Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iran-USA : Des tensions au développement imprévisible
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2019

L'accusation sans preuves irrécusables formulée par Donald Trump à l'encontre de l'Iran d'être derrière les attaques et sabotages de pétroliers en mer d'Oman n'a pas suscité les réactions internationales qu'il a probablement voulu déclencher.
Le président américain s'est trompé en estimant que son accusation allait susciter à la République islamique une réprobation internationale donnant quitus aux Etats-Unis d'entreprendre des représailles contre elle. Tout ce qu'il a obtenu, en dehors du soutien britannique, ce ne sont que des appels au calme et à la retenue. Il ressort clairement de ces appels que leurs lanceurs ne sont pas convaincus du bien-fondé de l'accusation américaine. Certains l'ont même qualifiée de mensongère et destinée à justifier une intervention militaire à laquelle les Etats-Unis ont décidé de recourir sous la pression de leurs alliés dans la région que sont Israël, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.
Au lieu d'une solidarité internationale, Washington ne recueille de cette affaire qu'un isolement diplomatique accentué qui lui vaut l'échec de sa tentative de constituer une alliance internationale anti-Iran. Il n'en demeure pas moins que les attaques contre des pétroliers en mer d'Oman constituent une grave menace pour la sécurité des approvisionnements pétroliers et, par voie de conséquence, pour la sécurité nationale de nombreux Etats de la planète. D'où la demande fortement réclamée internationalement d'une enquête indépendante pour tirer au clair les tenants et aboutissants de ces attaques. Ce dont, étrangement, les Etats-Unis ne veulent pas entendre parler alors qu'ils prétendent détenir les preuves de l'implication iranienne. L'attitude américaine vaut confirmation que Washington craint qu'une enquête indépendante en vienne à donner une autre identité qu'iranienne à ces attaques. Sans écarter la possibilité de la main iranienne dans les graves incidents dans la mer d'Oman, l'on peut tout aussi bien pointer, avec raison, celle des Américains, de l'Arabie saoudite, des Emirats sans oublier celle d'Israël. Pour autant qu'elle soit possible, l'implication iranienne est moins crédible que celle de l'un de ces Etats ayant conclu alliance contre lui. Il est vrai que Téhéran brandit la menace de fermer la voie pétrolière qu'est le détroit d'Ormuz si l'Iran venait à être attaqué. Mais les responsables de la République islamique, « modérés » ou « extrémistes », ne sont pas suicidaires au point d'offrir à leurs ennemis le prétexte à une telle attaque. Les opérations contre des pétroliers en mer d'Oman sont plus dans la logique de la politique de rapports de force qu'emploie Donald Trump vis-à-vis des pays inscrits par lui et son administration dans leur liste des ennemis des Etats-Unis. Et c'est bien ainsi qu'elles semblent être perçues par l'opinion internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.