L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fort afflux à l'agence foncière depuis la mi-février: 3.500 actes remis et 80 milliards de rentrées de la régularisation
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 03 - 2019

  Un grand afflux de citoyens est enregistré ces jours-ci au niveau de l'agence foncière pour la régularisation des biens bâtis. Il semble a priori que la conjoncture préélectorale que vit le pays y est pour beaucoup. En tout cas, les services de l'AGERF d'Oran parlent d'un «pic» de dossiers réceptionnés et d'OV réglés dès la dernière décade de février. Le dispositif bat son plein. Cette recrudescence soudaine de la demande n'a pas pour autant contraint ni perturbé le fonctionnement des services concernés par cette prestation au niveau de l'Agence de gestion et de régulation foncières et urbaines de la wilaya d'Oran. Ayant bien avant réajusté et mis à niveau son mécanisme pour en optimiser la capacité de traitement, avec comme objectif général d'assainir un gros cumul et se mettre ainsi en phase avec la demande courante. il aura suffi pour la direction de l'agence foncière d'y apporter quelques retouches pour se synchroniser sur la forte et brusque croissance enregistrée au guichet unique. Depuis, le dispositif de la régularisation foncière tourne à plein régime. Au niveau de cet organisme public, la forte affluence n'est pas perçue comme étant un fait intempestif aux effets contraignants sur le service, mais, bien au contraire, il est considéré comme étant un feed-back positif d'une stratégie de communication à destination des citoyens concernés et, du coup, une belle opportunité pour « liquider » le plus possible de cas, nouveaux ou en cours de traitement. Au-delà du bilan chiffré, c'est l'impact de l'opération qui est à souligner. On note dans la foulée l'assainissement de vieux dossiers épineux, la régularisation de titres de lotissements et de coopératives immobilières irrégulières créées dans les années 90, le règlement des cas de « énième » main. Au regard du bilan 2016 - 2018, auquel il faut ajouter le bimestre janvier - février 2019, dressé par l'agence foncière de la wilaya d'Oran et de l'état récapitulatif des programmes concernés par la régularisation, et à en juger du rythme de traitement, il ne fait aucun doute que le volume de dossiers en instance au niveau de l'Agence de gestion et de régulation foncières et urbaines de la wilaya d'Oran (AGERFOR), un cumul de plusieurs années sera assaini à très court terme.
UN FEED-BACK POSITIF
3.500 actes délivrés et 3.800 dossiers en cours de traitement. Deux chiffres-clés qui ressortent du dernier état récapitulatif. Autre chiffre saisissant, celui relatif au montant perçu au titre des 81 opérations de régularisation : 77 milliards. Rien que cela. Le système de versement étant des plus souples, ce n'est là pourtant que 40% de l'impact financier évalué, dont le montant global à engranger à terme est de l'ordre de 185 milliards. L'impact de la régularisation foncière ne peut être circonscrit et confiné dans un seul objectif. Il est en fait large et multiple. La régularisation est une forme de production foncière. Elle ne concerne pas seulement la sécurité foncière mais aussi l'amélioration de l'habitat, la réhabilitation des équipements, le développement des services... Autrement dit, la promotion de la citoyenneté, la consécration d'un droit à la ville au bénéfice de populations qui en étaient privées, parfois complètement. Outre le fait que la régularisation de l'habitat donne un contenu concret au droit de propriété et légitime l'accès des habitants au crédit et aux services, elle contribue à la réhabilitation et à la mise à niveau du cadre bâti et, par effet d'entraînement, à l'environnement urbain dans son ensemble. La régularisation foncière clarifie également les occupations de chaque parcelle, facilite la desserte en services urbains et le recouvrement de leurs coûts par les organismes et entreprises qui en ont la charge. Ceci sans parler de son impact en termes d'apaisement social et d'amélioration de la relation Etat - citoyen, mais aussi sur les plans du cadre de vie et de la formalisation des quartiers, afin de les intégrer dans le système juridique légal, pour unifier les marchés fonciers, favoriser les investissements et la croissance économique.
77 MILLIARDS RECOUVRES POUR UN OBJECTIF «A TERME» DE 185 MILLIARDS
Ce sont donc 81 sites, soit autant d'opérations, qui sont concernés par le processus de régularisation diligenté par les services de l'agence foncière de la wilaya d'Oran, selon son directeur Mohamed Mebarki. Sur un total de 6.779 dossiers déposés, l'agence a déjà réglé 3.022 cas, soit un nombre égal de mainlevées et d'actes de propriétés délivrés. Ceci alors que 3.557 dossiers sont en voie de traitement, dont la plupart en phase avancée puisqu'ils ont été examinés et validés et des ordres de versement ont été établis pour les citoyens concernés. Le gros du plan de charge, pratiquement 76%, se trouve au niveau des daïras de Bir El-Djir et Es Sénia, avec respectivement 3.509 et 1.083 habitations concernées et 1.600 et 502 actes établis. Il s'agit pour le cas de Bir El-Djir de 21 opérations pour autant de sites, dont notamment Sidi El-Bachir, Haï Khemisti, Belgaïd, Bendaoud, Hassi Amer et Hassi Bounif. Pour le cas d'Es Sénia, il est question de 13 opérations pour autant de sites, parmi lesquels : Kara, Aïn El-Beïda, Sidi Lakhdar, El-Kerma, Sidi Chahmi et Sidi Mâarouf.
