Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iran-USA : Des tensions au développement imprévisible
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2019

L'accusation sans preuves irrécusables formulée par Donald Trump à l'encontre de l'Iran d'être derrière les attaques et sabotages de pétroliers en mer d'Oman n'a pas suscité les réactions internationales qu'il a probablement voulu déclencher.
Le président américain s'est trompé en estimant que son accusation allait susciter à la République islamique une réprobation internationale donnant quitus aux Etats-Unis d'entreprendre des représailles contre elle. Tout ce qu'il a obtenu, en dehors du soutien britannique, ce ne sont que des appels au calme et à la retenue. Il ressort clairement de ces appels que leurs lanceurs ne sont pas convaincus du bien-fondé de l'accusation américaine. Certains l'ont même qualifiée de mensongère et destinée à justifier une intervention militaire à laquelle les Etats-Unis ont décidé de recourir sous la pression de leurs alliés dans la région que sont Israël, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.
Au lieu d'une solidarité internationale, Washington ne recueille de cette affaire qu'un isolement diplomatique accentué qui lui vaut l'échec de sa tentative de constituer une alliance internationale anti-Iran. Il n'en demeure pas moins que les attaques contre des pétroliers en mer d'Oman constituent une grave menace pour la sécurité des approvisionnements pétroliers et, par voie de conséquence, pour la sécurité nationale de nombreux Etats de la planète. D'où la demande fortement réclamée internationalement d'une enquête indépendante pour tirer au clair les tenants et aboutissants de ces attaques. Ce dont, étrangement, les Etats-Unis ne veulent pas entendre parler alors qu'ils prétendent détenir les preuves de l'implication iranienne. L'attitude américaine vaut confirmation que Washington craint qu'une enquête indépendante en vienne à donner une autre identité qu'iranienne à ces attaques. Sans écarter la possibilité de la main iranienne dans les graves incidents dans la mer d'Oman, l'on peut tout aussi bien pointer, avec raison, celle des Américains, de l'Arabie saoudite, des Emirats sans oublier celle d'Israël. Pour autant qu'elle soit possible, l'implication iranienne est moins crédible que celle de l'un de ces Etats ayant conclu alliance contre lui. Il est vrai que Téhéran brandit la menace de fermer la voie pétrolière qu'est le détroit d'Ormuz si l'Iran venait à être attaqué. Mais les responsables de la République islamique, « modérés » ou « extrémistes », ne sont pas suicidaires au point d'offrir à leurs ennemis le prétexte à une telle attaque. Les opérations contre des pétroliers en mer d'Oman sont plus dans la logique de la politique de rapports de force qu'emploie Donald Trump vis-à-vis des pays inscrits par lui et son administration dans leur liste des ennemis des Etats-Unis. Et c'est bien ainsi qu'elles semblent être perçues par l'opinion internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.