Le ministre du Commerce reçoit des représentants de filières agricoles primo-exportatrices    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Crise migratoire en Méditerranée: l'UE appelle les Etats membres à la "solidarité"    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Covid-19: plus de 98% de guérisons sur un total de 3.021 dossiers médicaux    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Vers un intérimaire à la tête du MPA    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Aviation : Lufthansa accuse une perte nette de 2,1 milliards d'euros au 1er trimestre    Banque Mondiale : Manque de fonds pour les plus pauvres    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Incarcération de Louisa Hanoune: Affaire d'Etat ou dérive ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 05 - 2019

L'arrestation, jeudi dernier, de Mme Louisa Hanoune a été largement dénoncée par des partis politiques, des syndicats et des personnalités politiques et de la société civile. C'est un communiqué du secrétariat permanent du Bureau politique du Parti des Travailleurs, dont Mme Hanoune est la SG, qui a confirmé jeudi la «mise en détention provisoire par le Tribunal militaire de Blida après avoir répondu à une convocation du juge d'instruction comme témoin».
Le document rappelle que le PT «s'était prononcé contre le cinquième mandat de A. Bouteflika», et «s'est exprimé contre toutes les manœuvres visant à contourner la révolution populaire exigeant le départ du système dont la prétendue transition qu'ils veulent faire déboucher sur la présidentielle du 4 juillet 2019».
«C'est donc cela qui est reproché à Mme Louisa Hanoune», affirme le communiqué de son parti, pour qui l'arrestation de sa SG est «un acte de criminalisation de l'action politique indépendante et l'expression d'une volonté de mise au pas des militants et activistes par le pouvoir de fait». Le PT appelle également à «l'abandon de toutes les charges retenues contre elle et à sa libération inconditionnelle».
D'autres partis politiques, comme le FFS, Jil Jadid, et le PST, ont réagit à l'information de l'arrestation de la SG du PT. Le Front des forces socialistes (FFS), par la voix de son Premier secrétaire, Hakim Belahcel, «dénonce et condamne énergiquement l'arrestation de la secrétaire générale du Parti des Travailleurs Mme Louisa Hanoune». Le FFS se dit «solidaire avec le Parti des Travailleurs» et «exige la libération immédiate de sa secrétaire générale». «Le FFS condamne avec force ce nouveau forcing du pouvoir réel algérien qui vise à faire aboutir son agenda politique en laminant toute voix discordante et en torpillant la révolution populaire», ajoute le communiqué qui appelle «à maintenir la dynamique révolutionnaire pacifique, seul rempart contre la nouvelle dictature galopante».
Pour Jil Jadid, la mise en détention préventive de Mme Louisa Hanoune «pose clairement la question des libertés politiques et interroge sur les véritables intentions du nouveau pouvoir». «Faisant suite à une série d'arrestations d'anciens responsables du pays et d'hommes d'affaires, ce dernier acte fait peser de lourdes présomptions sur l'orientation que prend le cours des événements», ajoute le communiqué de Jil Jadid signé par son président Soufiane Djilali. Ajoutant : «L'implication de la justice militaire suppose des actes gravissimes des prévenus, tous civils ou retraités de l'armée. Alors que le mouvement populaire appelle à la mise en place d'un Etat de droit, ces affaires judiciaires doivent être impérativement clarifiées auprès de l'opinion publique». «Le régime de Bouteflika doit être remplacé par un processus démocratique et en aucun par un système autoritaire», conclu le communiqué de Jil Jadid.
Sur sa page Facebook, Mahmoud Rechidi, SG du Parti Socialiste des Travailleurs (PST) qualifie l'arrestation de Mme Louisa Hanoune de «campagne de purges et de répression qui instrumentalise la justice civile et militaire». «Quels que soient les motifs de cette cabale et les multiples divergences qu'on peut avoir avec le PT, la dénonciation de la répression et des velléités d'atteintes aux libertés devient prioritaire», dit Mahmoud Rechidi qui exprime sa «solidarité» à Mme Hanoune.
LADDH, CNES, Mouwatana
La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) a dénoncé, jeudi dans un communiqué, l'arrestation de Mme Hanoune, considérant que «la situation prend dangereusement une autre tournure» qui ouvre la voie à «toutes les dérives». «Aujourd'hui encore, un autre pas est franchi; une femme politique, chef d'un parti, est arrêtée après sa comparution en tant que témoin devant le tribunal militaire, ouvrant par-là, la voie à tous les scénarios et à toutes les dérives», ajoute la LADDH.
Le SG du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), Abdelmalek Rahmani, s'est exprimé via sa page Facebook appelant à «Libérer Louisa Hanoune», et qualifiant son arrestation de «dérive totalitaire», considérant que c'est les «vampires du FLN et du RND qui doivent être en prison pour haute trahison».
Toujours sur les réseaux sociaux, le mouvement Mouwatana affirme que «l'incarcération de Mme Louisa Hanoune est un grave dérapage», exprimant sa «vive inquiétude par rapport à cette situation». Djamel Baloul (député FFS), Djamel Zenati (ancien député FFS), Noureddine Bouderba (syndicaliste) et d'autres, ont dénoncé l'incarcération de Mme Hanoune et exprimé leur solidarité avec le PT.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.