks sont remplis d'étals précaires, de tentes de fortune, de gardiennage forcé et vulgaire. Les kiosques en tôle ou en petites baraques occupent tous les coins de la ville et des hameaux. La chaussée des routes nationales est jonchée sur ses bords de toute espèce de marchandises. La débrouillardise bat son plein. Rien à faire, l'Etat malgré un timide déclic, reste voyeur et placide. Des raccourcis, du bricolage, des prêts par-ci par-là n'ont pu mettre l'Ansej ou autres entités ad-hoc dans le vrai débat qui s'impose. L'ouverture politique. Donc avec ou sans Bouteflika, l'essentiel serait dans la conversion du système. De la doctrine de domination à la suprématie de la participation. L'épreuve dans ce jeu est presque mortelle. Si l'on n'arrive pas à provoquer dangereusement un ulcère d'estomac, on essaye l'anxiété et l'angoisse, sinon on verra ; la rue, l'insurrection.
Avoir des dirigeants dépassant la limite légale de la retraite, parfois impotents n'est pas de nature à créer de l'espoir dans la réserve juvénile que recèle la république. Car il existe une autre caste de jeunes branchés, lettrés et diplômés. Cette catégorie qui se trouve partiellement un peu partout dans les rouages de l'Etat, administrations et entreprises publiques, si elle trouve postes ; fait fonction de nègre. En leur oppose à chaque fois, leur inexpérience, leur tiédeur ou leur candeur. La promotion éventuelle ne leur est qu'un rangement dans l'obséquiosité presque religieuse du chef sectoriel. Ainsi la fuite vers l'ailleurs, l'étranger est devenu un exil forcé. Là bas, ils pensent y trouver un rang apprécié et conforme à leur compétence. Au moins, s'estimeraient-ils heureux et libres. Si dans certains cercles d'autorité, la fonction supérieure n'a comme élément de sélection que l'appartenance régionale que diront ces jeunes cadres parqués dans la marge indéfinie de la république ?
La situation, à défaut de décider d'entrer au sein même de la vraie démocratie ; est grave. Elle est porteuse après un lifting inadéquat à coup de milliards ; d'immenses revendications politiques hautement légitimes. Même si elle ne semble pas empiler cette jeunesse dans son volet le plus politicien. Ils pourront y être autrement et pour autre chose. Gueuler, se défouler et essayer de se faire entendre. Récupérées tactiquement leurs actions sociales pourraient toutefois faire une véritable révolution d'ordre politique. À contrario justement de la jeunesse tunisienne ou égyptienne, les Algériens ne s'attendent pas à un déni de parole. Ni faire face à des matraques ou bombes lacrymogènes. Surtout à ne pas voir leur « révolution-bis » celle d'octobre être prise en charge par des partis, « société civile » ou « commissions » « coordination » tous improductifs et en état final de ménopause. Il faudrait seulement leur tendre une oreille attentive. Repérer le ras-le-bol qui submerge le facebook et autres espaces d'expression sans contraintes. Il n'est jamais trop tard. Alors pourquoi ne pas, desserrer l'étau d'un seul coup et offrir une transition de pouvoirs sereine et impassible ? C'est aussi simple pour tous. Mais dur et insoutenable pour les « tenants du pouvoir ». Surtout ceux qui gravitent autour du président ou qui s'y affilient. A voir ce qui se passe ailleurs ; janvier 2011 est resté inassouvi, voire inachevé. Il est recommandé ardemment la transmission paternelle de ce flambeau qui a brulé toutes les mains neuves qui tentaient de s'y approcher. L'avenir national appartient aux jeunes. C'est à eux et eux seuls qu'échoira le rôle de tracer la destinée, voire la leur, du pays vers des horizons plus cléments et pleins d'espoir et de bonheur.
