Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 06 - 2019

  Premiers signes de déception, au terme du deuxième jour des épreuves du baccalauréat. Certains candidats des filières techniques-mathématiques et scientifique ont été «déçus» par les sujets de mathématiques qu'ils qualifient de «difficiles voire compliqués», selon certains élèves et selon aussi le président de l'Union des parents d'élèves, Ahmed Khaled. Notre interlocuteur a affirmé que son organisation s'est rapprochée, plus précisément, d'élèves brillants et de professeurs, qui ont attesté que l'épreuve des maths était truffée de pièges, la qualifiant de complexe, notamment pour les candidats de la filière techniques-mathématiques. «L'Union a pris acte, elle va dans ce sens, adresser un rapport au ministère de l'Education pour prendre en compte cette complexité des sujets, lors de la correction», nous dira Ahmed Khaled. Mais de l'avis de certains syndicalistes, les sujets des mathématiques étaient «abordables et classiques». Contacté par nos soins, Meziane Meriane, Coordinateur national du SNAPEST a affirmé avoir décortiqué lui-même les sujets des épreuves des maths, attestant qu'ils étaient abordables. M. Bendiakha, du Conseil des lycées d'Algérie ( CELA) a affirmé, pour sa part, que les sujets des maths, pour les scientifiques, étaient classiques. «J'ai surveillé des candidats de la filière sciences expérimentales, au lycée Descartes à Alger, j'ai décortiqué les sujets et je pense en tant qu'enseignant qu'un élève moyen peut obtenir une note supérieure à 12 ou 13 aisément», dira-t-il. Il poursuit «il y avait dans les sujets des exercices de probabilité et des suites aisément abordables à mon avis».
Le sujet de la langue arabe «hors constitution». Si un des sujets de la langue arabe proposé aux candidats du baccalauréat, filières mathématiques et sciences appliquées, au premier jour du bac, a été qualifié d'abordable, certains milieux ont sévèrement critiqué le choix du texte proposé. Arborant le fait que le texte ne reconnaît pas le pluralisme linguistique algérien, en faisant référence uniquement à la langue arabe.
Un acte fortuit ou voulu, Meziane Meriane du SNAPEST a affirmé que le texte de la langue arabe est «hors constitution». Et d'expliquer «il s'agit d'un texte d'un sujet de bac de 2009, mais les choses, aujourd'hui, ont changé, ce texte est actuellement en décalage avec la nouvelle Constitution qui reconnait les deux langues officielles, l'arabe et tamazight». Et de s'interroger «pourquoi choisir un sujet qui sacralise exclusivement la langue arabe, dans des circonstances, où il fallait éviter les sensibilités qui peuvent nourrir les polémiques et le racisme». Et d'affirmer «je ne suis pas là pour défendre le ministre en place, mais je dirai que seule la Commission chargée de l'élaboration des sujets de baccalauréat est responsable du choix des textes». Même son de cloche chez le porte-parole de l'UNPEF qui a affirmé que «ce texte a été rédigé par Cheikh Fodhil El-Ouarthilani, une personnalité d'origine amazighe, qui dans un contexte particulier a glorifié la langue arabe pour s'insurger contre la politique coloniale française». Mais dit-il «il fallait aujourd'hui éviter les sujets qui suscitent la polémique et choisir un sujet unificateur qui réponde aux circonstances de l'heure. Et ce, en donnant la primauté à l'intérêt national de l'Algérie et non pas de répondre à certaines idéologies».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.