Real Madrid - Manchester City : Les compositions d'équipes avec Mahrez titulaire    Benzema a prolongé avec le Real Madrid    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Protection civile: des mesures anticipatives pour faire face au Coronavirus    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    EXPLOSION DANS UNE HABITATION : 19 blessés dont 7 enfants à Oum El Bouaghi    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    L'inébranlable détermination des étudiants    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La Libye en tête des préoccupations    Une médaille pour le hirak à Montréal    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    2 vendeurs de drogue et psychotropes arrêtés    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mausolée de Sidi M'hamed dans un piteux état
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 05 - 2019

  Saint tutélaire de l'antique Tingartia, le mausolée de Sidi M'hamed se trouve dans un piteux état. Situé en plein cœur de la ville de Tiaret sur la place du 17 Octobre 1961, le mausolée de Sidi M'hamed, saint patron de la ville de Djellloul Ould Hamou avec Sidi Khaled, se trouve cerné de tous les côtés par des montagnes de détritus en tous genres. Pis encore, les quelques vendeurs à la sauvette qui occupent les lieux poussent l'outrecuidance jusqu'à égorger leurs bêtes devant l'entrée du mausolée, sous le regard comme blasé du visiteur. Tout autour du mausolée livré à l'abandon, un décor des plus hideux avec des monticules de déchets exhalant des odeurs nauséabondes. Malgré des tentatives vite avortées de redonner à ce lieu profané la place qui lui sied dans la mémoire collective des Tiarétiens, le sort qui lui est réservé est des plus révoltant tant le mausolée ne ressemble plus qu'à un vestige livré aux déprédations de la main coupable de l'homme. Même les nombreux riverains habitant tout autour du mausolée sont comme blasés, laissant la situation empirer chaque jour un peu plus au milieu d'une indifférence générale.
Pourtant, tout le monde se souvient encore de ce quidam qui avait décidé, au début des années deux mille, de «crécher» dans une baraque de quatre mètres carrés, dressée juste en face du mausolée, pour se transformer en une véritable sentinelle, et éviter que l'endroit sacré ne soit souillé.
Son action salutaire, saluée par toute la population locale, ne fera malheureusement pas long feu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.