Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Début de la révision des listes électorales    Les partisans de la transition reviennent à la charge    Le niet de Benbitour    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Impasse juridique en cas de victoire de Nabil Karoui    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    Plus de 2 000 armes saisies ces derniers mois détruites    Les autorités ordonnent une nouvelle enquête    Ce que disent les avocats sur la rencontre Toufik-Saïd Bouteflika    En quelques points    Quand ça bricole, ça coule !    NAHD-ESS, choc des malclassés    Bouchar risque 4 matches de suspension    Adrar : "Il ne reste que quelques détailsà régler"    Velud : "La JSK est sur une courbe ascendante"    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Lancement de la campagne à Naâma    Les syndicats chez le ministre    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    Le procès renvoyé au 29 septembre    Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Bouira: Plus de 7.500 places pédagogiques à la formation professionnelle    GALETTE ET PETIT-LAIT    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deuxième jour de grève générale: Un taux de suivi appréciable, selon des syndicalistes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 03 - 2019

  La grève générale qui a débuté dimanche dernier, suite à des appels «anonymes» sur les réseaux sociaux pour contester la candidature à un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, a été mieux suivie, pour son deuxième jour, notamment dans les wilayas de l'est du pays. Ce mouvement de grève de cinq jours (du 10 au 14 mars) a été défendu par les uns et désapprouvé par d'autres par crainte que ce genre d'actions entraîne une « démobilisation du Hirak populaire » contre le système en place.
Mais a priori, ce n'est pas le cas, les marches pour le changement se poursuivent un peu partout en Algérie : rassemblements et marches des étudiants, des lycéens et des avocats. Si le taux de suivi du premier jour de la grève générale a été estimé par la commission de suivi de la grève, installée par la Confédération syndicale des forces productives (COSYFOP), à hauteur de 83%, ce taux a été revu légèrement à la hausse pour le deuxième jour de débrayage. C'est ce qu'a été confirmé, hier, par Souleyman Ben Elzine, chargé de suivi de la grève au niveau des entreprises pétrolières et les entreprises du sud du pays. Notre interlocuteur a affirmé que l'appel à ce débrayage a été mieux suivi comparativement à avant-hier, des entreprises de production de Sonatrach à Alger et à Boumerdès ont rejoint le mouvement. Et de souligner qu'un nombre important d'entreprises nationales au niveau de Hassi Messaoud et de Hassi Rmel sont aujourd'hui en grève. Idem pour les filiales de Sonelgaz dont le taux de suivi a augmenté hier, comparativement à avant-hier. Pour le secteur de la fonction publique, le syndicaliste Hamza Kharroubi a affirmé que le suivi de la grève pour ce deuxième jour est de 73% dans les secteurs de la santé, l'éducation, l'enseignement supérieur, les communes et direction des affaires sociales. En soulignant que certaines wilayas du pays telles Tizi Ouzou et Béjaïa ont été complètement paralysées avec un taux de suivi de 100%. Et un taux de 95% a été enregistré dans les wilayas de Bordj Bou Arréridj, Boumerdès, Guelma, Jijel suivies par Sétif, Batna et Annaba. Le taux de suivi du secteur de la fonction publique est de 45% dans le sud du pays (Tindouf 50% et Adrar 40%). Dans le centre du pays, à Alger, il ne dépasse pas les 45%. Pour ce qui est du secteur privé, la syndicaliste Zahia Saber a affirmé que le taux moyen au niveau national est de 82%, avec un suivi de 100% à Béjaïa, Bouira et Oum El Bouaghi. La wilaya de Tizi Ouzou a enregistré un taux de 99%, suivie par Sétif à hauteur de 90%, ainsi que Jijel, Annaba et Guelma à hauteur de 81%. Le secteur privé à Alger a été paralysé à hauteur de 82,99%, le taux de suivi à Oran est de 42%.
«Certains directeurs menacent les grévistes»
Le porte-parole de l'Union nationale des industries, chargé du suivi de la grève dans le secteur industriel, M. Meziani Moussa, a affirmé que la grève dans le secteur industriel a été suivie à hauteur de 65% au niveau national, avec un taux de 100% dans les wilayas de Tizi Ouzou, Bouira et Béjaïa, suivies par Alger et Adrar. Mais il a tenu à souligner que certains travailleurs étaient indécis jusqu'à hier matin, suite aux pressions et menaces formulées par certains directeurs et responsables d'administration au niveau de certaines entreprises. Pourtant, dit-il, cette grève est légale du moment que le ministère du Travail a été déjà avisé. Et de poursuivre en affirmant qu'après s'être renseigné auprès de l'Union, les travailleurs réticents ont rejoint le mouvement de grève vers la fin de la matinée d'hier.
103 sections se sont démarquées de l'UGTA
Le syndicaliste Hamza Kharroubi a affirmé que pas moins de 103 sections syndicales, affiliées à l'Union générale des travailleurs algériens, se sont démarquées du soutien du secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, au cinquième mandat. Certains ont carrément annoncé leur retrait de l'UGTA. Pour M. Kharroubi, le cinquième mandat est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase car, précise-t-il, il y avait déjà un malaise dans tous les secteurs productifs dans le pays, avec des revendications qui ne datent pas d'aujourd'hui, mais un cumul de plusieurs années avec aucune lueur d'espoir.
Et de souligner que cette grève générale a été décidée par les travailleurs qui sont des citoyens algériens pour dire non au cinquième mandat et pour des changements profonds dans tous les secteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.