Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rehausser le débat
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 03 - 2019

Comme par enchantement, l'Algérie, qui pousse comme un seul homme pour reprendre son destin en main, est brutalement poussée entre les mains des adeptes de la théorie du complot. Les déclarations, gravissimes sur certains points, de l'ex-secrétaire général du FLN Amar Saadani, si elles n'engagent que leur auteur, n'en sont pas moins troublantes. Car elles s'attaquent directement à certaines institutions souveraines du pays, comme elles accusent ouvertement un ancien Premier ministre et chef de cabinet du président d'avoir outrepassé ses fonctions. Si cela s'avère vrai, le peuple a le droit de demander des explications, à défaut des clarifications officielles.
Pour autant, il est tout à fait logique de s'interroger sur les objectifs, même si le peuple n'est pas dupe, de la guerre de tranchées que se livrent en ce moment critique pour les Algériens en quête de renouveau démocratique les deux frères ennemis, le FLN et le RND. L'ex-patron du FLN en défendant le chef de l'Etat, objet de toutes les critiques pour avoir voulu peut-être à son corps défendant briguer, puis renoncer à un 5ème mandat, a certes montré qu'il reste reconnaissant à un président qui lui a fait gravir les plus hautes marches du pouvoir en étant même le 3ème personnage de l'Etat lorsqu'il présidait aux destinées du Parlement, mais il a également dérapé sur des sujets jusque-là oubliés. A-t-il voulu lui également régler de vieux comptes avec les castes qui dirigeraient le pays à un moment où tous les courages politiques, longtemps remis au placard, sont aujourd'hui d'actualité et sont brandis en bandoulière comme les manifestants le font chaque vendredi en portant les banderoles de leur ras-le-bol d'un système politique qui a ignoré le peuple, y compris le parti que défend Saadani soudain atteint d'angélisme ? Pourquoi sinon s'attaquer de cette manière à un adversaire politique, objet, durant ces temps de renouveau citoyen, de toutes les critiques, de tous les quolibets ?
Même au sein des partis les plus farouchement opposés, il y a cependant une certaine éthique à respecter et à ne pas «ruer de la sorte dans les brancards». Ni Ouyahia ni le RND ne sont défendables dans le stade actuel du «Hirak» algérien, ils ont eux aussi leur part de responsabilité dans la situation actuelle pour avoir poussé le peuple, excédé par les injustices, le chômage, des horizons bouchés, à sortir le plus légitimement du monde réclamer justice et la fin d'une gouvernance catastrophique. Le FLN est lui aussi, et surtout lui, responsable de la gabegie politique qui a gangrené le pays. Maintenant, il aurait été vraiment bienséant qu'un ex-chef du FLN, de surcroît ancien président de la première chambre du Parlement algérien, explique aux Algériens sa stratégie de sortie de crise. Rien de plus et sortir de la dialectique inutile des dénonciations. Et rehausser le débat sur les voies et moyens à dépasser rapidement la période de transition, inéluctable pour élire un nouveau président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.