Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 03 - 2019

  En Algérie, «il n'y a pas de société civile». C'est ce qu'a affirmé, hier, mardi à la Radio nationale le professeur Mustapha Khiati, président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM). Il a expliqué que «l'Etat a toujours fait que la société civile soit une sorte de clientèle», soulignant que «la loi de 1990, qui a permis la création des associations a été restrictive, et celle de 2012 l'a été encore plus».
Sur le nombre réel des associations, il a estimé qu'il y a «un problème de statistiques : on parle de 100.000 associations, 10.000 nationales et 90.000 régionales ou locales de wilayas, mais on s'aperçoit que le gros problème est celui du financement de ces associations, qui n'obéit à aucun critère, il a été toujours opaque». «Les gros ministères qui financent ces associations, notamment, la Solidarité et la Jeunesse parce qu'il y a le fonds de la jeunesse, et l'Environnement avec le fond de l'environnement, n'ont jamais fait un appel à projet, il n'y a pas eu de cahier de charges, et donc il y a un groupe d'associations clientes qui sont financées». «C'est pour cela qu'il n'y a pas un impact réel sur le terrain, et même pour les dons de l'étranger, il y a un contrôle strict», a-t-il dit, affirmant que «le ministère des Finances ne joue pas vraiment le jeu, il bloque systématiquement ces financements sans aucune explication». Sur le nombre réel des associations agréées, qui seraient au nombre de 81.000, il a estimé que «ce sont des chiffres globaux. Je reproche au ministère de l'Intérieur de ne pas avoir mis en place une base de données accessible à tous sur les associations», ajoute-t-il, précisant qu' «on ne sait pas trop qui fait quoi». «Et quand vous essayez d'analyser un peu les 81.000 ou 85.000 associations, vous vous rendez compte qu'il y a d'abord pratiquement 18.000 à 20.000 associations, qui sont des comités de construction de mosquées, ensuite vous avez les associations sportives, qui représentent à peu près également 20.000, mais les associations qui agissent sur le terrain, qui interviennent dans l'humanitaire, il y a peut être un millier, 1.200 ou 1.500, on ne sait pas, on n'a pas de chiffres. Donc c'est une autre opacité, il y a l'opacité du financement et l'opacité de la réalité sur le terrain, et on n'a pas d'éléments aujourd'hui». Il relève, d'autre part, une autre anomalie, celle de «la loi de 2012 qui exige un bilan, tous les trois ans, avec changement de bureau. Mais il n'y a pas eu de bilans. Il y a un problème au ministère de l'Intérieur». Selon M. Khiati, «il y a des associations qui attendent des mois pour avoir une réponse à leur demande». En outre, il estime qu' «il n'y a jamais eu de volonté pour qu'il y ait une société civile forte en Algérie, et c'est un constat que l'on peut faire». «Malheureusement, on a tout fait pour marginaliser, limiter les actions des associations, et à chaque fois qu'une association a voulu prendre des initiatives qui dérangent, il y a eu automatiquement des restrictions, des refus», explique-t-il. Et donc pour le président de la FOREM, «il y a un problème réel d'acceptabilité de cette société civile».
«Depuis le 22 février, il y a eu des espoirs immenses, nous aspirons tous à cette deuxième république, plus libérale. Nous espérons qu'elle répondra à toutes les aspirations», poursuit le Pr Khiati, selon lequel «la société civile constitue un passage obligé pour l'Etat, on ne peut faire de politique sociale sans avoir affaire à la société civile, et on est obligé de passer par les intermédiaires qui transmettent les aspirations de la société. C'est un paramètre de démocratie». Appelant au renforcement «du tissu des associations», il a déploré l'absence de «la culture d'association : il n'y a pas de culture d'associations car il n'y a pas eu d'effort dans ce sens, les associations ont été réduites à leur plus simple expression. Espérons que la deuxième république puisse permettre une métamorphose de ces associations». Sur le rôle de la société civile dans le mouvement des réformes, il a expliqué qu'il faut «d'abord faciliter la création d'associations et qu'elles comprennent leur rôle. Aujourd'hui, il y a une chape de plomb sur ces associations». Or, explique-t-il, «un décret de la loi de 1990 prévoit l'utilité publique (pour la création d'associations), ce concept n'a été donné qu'à deux associations : les Scouts et le Croissant-Rrouge algérien». «Il faut revoir tout cela», a-t-il préconisé, avant de relever que «les gens qui élaborent les textes des associations ont l'esprit policier. Il faut qu'ils comprennent que les associations ne sont pas des gangs, et donc il faut un accompagnement de ces associations». Pour lui, «l'encadrement est défectueux, et les textes, eux-mêmes, sont pleins d'ambiguïtés», avant de relever qu' «il faut qu'il y ait des textes clairs, simples qui permettent à un groupe donné d'avoir une association». «Les associations pourraient jouer le rôle d'intermédiaire entre les masses et les responsables, et cela dans toutes les parties du pays, mais ce rôle n'a pas été compris par l'administration, ce qui explique les débordements dans la rue et les stades».
Pour le président de la FOREM, « il y a des problèmes de perception du rôle de l'association qui est restrictif dans notre pays».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.