Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Le marché informel des télés offshore    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    Les explications de Météo Algérie    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE : Arrestation de 29 personnes à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    POUR INFRACTIONS AUX MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID 19 : 125 décisions de fermeture de commerces à Mascara    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Iris à la conquête des USA    L'extravagance toujours au menu    Kia se maintient en tête    171 projets retenus par le FCE    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Ledjdar, une nouvelle publication dédiée au patrimoine    Hommage à l'artiste Bettina Heinen-Ayech    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    AADL: le site web de l'Agence ouvert au profit de 47.000 souscripteurs    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 06 - 2019

  Premiers signes de déception, au terme du deuxième jour des épreuves du baccalauréat. Certains candidats des filières techniques-mathématiques et scientifique ont été «déçus» par les sujets de mathématiques qu'ils qualifient de «difficiles voire compliqués», selon certains élèves et selon aussi le président de l'Union des parents d'élèves, Ahmed Khaled. Notre interlocuteur a affirmé que son organisation s'est rapprochée, plus précisément, d'élèves brillants et de professeurs, qui ont attesté que l'épreuve des maths était truffée de pièges, la qualifiant de complexe, notamment pour les candidats de la filière techniques-mathématiques. «L'Union a pris acte, elle va dans ce sens, adresser un rapport au ministère de l'Education pour prendre en compte cette complexité des sujets, lors de la correction», nous dira Ahmed Khaled. Mais de l'avis de certains syndicalistes, les sujets des mathématiques étaient «abordables et classiques». Contacté par nos soins, Meziane Meriane, Coordinateur national du SNAPEST a affirmé avoir décortiqué lui-même les sujets des épreuves des maths, attestant qu'ils étaient abordables. M. Bendiakha, du Conseil des lycées d'Algérie ( CELA) a affirmé, pour sa part, que les sujets des maths, pour les scientifiques, étaient classiques. «J'ai surveillé des candidats de la filière sciences expérimentales, au lycée Descartes à Alger, j'ai décortiqué les sujets et je pense en tant qu'enseignant qu'un élève moyen peut obtenir une note supérieure à 12 ou 13 aisément», dira-t-il. Il poursuit «il y avait dans les sujets des exercices de probabilité et des suites aisément abordables à mon avis».
Le sujet de la langue arabe «hors constitution». Si un des sujets de la langue arabe proposé aux candidats du baccalauréat, filières mathématiques et sciences appliquées, au premier jour du bac, a été qualifié d'abordable, certains milieux ont sévèrement critiqué le choix du texte proposé. Arborant le fait que le texte ne reconnaît pas le pluralisme linguistique algérien, en faisant référence uniquement à la langue arabe.
Un acte fortuit ou voulu, Meziane Meriane du SNAPEST a affirmé que le texte de la langue arabe est «hors constitution». Et d'expliquer «il s'agit d'un texte d'un sujet de bac de 2009, mais les choses, aujourd'hui, ont changé, ce texte est actuellement en décalage avec la nouvelle Constitution qui reconnait les deux langues officielles, l'arabe et tamazight». Et de s'interroger «pourquoi choisir un sujet qui sacralise exclusivement la langue arabe, dans des circonstances, où il fallait éviter les sensibilités qui peuvent nourrir les polémiques et le racisme». Et d'affirmer «je ne suis pas là pour défendre le ministre en place, mais je dirai que seule la Commission chargée de l'élaboration des sujets de baccalauréat est responsable du choix des textes». Même son de cloche chez le porte-parole de l'UNPEF qui a affirmé que «ce texte a été rédigé par Cheikh Fodhil El-Ouarthilani, une personnalité d'origine amazighe, qui dans un contexte particulier a glorifié la langue arabe pour s'insurger contre la politique coloniale française». Mais dit-il «il fallait aujourd'hui éviter les sujets qui suscitent la polémique et choisir un sujet unificateur qui réponde aux circonstances de l'heure. Et ce, en donnant la primauté à l'intérêt national de l'Algérie et non pas de répondre à certaines idéologies».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.