Dans l'histoire récente du monde arabe, l'honneur de pas mal de rais, de guide, de présidents a été à tord ou à raison bafoué. La cause : la longévité. C'est vrai que par instinct humanitaire, la quête du pouvoir, sa rétention et son maintien sont une cause légitime. Mais de là à en faire une possession réservée, incessible et insaisissable, cela frôle la pathologie de la fièvre chronique et incurable. Pour un chef ; président, ministre, patron institutionnel partir courant ou avant terme n'est pas mourir. Partir volontairement n'est pas un acte de fuyard. Il ne peut être qu'une réflexion sage et paisible. Car il provient d'une analyse qui anticipe les évènements. Surtout si ceux-ci sont impérieux et tenaces. Une bonne entrée donc dans l'histoire, avec un siège éternellement confortable. C'est cette dernière qui validera l'immortalité ou l'insanité. Car partir dans un choix réfléchi et voulu n'est pas périr dans l'absolu. C'est une raison ou personnelle ou d'Etat. La postérité saura reconnaitre les siens. Les autres également. C'est juste se régénérer autrement. Mais ici, chez nous l'après-pouvoir est toujours pénible commente-t-on. Que non ! Qu'avait-il subit Chadli dans son éloignement du pouvoir ? Idem pour Zeroual et Ali Kafi. L'Algérien est plein de mansuétude, malgré son opiniâtreté et sa crânerie ; Il ne maudit pas les siens, ni les apostasie à les faire mourir. Juste il en fait des railleries.
Il est grandement salutaire pour la nation que le pays arrive paisiblement à s'arrimer dans la véritable démarche démocratique. Il ne peut sans ça, donner encore l'occasion à de l'aléatoire pour lui réserver un sort incertain et prolonger la noirceur de ses longues nuits. Si la décantation immédiate était le changement de régime, la rupture et le remodelage radical de l'exercice politique seraient le socle des récentes revendications
La maladie du président enfin n'est ni la fin d'un règne ni celle d'une époque. Ce n'est qu'une situation tout à fait humaine, à vivre par tout un chacun. Mais elle tient à formuler dès à présent la fin d'une hégémonie se faisant privilégiée au nom du président. Nous disions dans une ancienne chronique que des Chakib, il y en a un peu partout. Clairsemant le paysage sous les cieux d'Alger ils portent d'autres patronymes, assurent d'autres fonctions. Ce sont des noms forts, à la moindre intonation de leur phonétique tous est permis. Alger ces derniers temps est fébrile aux pires informations. Les gens en ont marre de ce personnel presque le même qui entoure la présidence. Le patronat, le syndicat, les unions, les partis précaires et bien d'autres arrivistes furent-ils perchés dans des ministères de souveraineté, parlant de surcroit au nom du président, voire du peuple !
C'est vrai que la pratique politique en Algérie tend de plus en plus à devenir un sport périlleux. Les luttes, somme toute, qui émaillent l'enjeu ont de par le monde, titillé les pires égos. Il leur faut, à ces luttes ; cependant ce minimum d'éthique qu'exigerait maintenant la galanterie politique dans le moyen pour parvenir à la conquête des commandes.
Ainsi Il suffit pour tout « quêteur de pouvoirs » de faire tracer au peuple un agenda plus clair, lui parler, l'aimer. Et encore le convaincre, le porter au plus haut de l'adhésion et de la démarche participative. Et ne pas l'utiliser contre sa volonté tel un outil d'arrachage ou de manutention. Sinon vogue la galère. « Implorons Dieu le tout puissant de fournir à ce peuple une génération descendante meilleure que l'ascendante » Amen ! Pour ce qui est de la fonction présidentielle, de la révision constitutionnelle, de l'équilibre des pouvoirs ou d'un autre mandat ; ça c'est une affaire de peuple. Et y tient fermement. La maladie d'un président n'est ni la fin d'un règne ni celle d'une époque. Ce n'est qu'une situation tout à fait humaine, à vivre par tout un chacun. En fait de fin ; la fin d'un homme ne détermine forcément pas la fin d'un régime. Bien au contraire ; la fin d'un régime entraine impérativement la fin d'un homme. Car s'il institue un régime, ce dernier peut ne lui survivre.
Ainsi la rupture aura lieu quand l'on ne verra plus à Alger ces Volkswagen noires et noircies de vitres immatriculés 00 et en grand tintamarre, ces ministres souffleurs de haine et pyromanes, ces incompétents décrétés chefs, ce besoin de connaitre quelqu'un partout pour avoir son papier de partout, ce gros mensonge de débureaucratisation. La rupture sera dans le strict respect de la loi et uniquement d'elle, dans l'éclairage des urnes, dans l'absence de la mélancolie citoyenne. Enfin la rupture c'est de rompre avec ce gouvernement, cette assemblée nationale, ces oligarchies, ces partis scélérats en revivifiant les énergies saines et nationales encore mises en quarantaine.
Pour dire enfin que la rupture n'est pas dans le refus du 5 eme mandat, ni dans la disparition de Bouteflika que Dieu lui donne santé ; mais dans le refus et la disparition de ceux qui l'utilisent, de cette classe politique corrompue et corruptrice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.