Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 06 - 2019

Un ouvrage profond où domine le courage politique et intellectuel de Alla El Aswany qui appréhende frontalement les évènements politiques de l'Egypte durant l'année 2011.
Le roman est au cœur de l'histoire de la révolution égyptienne. Il décrit au quotidien les luttes, les rêves des jeunes Egyptiens pour une vie plus libre, mais aussi les manipulations sordides, les mensonges, les humiliations et les tortures déployées par le pouvoir militaire pour conserver le même système politique.
L'ouvrage se veut un témoignage diversifié de ce qui s'est réellement passé durant cette période à la fois pleine d'espérance et de retournement brutal de situations dramatiques du fait du politique approprié par la hiérarchie militaire, où le pouvoir apparaît dans toute sa monstruosité.
Le livre est impressionnant par les détails qu'il apporte sur les pratiques sociales diversifiées des personnes confrontées à cette révolution qui se voulait citoyenne. Il met en scène des trajectoires sociales différentes des acteurs sociaux. Certains vont opter résolument, en se mobilisant de tout leur être, jour et nuit, quels que soient les risques encourus, pour la révolution localisée à la Place Tahrir (libération) devenue historique de par sa réappropriation collective par les Egyptiens. D'autres personnes, au contraire, sont prêtes à accepter toutes les domestications pour obtenir les faveurs des plus puissants, dévoilant le recyclage politique des uns, les stratégies matrimoniales des autres, pour capter de façon à la fois hypocrite et violente l'argent, le pouvoir et le sexe dans un système qui fonctionne dans le donnant-donnant. Il instrumentalise les médias, le religieux et les patrons d'entreprise, pour accéder dans le mépris le plus abject, à imposer son diktat sur la société. Tout va être fait par le pouvoir pour «réussir» à discréditer auprès des gens de peu, les jeunes Egyptiens défiant le pouvoir militaire. Les médias se chargent d'opérer des montages audiovisuels. Les journalistes ont pour ordre de capter les personnes qu'il s'agit «d'acheter» pour dire leur regret d'avoir participé à la lutte pour la liberté contre le pouvoir. Elles se mettent en scène, le visage caché, se reniant totalement, pour s'étiqueter comme des «traîtres» au service de puissances étrangères, payées par elles, notamment Israël.
Le grand imam, travaillant en étroite collaboration avec le responsable de la sécurité militaire, est constamment mobilisé pour soutenir activement le pouvoir militaire, en échange de privilèges importants.
Il n'hésite pas à évoquer à la télévision, l'importance de l'obéissance, de la «sagesse» face aux plus puissants.
La religion est ici domestiquée, retravaillée par ses acteurs, pour faire plaisir aux maîtres du moment.
La formidable utopie des jeunes Egyptiens prêts à tous les sacrifices pour vivre leur amour, leur liberté, leur émancipation politique, contraste avec la répression aveugle des militaires, les humiliations subies par les Egyptiennes contraintes de subir par la force le test de virginité. Un moyen extrêmement violent qui dévoile la volonté acharnée du pouvoir pour rabaisser l'Autre dans l'indignité la plus sordide, en insultant ce corps nu de la femme sans défense, de la façon la plus inhumaine qu'il soit. Ecoutons ces propos rapportés par l'auteur : «Je me suis mise nue devant eux. C'était la fête. Une quantité d'officiers et de policiers contemplaient le spectacle. Après que je lui ai dit de fermer la fenêtre, l'officier m'a à nouveau envoyé des décharges en m'insultant, et je me suis soumise» (p. 265). L'auteur n'hésite pas à faire parler des témoins qui décrivent avec force et précision ce qu'ils ont subi dans leur corps, et qui restera à jamais gravé dans leur histoire personnelle. Cet ouvrage est bouleversant. Il indique le drame d'une révolution passionnante avortée par la force des armes, les manipulations multiples pour la dévier de sa trajectoire dominée par cet élan émancipateur déployé de si belle manière par les jeunes Egyptiens.
Dans la quatrième de couverture, l'éditeur note la pluralité des postures qui ont profondément marqué la révolution racontée avec beaucoup de profondeur par l'auteur. «Chacun incarne une facette de cette révolution qui marque un point de rupture, dans leur destinée et dans celle de leur pays. Espoir, désir, hypocrisie, répression. El Aswany assemble ici les pièces de l'histoire égyptienne récente, frappée au coin de la dictature, et convoque le souffle d'une révolution qui est aussi la sienne. A ce jour, ce roman est interdit de publication en Egypte».
*Actes du Sud, 2018


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.