Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'agence foncière dresse son bilan: 2.100 actes délivrés et 54 milliards de recettes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 03 - 2018

Débureaucratisé et allégé, le dispositif de la régularisation foncière tourne à plein régime. Au regard du bilan 2016-2018 et à en juger du rythme de traitement, il ne fait aucun doute, le volume de dossiers en instance au niveau de l'Agence foncière, un cumul de plusieurs années, sera assaini à très court terme. 2.100 actes délivrés et 4.224 dossiers en cours de traitement. Deux chiffres-clés qui ressortent du dernier état récapitulatif établi par l'Agence de gestion et de régulation foncières et urbaines de la wilaya d'Oran. Autre chiffre saisissant, celui relatif au montant recouvré au titre des 57 opérations de régularisation : 54 milliards. Rien que cela. Ce n'est pourtant que le tiers de l'impact financier évalué, dont le montant global à engranger à terme est de l'ordre de 139 milliards. L'impact de la régularisation foncière ne peut être circonscrit et confiné dans un seul objectif. Il est en fait large et multiple. La régularisation est une forme de production foncière. Elle ne concerne pas seulement la sécurité foncière mais aussi l'amélioration de l'habitat, la réhabilitation des équipements, le développement des services... Autrement dit, la promotion de la citoyenneté, la consécration d'un droit à la ville au bénéfice de populations qui en étaient privées, parfois complètement. Outre le fait que la régularisation de l'habitat donne un contenu concret au droit de propriété et légitime, l'accès des habitants au crédit et aux services, elle contribue à la réhabilitation et à la mise à niveau du cadre bâti et, par effet d'entraînement, à l'environnement urbain dans son ensemble.
La régularisation foncière clarifie également les occupations de chaque parcelle, facilite la desserte en services urbains et le recouvrement de leurs coûts par les organismes et entreprises qui en ont la charge. Ceci sans parler de son impact en termes d'apaisement social et d'amélioration de la relation Etat - citoyen, mais aussi sur les plans du cadre de vie et de la formalisation des quartiers, afin de les intégrer dans le système juridique légal, pour unifier les marchés fonciers, favoriser les investissements et la croissance économique.
54 MILLIARDS RECOUVRES POUR UN OBJECTIF «A TERME» DE 140 MILLIARDS
Ce sont donc 57 sites, soit autant d'opérations, qui sont concernés par le processus de régularisation diligenté par les services de l'Agence foncière de la wilaya d'Oran, selon son directeur Mohamed Mebarki. Sur un total de 6.085 dossiers déposés, l'Agence a déjà réglé 1.971 cas, soit un nombre égal d'actes de propriété délivrés. Ceci alors que 4.353 dossiers sont en voie de traitement, dont 2.729 en phase avancé puisqu'ils ont été examinés et validés et des ordres de versement ont été établis pour les citoyens concernés. Le gros du plan de charge, pratiquement 76%, se trouve au niveau des daïras de Bir El-Djir et Es Sénia, avec respectivement 3.509 et 1.083 habitations concernées et 1.300 et 413 actes établis. Il s'agit pour le cas de Bir El-Djir de 21 opérations pour autant de sites, dont notamment Sidi El-Bachir, Haï Khemisti, Belgaïd, Bendaoud, Hassi Ameur et Hassi Bounif. Pour le cas d'Es Sénia, il est question de 13 opérations pour autant de sites parmi lesquels : Kara, Aïn El-Beïda, Sidi Lakhdar, El-Kerma, Sidi Chahmi et Sidi Mâarouf.
Le dossier de la régularisation foncière, l'un des problèmes majeurs de l'agglomération de Sidi El-Bachir, est en bonne voie de résolution. Au-delà du fait de rétablir des centaines d'habitants dans leur droit de propriété immobilière et de leur porter une sécurité foncière, le processus, suivi de très près le wali, contribue à la structuration et l'intégration de cette partie désarticulée de la banlieue oranaise.
LE CAS «SINGULIER» DE SIDI EL-BACHIR
2.616 constructions, 75 hectares. C'est la consistance de l'opération de régularisation menée au niveau de deux grands sites, Sidi El-Bachir, Bendaoued I et II, relevant de la commune de Bir El-Djir. Imprégnant du rythme, et ce sur directives réitérées du chef de l'exécutif local, Mouloud Cherifi, qui a boosté ce dossier au lendemain de sa prise des commandes de la wilaya, l'Agence foncière d'Oran a accompli un grand pas dans cette démarche. Avec comme résultat probant : la remise de 1.600 actes.
C'est donc la première vague, de très bonne consistance, du dispositif qui sera mené à bout à brève échéance, au grand soulagement des familles concernées qui ont pris leur mal en patience, le temps de trois générations durant.
Il ne s'agit pas, en effet, de nouveaux débarqués, au gré des exodes ruraux et des dernières vagues de « ghettoïsation », comme on serait tenté de le présupposer sous le poids des préjugés et des idées préconçues que renvoie la bourgade de Sidi El-Bachir de par sa topologie urbaine et sa composition démographique, mais bel et bien d'habitants autochtones vivant depuis plusieurs décennies en ces lieux et dont au moins trois générations successives sont natives de Sidi El-Bachir et les villages alentour.
De même, il ne s'agit pas non plus de lots urbains déstructurés, livrés à eux-mêmes en matière de VRD et autres services, mais bel et bien de quartiers structurés, viabilisés, aménagés, avec un certain ordonnancement architectural et urbanistique, disons tolérable.
SANS ACTES DEPUIS 3 GENERATIONS
L'acte de propriété, pour conforter et légitimer leurs enfants et petits-enfants dans leur droit de jouissance et d'héritage et sécuriser leur avenir en matière d'habitat, c'est ce qui faisait défaut, gros défaut et non moins angoissant, dans la vie de ces pères et mères de familles, qui devront bientôt pousser un long soupir d'apaisement, une fois le papier en main. Il faut savoir que le problème de la régularisation foncière des biens bâtis et non bâtis, constitue un dossier lourd et épineux, notamment lorsqu'il s'agit des propriétaires de 3ème, 4ème, voire 5ème main. Des instructions fermes ont été données par le wali d'Oran pour remettre les actes de propriété aux citoyens, dont bon nombre attendent ce document depuis de longues années.
A propos du problème des propriétaires de deuxième main, l'on assure que ce dossier est pris en charge sérieusement par l'Agence, qui s'attelle aussi à l'étude des dossiers des constructions érigées sur ses propres terrains à travers plusieurs sites, notamment à Cap Carbon, Boutlélis, BC7 et Gdyel.
Le problème lié à l'absence des actes de propriété, dont souffre depuis plusieurs années une grande partie de la population résidant dans les différentes localités de la wilaya d'Oran, est toujours d'actualité dans certaines agglomérations. Il y a lieu de rappeler que le dossier de la régularisation du foncier urbain d'Oran a été ouvert fin 2004.
Cependant, la reconstitution de l'information n'était pas facile pour les services chargés du dossier, mais depuis 2014, l'opération a connu une nouvelle dynamique. A ce jour, près de 25.000 actes de propriété ont été délivrés par l'Agence foncière de la wilaya, à elle seule.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.