Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise, c'est eux!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2019


Récemment, dans une autoroute berlinoise, où souvent de terribles embouteillages se produisent, un tagueur de génie avait inscrit sur un pont la formule suivante : «Détrompe-toi, tu n'es pas dans un embouteillage, l'embouteillage c'est toi.» Quiconque parmi mes compatriotes lira un pareil tag, sera rapidement tenté de le calquer sur cette élite, la nôtre, qui se plaint tout le temps d'un peuple qui, prétendument, veut la mener droit vers la crise, alors qu'elle est la crise elle-même. Le nœud de nos problèmes n'est-il pas, au demeurant, la conséquence de ses négligences, de sa corruption et de son irresponsabilité dans la gestion des affaires du pays? Dans un fameux discours à Guelma, Bouteflika, titillant comme à son accoutumée la dignité et l'honneur des Algériens, aurait répété plusieurs fois à un vieux qui l'avait interpellé sur la dégradation des conditions de vie au pays : «arfâa rassek ya bâ» (relève ta tête mon père), pour signifier que l'Algérie sortira, coûte que coûte, victorieuse de la période du terrorisme et qu'elle redorera son blason au concert des nations. Au bout de vingt ans de règne sans partage, le concerné a emprunté le chemin inverse. Autrement dit, il a fait baisser la tête à tous les Algériens, au point que certains d'entre eux n'ont pas hésité, par désespoir sans doute, à comparer l'Algérie à un géant fauteuil roulant. Sorte de patrie abandonnée, sans pieds, sans tête, sans boussole, jetée en offrande aux rapaces sans scrupules. Un pays immobile, voire en agonie, où la loi de «tag ala men tag» sert de ligne de conduite, en haut comme en bas de la pyramide, où le clanisme, le clientélisme et le régionalisme se tiennent la main, où rien ne marche comme il le faut. C'est de toutes ces bavures que l'ancien clan au pouvoir devrait répondre aujourd'hui devant les quarante millions d'Algériens en colère. Le pourrissement de la situation dans les administrations publiques, les institutions d'Etat, les écoles et les universités, c'est son fait. Ce pourrissement est tel que toute refonte sérieuse risque de prendre des années, voire des décennies entières. L'urgence c'est d'agir, mais comment le faire quand on sait que les décideurs ne semblent pas convaincus de la nécessité de passer le flambeau au peuple, à la jeunesse ? Voilà le gros problème! L'institution militaire devrait lâcher du lest et céder le pouvoir au mouvement populaire afin de pouvoir combler ces failles à temps. Le diagnostic du corps malade est déjà fait, il va falloir maintenant administrer le traitement et commencer à panser les blessures du peuple. Le besoin pressant d'institutions valides qui ne souscrivent qu'à la logique d'un Etat de droit fort se fait sentir dans les clameurs et les cris de détresse que lancent les Algériens pendant les manifestations.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.