Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES AIGLES EN CARTON
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 06 - 2019

Depuis quelques jours, les fortes secousses judiciaires sont bien ressenties. Les immenses points d'interrogation qui hantaient les Algériens se sont transformés en exclamations. L'accélération des comparutions devant les tribunaux bien que spectaculaire n'a en définitive rien d'une œuvre cinématographique contrairement aux suspicions murmurées ici et là. On ne fourgue pas une ruée de personnalités parmi lesquelles de hauts commis de l'Etat dans un panier à salade pour les besoins d'une représentation théâtrale quels qu'en soient les dividendes politiques. Et à bien évaluer la portée de la cascade des convocations des tribunaux, l'exercice s'avérerait contreproductif pour l'image de l'Etat. Que des chefs de gouvernement, des ministres, des walis et une ribambelle de nababs soient inquiétés officiellement par un procureur ne peut relever d'un simple exercice de parade. Les ondes de choc sont différemment perçues selon le poids des attentes et la lourdeur des pessimismes par une population qui à l'évidence n'en attendait pas tant.
Qui aurait pensé en effet il y a à peine un petit an que des fantasmatiques ombres comme Médiène, Saïd Bouteflika, Ouyahia, Sellal, hier encore mirifiques apôtres d'un pouvoir sans partage, allaient goûter aux couffins libérés par des prévôts et des bidets partagés et se familiariser avec les effluves des fientes qui donnent la nausée ?
En dehors de toutes les analyses politiques pointues ou celles de l'à-peu-près, la première résonance retenue serait à l'évidence une grande leçon de vie. Elle donne une magistrale claque aux arrogances et prétentions démesurées des hommes. Au-delà de l'immensité dévoilée de la tare qui dénude sans aucune précaution la perversité à peine croyable de ceux qui se sont accoutrés des habits mal ou bien taillés d'hommes d'Etat, c'est bien d'une des facettes humaines dont il s'agit surtout.
Des empereurs forts du droit de vie ou de mort hier sur plus de 40 millions d'Algériens et ayant encore le son des sirènes des cortèges officiels à l'oreille se retrouvent en un clin d'œil envoyés au cœur des orties. L'incarcération d'Ahmed Ouyahia, de Sellal et des autres, hier encore en réunion avec les grands de ce monde, dépasse la décision d'un juge qui n'est qu'un instrument du sort investi pour un moment de la synergie orientant les destinées.Talon d'Achille des humains ivres de fausses croyances, ils ne gardent plus les pieds sur terre et ne se rendent plus compte que la vie est une roue perverse qui tourne.
Cette spectaculaire mauvaise saga n'est pas nouvelle. Des aigles en carton à l'image d'Abdelmoumène Khalifa, aussitôt pris leur envol dans le ciel, sont redescendus pour devenir des rats piégés par la force des aléas imprévus de la vie. Cette redoutable et terrible machine encline à tordre les destinées doit être en permanence dans l'esprit de ceux qui ont la tendance de régir l'existence d'autrui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.