Constitution : les animateurs de la campagne référendaire appellent à une forte mobilisation    Barça : Koeman lassé des questions sur Griezmann    Incident au four d'El Merk: Attar s'enquiert de l'état du champ    Libye: l'accord de cessez-le-feu salué comme une étape importante vers un règlement de la crise    Exploiter tous les supports de communication pour faire connaitre la cause sahraouie    Le révision de la Constitution ouvre "des perspectives prometteuses dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    Commerce: une cartographie de laboratoires de contrôle de qualité avant la fin du 1e semestre 2021    Real : Luka Jovic est dans de beaux draps    Real Madrid: Zidane met les choses au clair pour son avenir !    Sahara occidental: les droits humains doivent être un élément essentiel de la Minurso    Coronavirus: 273 nouveaux cas, 170 guérisons et 9 décès    JOURNEE NATIONALE DE LA PRESSE : L'accompagnement de l'Etat réaffirmé    AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : L'ANIE octroie 17 accréditations à des médias étrangers    MINISTRES DES AE DU DIALOGUE 5+5 : Boukadoum prend part à la 16e réunion    VOITURES GPL : Signature d'une convention entre la SAA et l'UNIAGPL    LIGNE MARITIME DE FRET ROULANT ALGER-MARSEILLE : La 1ère traversée prévue le 2 novembre    SIDI BEL ABBES : Electrification solaire de 500 foyers isolés    TIARET : Le wali honore la presse    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en deux phases    Incident de l'enseignante: le wali d'Oran reçoit l'institutrice Sidya Merabet    MASCARA : Trois arrestations et saisie d'hallucinogènes    «Distinguer racisme d'Etat et Etat raciste»    Ghardaia: deux morts dans un accident de la circulation au sud d'El-Menea    Amendement constitutionnel : le peuple algérien tiendra sa promesse en participant au référendum    Journée nationale de la presse: les lauréats du prix du Président de la République distingués    Examen du PLF 2021: la commission des finances reporte ses travaux à une date ultérieure    Don de sang : une baisse de 9 % durant le 1er semestre 2020    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    L'AC Milan et Tottenham de retour    Ozil écarté de la liste d'Arsenal    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Tlemcen: Les droits et libertés en question    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Général Chanegriha : "Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum"    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Rien ne pourra arrêter un peuple en marche vers son destin"
Grandiose mobilisation pour un 8e vendredi consécutif à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 13 - 04 - 2019

Comme à l'accoutumée, une fois le centre-ville atteint par les marcheurs, il n'était plus possible d'avancer.La foule est devenue tellement dense que tout le monde reste sur place, scandant des slogans par-ci et reprenant des chants en chœur par-là.
La banderole qui revenait à chaque marche et sur laquelle on pouvait lire "Rien ne pourra arrêter un peuple en marche vers son destin" semblait, hier, prendre tout son sens à Tizi Ouzou où, pour le huitième vendredi consécutif, la population a fait montre d'une inébranlable détermination à aller jusqu'au bout de son combat pour le départ du système. De tout le système. Ils étaient encore des centaines de milliers de personnes, hommes et femmes de toutes les tranches d'âge et de toutes les catégories sociales à envahir les rues de Tizi Ouzou pour rendre un énième verdict populaire, sans appel, contre le semblant de transition mis en œuvre par le chef d'état-major de l'armée, Gaïd Salah, et exprimer le rejet en bloc du système et des hommes qui l'incarnent, à commencer par les Bensalah, Bedoui et Belaïz que la rue surnomme les "3B". La foule a commencé à se rassembler, sous une pluie battante, dès les premières heures de la matinée devant l'université de Tizi Ouzou où une ambiance de fête régnait jusqu'au début de la marche. À 13h la marche s'ébranle. Les conditions climatiques ayant choisi, elles aussi, le peuple, la pluie cesse. Place au soleil, et la marée humaine ne fait que grossir à fur et à mesure qu'elle avance vers le centre-ville au rythme de "Silmya, silmya, houkouma irhabia", "Seraqin, seraqin wa ygoulou wataniyin", "Klitou lebled ya seraqin", "Bensalah dégage", "Echâab yourid tetnehaw gâa" et encore "Echâab yourid isqat enidham". Des slogans habituels repris en chœur par les manifestants lors des précédentes marches, l'on a remarqué la disparition de "Djeïch, châab khawa khawa" qui louait jusque-là la fraternité entre le peuple et l'armée qu'ils croyaient être de leur côté, et aussi celui de "Nehi elkaskita wa rwah mâana" qui s'adressait aux policiers. Les manifestants semblent ainsi s'être rendus à l'évidence qu'ils ne peuvent compter désormais que sur leur mobilisation pour changer le cours des choses. Et cela se décline clairement sur les nombreuses banderoles et pancartes déployées lors de la marche d'hier à Tizi Ouzou. Sur de nombreuses autres banderoles et pancartes, on retrouve plutôt les slogans qui réaffirment les exigences du peuple, plus exactement celles qui réclament les têtes qui incarnent le système, tels que "Gaïd Salah, Bensalah = dégage", "Ni Salah, ni Bensalah, ni Bedoui et sa bande", "FLN, RND, TAJ, MPA : dégagez tous", "57 ans, ça suffit : la main de l'étranger, c'est vous et votre système", "Ce n'est pas éthique de t'imposer à un peuple qui ne veut pas de toi, Bensalah" et "Non aux élections du 4 juillet". Comme à l'accoutumée, une fois le centre-ville atteint, il n'est plus possible d'avancer. La foule est devenue tellement dense que tout le monde reste sur place, scandant des slogans par-ci et reprenant des chants en chœur par-là jusqu'à 18h, heure où les manifestants commencent à se disperser dans le calme.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.