Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Le Président Tebboune : développer les capacités de l'ANP face aux défis sécuritaires dans les pays voisins    «Le hirak a réussi à s'émanciper du culte du zaïm»    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    ANNULATION DE VOLS A CAUSE DU CORONAVIRUS : Air Algérie dément    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    CORONAVIRUS : Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens à Wuhan    LA WILAYA ENREGISTRE DES RETARDS DANS LES RACCORDEMENTS : Le gaz de ville, une priorité absolue à Oran    MASCARA : Arrestation de deux dealers d'hallucinogènes    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Accords d'association avec l'UE et de la zone de libre-échange arabe: L'Algérie a mal négocié    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Le gouvernement dément la mort de manifestants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 04 - 2019


De nombreux jeunes chômeurs demandeurs d'emploi de Bethioua, Aïn El Bia et Mers El Hadjadj entameront aujourd'hui leur troisième semaine de protestation pour dénoncer leur marginalisation dans les opérations de recrutement et revendiquer leur droit au travail. Les protestataires veulent maintenir la pression par l'organisation de sit-in réguliers devant le siège de la daïra et en bloquant les accès aux zones industrielles. Selon un représentant des jeunes chômeurs, l'ANEM avait proposé une centaine de postes de travail à Bethioua, mais cela reste insignifiant par rapport au nombre de chômeurs des trois communes. Les jeunes venus de ces communes affirment qu'ils ne peuvent plus accepter leur statut de chômeur alors qu'ils résident dans une zone riche en opportunités d'emploi et où plus de 70 sociétés nationales et étrangères y sont implantées. Il y a une quinzaine de jours, près d'une centaine de jeunes chômeurs de la daïra d'Arzew, âgés entre 25 et 46 ans, ont signé une pétition, accompagnée d'une lettre adressée au chef de daïra pour dénoncer ce qu'ils qualifient de discrimination dans le recrutement par les différentes sociétés algériennes ou étrangères, implantées dans la zone industrielle. Bien qu'ils soient résidants de cette daïra à proximité de la plus importante zone pétrochimique du pays, ces jeunes chômeurs se disent exclus et marginalisés de toute opération d'embauche effectuée par les différentes sociétés sans motif justifiant ce refus de recrutement. Selon les représentants de ces jeunes, « nous demandons notre droit au travail dans cette zone qui regroupe un nombre important de sociétés à l'exemple de Sonatrach, Tosyali, Total, Sorfet et bien d'autres et nous ne comprenons pas pourquoi les jeunes, habitant Arzew, sont toujours écartés des opérations de recrutement qui sont effectuées». Pour les représentants des signataires de la pétition, « toutes nos tentatives auprès de l'Agence de l'emploi ANEM d'Arzew pour régler le problème ont été vaines. Nous n'avons reçu que des promesses sans suite au moment où les recrutements continuent sans faire appel aux jeunes d'Arzew ». Devant cette situation, ces jeunes demandent l'intervention du chef de daïra pour prendre en charge leurs revendications et instaurer l'égalité des chances dans le recrutement sans « favoritisme et passe-droit », selon leurs déclarations. Il y a lieu de signaler que l'année dernière, de jeunes chômeurs avaient organisé un rassemblement de protestation, bloquant la voie ferrée de la ligne Oran-Arzew. A l'instar de leur précédente action de contestation, les jeunes avaient revendiqué le droit à un emploi dans les zones industrielles, le port, etc. A l'origine de ce malaise, la détérioration de leur cadre de vie et le chômage, selon un représentant des contestataires.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.