Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«The wall», chanté par les Algériens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2019

De toutes les traditions des moines Zen, les Algériens n'en ont retenu qu'une. S'asseoir devant un rocher et se convaincre qu'il va changer. «Maintenant, je vais attendre que ce rocher grandisse», pensent les moines dans leurs séances de méditation. La comparaison s'arrête là, et loin des secrets originaux de la méditation transcendantale, l'Algérien s'entête, pourtant, chaque jour qui passe, debout, assis en tailleur, seul ou parmi la foule, silencieux ou frappé par une inutile loquacité, à se mettre face à un mur en disant qu'il va tomber. Il va s'écrouler de lui-même, vaincu par le temps et l'érosion, mangé de l'intérieur par un ciment douteux, rongé par le fer à béton de Tchernobyl et affaibli par les vents et les tempêtes.
Chaque jour, ils se lèvent, confiants dans leur bonne étoile, se congratulant, poussant des cris de joie et se promettant des lendemains meilleurs. Ils courent jusqu'au mur, portés par l'espoir que le mur se soit affaissé, la nuit. Mais, comme chaque matin, depuis des années et des années, ils se rendent compte qu'il est toujours-là, à sa place, entouré de ses maçons qui veillent sur lui. Imposant, se régénérant presque, à chaque fois, en voyant le peuple se prosterner à ses pieds, le mur, dont les fondations sont solidement enracinées à l'histoire du pays, tourne le dos au peuple, dans une indifférence toute constitutionnelle, pour mieux les narguer. Parfois, le matin, des citoyens, excédés par cette immortalité murale, se révoltent en cherchant à le renverser. Coups de pieds, de poings et de pioches pour les plus radicaux, les tentatives échouent, cependant, à son pied, défendu par une armée de manœuvres dirigés par un contingent de maçons et encadré par des architectes tri-nationaux. Mais les actions éparses, disparates et non coordonnées conduisent ces révoltes devant un mur. Parfois, aussi, des rumeurs sur un démantèlement de certains pans du mur se font entendre, la nuit, dans les rues de l'Algérie, des bruits insistants de truelles et de mortier et des chuchotements sur la colère sourde des maçons. Alors, au petit matin, accourant sur le lieu de son implantation, le peuple retrouve le même mur, un peu plus triste, davantage lézardé, mais toujours campé sur ses positions. Aux lendemains de ces nuits difficiles, les architectes distribuent quelques briques et pots de ciment pour calmer l'ébullition sociale.
A force de se réveiller, chaque matin, et de se convaincre, avant de dormir, que le mur allait tomber, le pays finit peu à peu à s'habituer à son ombre, à vivre sous son ombre alors qu'il suffit d'un simple coup d'œil derrière le mur pour se rendre compte qu'il ne tient debout que grâce à quelques madriers qui le soutiennent et qu'il suffit d'un bon coup d'épaule de tout un peuple réuni pour, enfin, qu'il tombe et ensevelisse ses maçons et architectes. Depuis le 22 février, le mur commence à s'effriter, menaçant sérieusement de s'effondrer et d'emporter tout dans sa chute.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.