Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES AIGLES EN CARTON
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 06 - 2019

Depuis quelques jours, les fortes secousses judiciaires sont bien ressenties. Les immenses points d'interrogation qui hantaient les Algériens se sont transformés en exclamations. L'accélération des comparutions devant les tribunaux bien que spectaculaire n'a en définitive rien d'une œuvre cinématographique contrairement aux suspicions murmurées ici et là. On ne fourgue pas une ruée de personnalités parmi lesquelles de hauts commis de l'Etat dans un panier à salade pour les besoins d'une représentation théâtrale quels qu'en soient les dividendes politiques. Et à bien évaluer la portée de la cascade des convocations des tribunaux, l'exercice s'avérerait contreproductif pour l'image de l'Etat. Que des chefs de gouvernement, des ministres, des walis et une ribambelle de nababs soient inquiétés officiellement par un procureur ne peut relever d'un simple exercice de parade. Les ondes de choc sont différemment perçues selon le poids des attentes et la lourdeur des pessimismes par une population qui à l'évidence n'en attendait pas tant.
Qui aurait pensé en effet il y a à peine un petit an que des fantasmatiques ombres comme Médiène, Saïd Bouteflika, Ouyahia, Sellal, hier encore mirifiques apôtres d'un pouvoir sans partage, allaient goûter aux couffins libérés par des prévôts et des bidets partagés et se familiariser avec les effluves des fientes qui donnent la nausée ?
En dehors de toutes les analyses politiques pointues ou celles de l'à-peu-près, la première résonance retenue serait à l'évidence une grande leçon de vie. Elle donne une magistrale claque aux arrogances et prétentions démesurées des hommes. Au-delà de l'immensité dévoilée de la tare qui dénude sans aucune précaution la perversité à peine croyable de ceux qui se sont accoutrés des habits mal ou bien taillés d'hommes d'Etat, c'est bien d'une des facettes humaines dont il s'agit surtout.
Des empereurs forts du droit de vie ou de mort hier sur plus de 40 millions d'Algériens et ayant encore le son des sirènes des cortèges officiels à l'oreille se retrouvent en un clin d'œil envoyés au cœur des orties. L'incarcération d'Ahmed Ouyahia, de Sellal et des autres, hier encore en réunion avec les grands de ce monde, dépasse la décision d'un juge qui n'est qu'un instrument du sort investi pour un moment de la synergie orientant les destinées.Talon d'Achille des humains ivres de fausses croyances, ils ne gardent plus les pieds sur terre et ne se rendent plus compte que la vie est une roue perverse qui tourne.
Cette spectaculaire mauvaise saga n'est pas nouvelle. Des aigles en carton à l'image d'Abdelmoumène Khalifa, aussitôt pris leur envol dans le ciel, sont redescendus pour devenir des rats piégés par la force des aléas imprévus de la vie. Cette redoutable et terrible machine encline à tordre les destinées doit être en permanence dans l'esprit de ceux qui ont la tendance de régir l'existence d'autrui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.