Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«The wall», chanté par les Algériens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2019

De toutes les traditions des moines Zen, les Algériens n'en ont retenu qu'une. S'asseoir devant un rocher et se convaincre qu'il va changer. «Maintenant, je vais attendre que ce rocher grandisse», pensent les moines dans leurs séances de méditation. La comparaison s'arrête là, et loin des secrets originaux de la méditation transcendantale, l'Algérien s'entête, pourtant, chaque jour qui passe, debout, assis en tailleur, seul ou parmi la foule, silencieux ou frappé par une inutile loquacité, à se mettre face à un mur en disant qu'il va tomber. Il va s'écrouler de lui-même, vaincu par le temps et l'érosion, mangé de l'intérieur par un ciment douteux, rongé par le fer à béton de Tchernobyl et affaibli par les vents et les tempêtes.
Chaque jour, ils se lèvent, confiants dans leur bonne étoile, se congratulant, poussant des cris de joie et se promettant des lendemains meilleurs. Ils courent jusqu'au mur, portés par l'espoir que le mur se soit affaissé, la nuit. Mais, comme chaque matin, depuis des années et des années, ils se rendent compte qu'il est toujours-là, à sa place, entouré de ses maçons qui veillent sur lui. Imposant, se régénérant presque, à chaque fois, en voyant le peuple se prosterner à ses pieds, le mur, dont les fondations sont solidement enracinées à l'histoire du pays, tourne le dos au peuple, dans une indifférence toute constitutionnelle, pour mieux les narguer. Parfois, le matin, des citoyens, excédés par cette immortalité murale, se révoltent en cherchant à le renverser. Coups de pieds, de poings et de pioches pour les plus radicaux, les tentatives échouent, cependant, à son pied, défendu par une armée de manœuvres dirigés par un contingent de maçons et encadré par des architectes tri-nationaux. Mais les actions éparses, disparates et non coordonnées conduisent ces révoltes devant un mur. Parfois, aussi, des rumeurs sur un démantèlement de certains pans du mur se font entendre, la nuit, dans les rues de l'Algérie, des bruits insistants de truelles et de mortier et des chuchotements sur la colère sourde des maçons. Alors, au petit matin, accourant sur le lieu de son implantation, le peuple retrouve le même mur, un peu plus triste, davantage lézardé, mais toujours campé sur ses positions. Aux lendemains de ces nuits difficiles, les architectes distribuent quelques briques et pots de ciment pour calmer l'ébullition sociale.
A force de se réveiller, chaque matin, et de se convaincre, avant de dormir, que le mur allait tomber, le pays finit peu à peu à s'habituer à son ombre, à vivre sous son ombre alors qu'il suffit d'un simple coup d'œil derrière le mur pour se rendre compte qu'il ne tient debout que grâce à quelques madriers qui le soutiennent et qu'il suffit d'un bon coup d'épaule de tout un peuple réuni pour, enfin, qu'il tombe et ensevelisse ses maçons et architectes. Depuis le 22 février, le mur commence à s'effriter, menaçant sérieusement de s'effondrer et d'emporter tout dans sa chute.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.