Trophée The Best : Messi devance Van Djik pour le titre de joueur de l'année    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 03 - 2019

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian a salué, hier vendredi, le «civisme» et le «pacifisme» des manifestants algériens, qui revendiquent un changement de gouvernance radical, dans le pays et le départ du système politique actuel. «Nous regardons avec attention tout ce qui se passe en Algérie : la force de ce mouvement démocratique et puis et surtout le civisme de ces manifestations, avec un peu d'admiration», a-t-il souligné à la télévision BFMTV.
Par rapport au mouvement des «Gilets jaunes» en France, il a estimé que «je trouve que les Algériens font preuve d'une grande dignité», avant de souligner que «la France sera aux côtés de l'Algérie, mais c'est l'Algérie qui décide de son avenir et ce n'est pas la France». Le ministre français des Affaires étrangères a affirmé, d'autre part, que «c'est le Président Bouteflika», qui gère le pays, avant d'insister sur la question de savoir si ce n'était pas le chef d'état-major de l'ANP le général Ahmed Gaid Salah, Le Drian a répondu : «non, c'est toujours le Président Bouteflika».
Pour autant, il a expliqué que «la France ne s'ingérera pas dans la politique intérieure de l'Algérie : c'est un pays souverain. Nous venons de fêter l'anniversaire des accords d'Evian. Ce pays souverain assume ses responsabilités et la France ne s'ingérera pas. Simplement, la France regarde avec beaucoup d'attention l'ampleur de ces manifestations», a-t-il ajouté. Mercredi, lors d'une audition devant la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, le chef de la diplomatie française avait expliqué, sur les manifestations à travers le pays pour le départ du système politique algérien, que «notre position a donné lieu à des détournements, des incompréhensions, des raccourcis». «C'est sans doute attendu, a-t-il dit, compte tenu des relations profondes et complexes que nous avons avec ce pays, mais l'importance de notre relation avec ce pays, d'une part, et de nos liens de toute nature avec ce pays, d'autre part, exigent de clarifier les choses et donc je les clarifie si besoin en était.
D'abord, l'Algérie est un pays souverain et je vous rappelle que nous avons marqué hier le 57ème anniversaire des accords d'Evian». «C'est un pays souverain, donc la France n'a pas à s'immiscer dans les affaires intérieures de l'Algérie, elle n'a pas à le faire et elle ne cherche pas à le faire», ajoute Le Drian pour qui ««c'est au peuple algérien, et à lui seul, qu'il revient de décider souverainement de son avenir et il a montré cette posture au cours des dernières semaines, il a montré qu'il était déterminé à faire entendre sa voix». Et puis, explique t-il, «on assiste depuis plusieurs semaines à un mouvement de fond que nous suivons avec beaucoup d'attention, avec aussi un peu d'admiration, parce que le déroulement de ces manifestations se fait avec un civisme, une dignité qui ne peuvent être que salués». «Cette liberté, selon Le Drian, et cette dignité doivent être respectées. La solution appartient aux Algériens, il ne revient pas à la France de se prononcer sur les choix qui devront être faits. C'est aux seuls Algériens d'en décider par le dialogue démocratique». Il suggère cependant que «le souhait de la France c'est qu'une forme de transition puisse s'engager, rapidement, pour répondre aux aspirations profondes qui continuent à s'exprimer», confirmant par ailleurs que «pour accompagner cette dynamique, nous parlons aux autorités algériennes mais nous écoutons aussi la société civile dans son expression forte. L'Algérie doit maintenant tracer son avenir, il prendra la forme qu'auront choisie les Algériens».
Prudence à Moscou
«Pour notre part, nous resterons aux côtés de l'Algérie et des Algériens dans le respect, l'amitié et la fidélité », a encore précisé devant la commission de l'Assemblée française Jean Yves Le Drian. Ces explications interviennent après plusieurs «tweets» du Président Macron, qui ont irrité les Algériens, en particulier les millions de manifestants, ainsi que les partis d'opposition et la société civile, qui y ont vu une sorte de soutien au Président Bouteflika, qui a renoncé au 5ème mandat, mais compte prolonger le 4ème mandat. Le 12 mars, dernier, au lendemain de cette annonce par le Président Bouteflika, qui a proposé aux Algériens une conférence nationale inclusive et l'annonce d'un gouvernement de transition, le président français avait dans un «tweet» enflammé la rue en Algérie : «la jeunesse algérienne a su exprimer son espoir de changement avec dignité. La décision du Président Bouteflika ouvre une nouvelle page pour la démocratie algérienne. Nous serons aux côtés des Algériens dans cette période nouvelle, avec amitié et avec respect».
Par ailleurs, la présidence de la Fédération de Russie a expliqué, jeudi, que l'Algérie «n'a pas sollicité l'aide de Moscou» en ce qui concerne la situation politique en Algérie. Le porte-parole de la Fédération de Russie Dmitri Pescov a déclaré que «dans son message à Vladimir Poutine, le président algérien Abdelaziz Bouteflika n'a demandé aucune aide du Kremlin», lors d'une conférence de presse à Moscou. Selon lui, «la situation politique en Algérie doit être réglée sans ingérence extérieure», avant de souligner que «personne n'a demandé d'aide à la Russie. Alger et Moscou souhaitent le maintien de bonnes relations dans leur coopération». «Nous sommes convaincus que les Algériens doivent décider eux-mêmes de leur sort, sans ingérence de pays tiers et sur la base de leur propre législation et constitution», a ajouté M. Peskov, en réponse à une question de savoir «si le président algérien avait lancé un appel à l'aide dans sa lettre». A la suite du report de l'élection présidentielle, le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, également vice-Premier ministre, a été envoyé dans plusieurs capitales dont Moscou, Berlin et Rome, pour défendre la feuille de route du président. Serguei Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères avait indiqué, mercredi, lors d'une conférence de presse conjointe avec Ramtane Lamamra que «nous suivons avec intérêt ce qui se passe en Algérie», ajoutant que «nous constatons des tentatives de déstabilisation de la situation sur place ». Il ajoutera que «je suis convaincu que le peuple algérien résoudra, de lui-même, ses problèmes», avant d'appeler «tous les autres pays à respecter strictement le principe de non ingérence». Pour autant, il a affirmé «soutenir» les plans de sortie de crise du gouvernement algérien, via «le dialogue national basé sur la Constitution», selon un compte-rendu de la chaîne russe RT.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.