POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'école des gourous
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 05 - 2019


Ce que nous renvoie l'école algérienne est paradoxal et inquiétant à la fois. D'un côté, une jeunesse universitaire qui semblait léthargique, inconsciente et aucunement concernée par son destin qui se faisait sans elle, et son admirable sursaut qui a surpris tous ceux qui croyaient l'avoir définitivement bernée et poussée à l'exil et au repli sur soi. De l'autre, un archaïsme ancré dans les esprits de ceux qui ont une emprise, certaine, sur l'école et qui manipulent, dès avant l'âge de la scolarité, des générations d'enfants, face à la permissivité ambiante d'une société plongée dans l'ambiguïté et les confusions culturelles et identitaires et les faux projets d'un Etat. L'école est une institution trop sérieuse pour la confier à des courtiers et à des altérés sans crédibilité morale et sans lien culturel avec l'universalité. Et si elle est devenue le théâtre idéal à des prestations sataniques et à des pratiques charlatanesques, c'est parce que les mentalités sont rendues fascinées par les mystères qui sèment l'ignorance et dressent les obstacles à l'émancipation intellectuelle. Il est temps de dégager la voie à nos enfants et petits-enfants pour espérer les délivrer de la spirale de l'aliénation à la pensée étriquée et réagir au plus vite pour dénoncer ces énergumènes qui les cernent de toute part. Pendant que le quotidien ramadanesque des Algériens se charge d'intrigues politico-judiciaires et de misère culturelle, une scène très grave a lieu dans une école primaire et diffusée sur une chaîne de télévision privée habituée -au sensationnel qu'elle véhicule- et largement reprise sur les réseaux sociaux, montrant dans une salle de classe une douzaine d'adultes hagards entourant un gourou en action et des enfants paniqués et choqués, qui déliraient à cause de ce qui arrive à l'un de leur camarade soumis à un exercice macabre, supposé exorcisant. Ce n'est pas cette école malmenée par les tiraillements et les antagonismes d'une extrême violence, qui serait en mesure de donner au pays une élite capable de comprendre et d'intégrer les bouleversements qui se préparent déjà, dans un monde où il n'y a aucune grâce pour les faibles... Mais est-ce qu'il y a une volonté politique forte et durable pour aller vers une société intelligente tirée vers le haut par une école capable d'agir et influencer les mutations du XXIe siècle et ne pas les subir ? Nous n'en sommes pas encore là.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.