Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coup de pied de l'âne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 03 - 2019

Seddik Chihab, le fidèle bras droit d'Ahmed Ouyahia dont les Algériens n'oublient pas qu'il a été un chantre zélé de la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat, a fait un renversant mea culpa en reconnaissant que ce choix qu'il a défendu lui et son parti a été une erreur. Cet aveu qui est déjà en lui-même sidérant de la part du porte-parole d'un parti ayant soutenu sans état d'âme une candidature dont il savait le postulant absolument dans l'incapacité physique et intellectuelle de la briguer, a été éclipsé par un autre fait par le même personnage décidément en veine de parler vrai.
Chihab a en effet brisé de manière fracassante la loi du silence sur ce qui s'est passé au sommet de l'Etat depuis que Bouteflika a été handicapé par sa maladie en confirmant que le pays depuis lors est «dirigé depuis des années par des forces extraconstitutionnelles partout et sans vision». En faisant état de cela, le porte-parole du RND n'a pas révélé aux Algériens quelque chose qu'ils ont ignoré. La confiscation du pouvoir par des forces extraconstitutionnelles a été perçue par eux comme étant réalité tangible à travers la conduite chaotique du char de l'Etat.
Dans le contexte qu'a choisi Seddik Chihab de parler « vrai » et d'enfreindre la loi du silence à laquelle ont été soumises les parties prenantes de l'alliance présidentielle, l'on ne peut lui reconnaître ni courage d'avoir osé ni sincérité dans la « repentance» qu'il a semblé faire. En fait comme tous les perdants qui savent n'avoir rien à attendre des temps à venir dont ils seront les exclus, Chihab a donné le «coup de pied de l'âne» à ceux que son parti et lui ont soutenus. Ses aveux tardifs ne sont qu'une écœurante tentative de disculpation du RND et de sa direction avec à sa tête Ahmed Ouyahia.
Prétexter qu'il était difficile à son parti et à son chef de ne pas appuyer la candidature de Bouteflika ne les absout nullement d'avoir pour cela participé à une mascarade qui a pour résultat que le pays a été plongé dans la plus grave crise politique qu'il ait connue depuis l'indépendance.
Ouyahia, Seddik Chihab et tous leurs compères de la direction du RND ont en fait commis la plus grande forfaiture qui se puisse, celle d'avoir mis leurs intérêts personnels mesquins au-dessus de celui de l'Algérie et du peuple. S'il leur reste un tant soit peu de dignité, ils devraient s'effacer, se taire et ne plus se rappeler à leurs concitoyens en tirant lâchement sur l'ambulance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.