Ancelotti : "le Barça-Real Madrid a toujours existé et existera toujours"    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'article 184 du code électoral largement contesté    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    Le jeu malsain de Riyad    Sarkozy au TPI, ça tarde    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Défis et espoir    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    Washington lâche Rabat    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 06 - 2019

Un ouvrage profond où domine le courage politique et intellectuel de Alla El Aswany qui appréhende frontalement les évènements politiques de l'Egypte durant l'année 2011.
Le roman est au cœur de l'histoire de la révolution égyptienne. Il décrit au quotidien les luttes, les rêves des jeunes Egyptiens pour une vie plus libre, mais aussi les manipulations sordides, les mensonges, les humiliations et les tortures déployées par le pouvoir militaire pour conserver le même système politique.
L'ouvrage se veut un témoignage diversifié de ce qui s'est réellement passé durant cette période à la fois pleine d'espérance et de retournement brutal de situations dramatiques du fait du politique approprié par la hiérarchie militaire, où le pouvoir apparaît dans toute sa monstruosité.
Le livre est impressionnant par les détails qu'il apporte sur les pratiques sociales diversifiées des personnes confrontées à cette révolution qui se voulait citoyenne. Il met en scène des trajectoires sociales différentes des acteurs sociaux. Certains vont opter résolument, en se mobilisant de tout leur être, jour et nuit, quels que soient les risques encourus, pour la révolution localisée à la Place Tahrir (libération) devenue historique de par sa réappropriation collective par les Egyptiens. D'autres personnes, au contraire, sont prêtes à accepter toutes les domestications pour obtenir les faveurs des plus puissants, dévoilant le recyclage politique des uns, les stratégies matrimoniales des autres, pour capter de façon à la fois hypocrite et violente l'argent, le pouvoir et le sexe dans un système qui fonctionne dans le donnant-donnant. Il instrumentalise les médias, le religieux et les patrons d'entreprise, pour accéder dans le mépris le plus abject, à imposer son diktat sur la société. Tout va être fait par le pouvoir pour «réussir» à discréditer auprès des gens de peu, les jeunes Egyptiens défiant le pouvoir militaire. Les médias se chargent d'opérer des montages audiovisuels. Les journalistes ont pour ordre de capter les personnes qu'il s'agit «d'acheter» pour dire leur regret d'avoir participé à la lutte pour la liberté contre le pouvoir. Elles se mettent en scène, le visage caché, se reniant totalement, pour s'étiqueter comme des «traîtres» au service de puissances étrangères, payées par elles, notamment Israël.
Le grand imam, travaillant en étroite collaboration avec le responsable de la sécurité militaire, est constamment mobilisé pour soutenir activement le pouvoir militaire, en échange de privilèges importants.
Il n'hésite pas à évoquer à la télévision, l'importance de l'obéissance, de la «sagesse» face aux plus puissants.
La religion est ici domestiquée, retravaillée par ses acteurs, pour faire plaisir aux maîtres du moment.
La formidable utopie des jeunes Egyptiens prêts à tous les sacrifices pour vivre leur amour, leur liberté, leur émancipation politique, contraste avec la répression aveugle des militaires, les humiliations subies par les Egyptiennes contraintes de subir par la force le test de virginité. Un moyen extrêmement violent qui dévoile la volonté acharnée du pouvoir pour rabaisser l'Autre dans l'indignité la plus sordide, en insultant ce corps nu de la femme sans défense, de la façon la plus inhumaine qu'il soit. Ecoutons ces propos rapportés par l'auteur : «Je me suis mise nue devant eux. C'était la fête. Une quantité d'officiers et de policiers contemplaient le spectacle. Après que je lui ai dit de fermer la fenêtre, l'officier m'a à nouveau envoyé des décharges en m'insultant, et je me suis soumise» (p. 265). L'auteur n'hésite pas à faire parler des témoins qui décrivent avec force et précision ce qu'ils ont subi dans leur corps, et qui restera à jamais gravé dans leur histoire personnelle. Cet ouvrage est bouleversant. Il indique le drame d'une révolution passionnante avortée par la force des armes, les manipulations multiples pour la dévier de sa trajectoire dominée par cet élan émancipateur déployé de si belle manière par les jeunes Egyptiens.
Dans la quatrième de couverture, l'éditeur note la pluralité des postures qui ont profondément marqué la révolution racontée avec beaucoup de profondeur par l'auteur. «Chacun incarne une facette de cette révolution qui marque un point de rupture, dans leur destinée et dans celle de leur pays. Espoir, désir, hypocrisie, répression. El Aswany assemble ici les pièces de l'histoire égyptienne récente, frappée au coin de la dictature, et convoque le souffle d'une révolution qui est aussi la sienne. A ce jour, ce roman est interdit de publication en Egypte».
*Actes du Sud, 2018


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.