D'autres communes à l'instar d'Aïn El-Turck, Arzew, Sidi Benyebka, Mers El-Kébir, Aïn Bia, Bethioua, Hassi Ben Okba, El-Kerma, Sidi Chahmi, Gdyel, Oran, El-Braya, Oued Tlélat, qu'il s'agisse de leurs chefs-lieux respectifs ou leurs annexes, sont également concernées par cette opération.
Le dossier de la régularisation foncière, l'un des problèmes majeurs de l'agglomération de Sidi El-Bachir, est en bonne voie de résolution.
Au-delà du fait de rétablir des centaines d'habitants dans leur droit de propriété immobilière et de leur porter une sécurité foncière, le processus, suivi de très près le wali, contribue à la structuration et l'intégration de cette partie désarticulée de la banlieue oranaise.
LE CAS «SINGULIER» DE SIDI EL-BACHIR
2.616 constructions, 75 hectares. C'est la consistance de l'opération de régularisation menée au niveau de deux grands sites, Sidi El-Bachir, Bendaoued I et II, relevant de la commune de Bir El-Djir. Imprégnant du rythme, et ce sur directives réitérées du chef de l'exécutif local, Mouloud Cherifi, qui a boosté ce dossier au lendemain de sa prise des commandes de la wilaya, l'agence foncière d'Oran a accompli un grand pas dans cette démarche. Avec comme résultat probant : la remise de 1.600 actes. C'est donc la première vague, de très bonne consistance, du dispositif, qui sera mené à bout à brève échéance, au grand soulagement des familles concernées, qui ont pris leur mal en patience, le temps de trois générations durant. Il ne s'agit pas, en effet, de nouveaux débarqués, au gré des exodes ruraux et des dernières vagues de « ghettoïsation », comme on serait tenté de le présupposer sous le poids des préjugés et des idées préconçues que renvoie la bourgade de Sidi El-Bachir de par sa topologie urbaine et sa composition démographique, mais bel et bien d'habitants autochtones vivant depuis plusieurs décennies en ces lieux et dont au moins trois générations successives sont natives de Sidi El-Bachir et les villages alentour.
De même, il ne s'agit pas non plus de lots urbains déstructurés, livrés à eux-mêmes en matière de VRD et autres services, mais bel et bien de quartiers structurés, viabilisés, aménagés, avec un certain ordonnancement architectural et urbanistique, disons tolérables.
SANS ACTES DEPUIS 3 GENERATIONS
L'acte de propriété, pour conforter et légitimer leurs enfants et petits-enfants dans leur droit de jouissance et d'héritage et sécuriser leur avenir en matière d'habitat, c'est ce qui faisait défaut, gros défaut et non moins angoissant, dans la vie de ces pères et mères de familles, qui devront bientôt pousser un long soupir d'apaisement, une fois le papier en main.
Il faut savoir que le problème de la régularisation foncière des biens bâtis et non bâtis, constitue un dossier lourd et épineux, notamment lorsqu'il s'agit des propriétaires de 3ème, 4ème, voire 5ème main. Des instructions fermes ont été données par le wali d'Oran pour remettre les actes de propriété aux citoyens, dont bon nombre attendent ce document depuis de longues années.
A propos du problème des propriétaires de deuxième main, l'on assure que ce dossier est pris en charge sérieusement par l'agence, qui s'attelle aussi à l'étude des dossiers des constructions érigées sur ses propres terrains à travers plusieurs sites, notamment à Cap Carbon, Boutlélis, BC7 et Gdyel. Le problème lié à l'absence des actes de propriété, dont souffre depuis plusieurs années une grande partie de la population résidant dans les différentes localités de la wilaya d'Oran, est toujours d'actualité dans certaines agglomérations.
Il y a lieu de rappeler que le dossier de la régularisation du foncier urbain d'Oran a été ouvert fin 2004. Cependant, la reconstitution de l'information n'était pas facile pour les services chargés du dossier, mais depuis 2014, l'opération a connu une nouvelle dynamique.
A ce jour près de 25.000 actes de propriété ont été délivrés par l'agence foncière de la wilaya, à elle seule.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.