Importation des véhicules neufs : « une approche alliant simplification et efficacité est nécessaire », selon le Président (communiqué)    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Man United : Greenwood signe un doublé face à Burnley    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Rien ne pourra arrêter un peuple en marche vers son destin"
Grandiose mobilisation pour un 8e vendredi consécutif à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 13 - 04 - 2019

Comme à l'accoutumée, une fois le centre-ville atteint par les marcheurs, il n'était plus possible d'avancer.La foule est devenue tellement dense que tout le monde reste sur place, scandant des slogans par-ci et reprenant des chants en chœur par-là.
La banderole qui revenait à chaque marche et sur laquelle on pouvait lire "Rien ne pourra arrêter un peuple en marche vers son destin" semblait, hier, prendre tout son sens à Tizi Ouzou où, pour le huitième vendredi consécutif, la population a fait montre d'une inébranlable détermination à aller jusqu'au bout de son combat pour le départ du système. De tout le système. Ils étaient encore des centaines de milliers de personnes, hommes et femmes de toutes les tranches d'âge et de toutes les catégories sociales à envahir les rues de Tizi Ouzou pour rendre un énième verdict populaire, sans appel, contre le semblant de transition mis en œuvre par le chef d'état-major de l'armée, Gaïd Salah, et exprimer le rejet en bloc du système et des hommes qui l'incarnent, à commencer par les Bensalah, Bedoui et Belaïz que la rue surnomme les "3B". La foule a commencé à se rassembler, sous une pluie battante, dès les premières heures de la matinée devant l'université de Tizi Ouzou où une ambiance de fête régnait jusqu'au début de la marche. À 13h la marche s'ébranle. Les conditions climatiques ayant choisi, elles aussi, le peuple, la pluie cesse. Place au soleil, et la marée humaine ne fait que grossir à fur et à mesure qu'elle avance vers le centre-ville au rythme de "Silmya, silmya, houkouma irhabia", "Seraqin, seraqin wa ygoulou wataniyin", "Klitou lebled ya seraqin", "Bensalah dégage", "Echâab yourid tetnehaw gâa" et encore "Echâab yourid isqat enidham". Des slogans habituels repris en chœur par les manifestants lors des précédentes marches, l'on a remarqué la disparition de "Djeïch, châab khawa khawa" qui louait jusque-là la fraternité entre le peuple et l'armée qu'ils croyaient être de leur côté, et aussi celui de "Nehi elkaskita wa rwah mâana" qui s'adressait aux policiers. Les manifestants semblent ainsi s'être rendus à l'évidence qu'ils ne peuvent compter désormais que sur leur mobilisation pour changer le cours des choses. Et cela se décline clairement sur les nombreuses banderoles et pancartes déployées lors de la marche d'hier à Tizi Ouzou. Sur de nombreuses autres banderoles et pancartes, on retrouve plutôt les slogans qui réaffirment les exigences du peuple, plus exactement celles qui réclament les têtes qui incarnent le système, tels que "Gaïd Salah, Bensalah = dégage", "Ni Salah, ni Bensalah, ni Bedoui et sa bande", "FLN, RND, TAJ, MPA : dégagez tous", "57 ans, ça suffit : la main de l'étranger, c'est vous et votre système", "Ce n'est pas éthique de t'imposer à un peuple qui ne veut pas de toi, Bensalah" et "Non aux élections du 4 juillet". Comme à l'accoutumée, une fois le centre-ville atteint, il n'est plus possible d'avancer. La foule est devenue tellement dense que tout le monde reste sur place, scandant des slogans par-ci et reprenant des chants en chœur par-là jusqu'à 18h, heure où les manifestants commencent à se disperser dans le calme.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.