Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 06 - 2019

  Dix à 12% des couples algériens présentent une infertilité a déclaré, hier, le docteur Benabadji président de l'association des gynécologues obstétriciens privés d'Oran AGOPO en marge du 11ème congrès international de l'AGOPO qui se tient depuis hier et pendant deux jours à l'hôtel le Méridien d'Oran. Une occasion pour les spécialistes de la santé pour se pencher sérieusement sur la préservation de la fertilité chez le couple et particulièrement chez la femme pour des raisons médicales. Ce thème explicité par le docteur Belmahi directrice du premier centre de fertilité à Oran et dans tout l'ouest du pays el Mawloud a permis de mettre en exergue les avancées techniques et scientifiques mises en place par ce centre afin de préserver la fertilité chez le couple malade et particulièrement chez la femme. Dans ce registre, on saura que le centre créé en 2004 envisage au courant de cette année le lancement d'une nouvelle technique pour améliorer la fertilité chez la femme à travers la préservation du tissu ovarien, une avancée scientifique qui répondra aux attentes de dizaines voire des centaines de couples désirant avoir un enfant, apprend-on. Le centre a déjà lancé la préservation de la fertilité chez la femme grâce aux techniques de préservation embryonnaire et la préservation des ovocytes et bientôt celle du tissu ovarien, a indiqué notre interlocutrice, précisant que cette nouvelle technique se fera dans le cadre d'un travail pluridisciplinaire.
Chez l'homme, le centre recourt depuis des années à la préservation du sperme et aussi celle du tissu testiculaire. Tout en soulignant l'impact de la recherche scientifique et médicale dans l'amélioration de la fertilité, le docteur Belmahi a souligné que 37% à 38 % de naissances sont enregistrées par an à Oran, de quoi donc mettre en exergue les progrès réalisés et d'être toujours à l'écoute du patient. Pour sa part, le président de l'AGOPO, le docteur Benabadji a précisé que la préservation de la fertilité chez le couple et particulièrement chez la femme pour des raisons médicales, soit le cancer ou la chimiothérapie, constitue un thème d'actualité.
Même si certaines infertilités ne sont que des baisses momentanées de fertilité, d'autres peuvent trouver des réponses dans des traitements simples et parfois dans de véritables interventions, indique-t-on. Dans ce registre, l'association lance un appel aux pouvoirs publics pour se pencher sur la prise en charge de la fécondation in vitro même si les injections sont remboursées, la prise en charge de la FIV par les services de la CNAS reste largement souhaitée a noté le président. Outre la procréation médicalement assistée PMA, plusieurs thèmes ont été débattus lors de cette première journée dont les réparations des déchirures périnéales, l'endométriose, les menaces d'accouchement prématuré. Des communicants étrangers à l'exemple du professeur Henri Jean Philipe de Paris, le professeur Beatriz Alvaro de Barcelone, le professeur Mahmoud Kaled de Tunis, entre autres, ont pris part à ces journées scientifiques dédiées à la promotion de la formation médicale. Il ya lieu de noter également la présence du président de la société africaine de la gynécologie obstétrique le professeur K. Manory.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.