Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'école des gourous
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 05 - 2019


Ce que nous renvoie l'école algérienne est paradoxal et inquiétant à la fois. D'un côté, une jeunesse universitaire qui semblait léthargique, inconsciente et aucunement concernée par son destin qui se faisait sans elle, et son admirable sursaut qui a surpris tous ceux qui croyaient l'avoir définitivement bernée et poussée à l'exil et au repli sur soi. De l'autre, un archaïsme ancré dans les esprits de ceux qui ont une emprise, certaine, sur l'école et qui manipulent, dès avant l'âge de la scolarité, des générations d'enfants, face à la permissivité ambiante d'une société plongée dans l'ambiguïté et les confusions culturelles et identitaires et les faux projets d'un Etat. L'école est une institution trop sérieuse pour la confier à des courtiers et à des altérés sans crédibilité morale et sans lien culturel avec l'universalité. Et si elle est devenue le théâtre idéal à des prestations sataniques et à des pratiques charlatanesques, c'est parce que les mentalités sont rendues fascinées par les mystères qui sèment l'ignorance et dressent les obstacles à l'émancipation intellectuelle. Il est temps de dégager la voie à nos enfants et petits-enfants pour espérer les délivrer de la spirale de l'aliénation à la pensée étriquée et réagir au plus vite pour dénoncer ces énergumènes qui les cernent de toute part. Pendant que le quotidien ramadanesque des Algériens se charge d'intrigues politico-judiciaires et de misère culturelle, une scène très grave a lieu dans une école primaire et diffusée sur une chaîne de télévision privée habituée -au sensationnel qu'elle véhicule- et largement reprise sur les réseaux sociaux, montrant dans une salle de classe une douzaine d'adultes hagards entourant un gourou en action et des enfants paniqués et choqués, qui déliraient à cause de ce qui arrive à l'un de leur camarade soumis à un exercice macabre, supposé exorcisant. Ce n'est pas cette école malmenée par les tiraillements et les antagonismes d'une extrême violence, qui serait en mesure de donner au pays une élite capable de comprendre et d'intégrer les bouleversements qui se préparent déjà, dans un monde où il n'y a aucune grâce pour les faibles... Mais est-ce qu'il y a une volonté politique forte et durable pour aller vers une société intelligente tirée vers le haut par une école capable d'agir et influencer les mutations du XXIe siècle et ne pas les subir ? Nous n'en sommes pas encore là.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.