«Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Ali Laskri jette l'éponge    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Le procès de Belkacemi Zakaria reporté au 14 juillet    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Tiaret: Mesures renforcées pour stopper le Covid-19    Les 13 manifestants acquittés    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 06 - 2019

  C'est une évidence, l'ouverture de la plage artificielle ne peut se faire avant la mise en service de la pénétrante portuaire. Partant d'une fausse annonce d'une ouverture, dès cet été, de la nouvelle destination balnéaire des Genêts, certains ont cru comprendre de la récente sortie sur site du wali qu'un report avait été décidé dans l'intervalle.
Croire -naïvement- que la station balnéaire en cours d'aménagement, en contrebas de la falaise allait s'ouvrir dès son achèvement, en milieu d'été, au plus tard, c'est-à-dire sans devoir attendre l'arrivée de la route, c'est se méprendre sur les dispositions et les mesures à observer avant la signature d'un arrêté d'autorisation à la baignade d'une plage. Lors de la précédente visite du wali au chantier de la plage artificielle des Genêts, le 17 février, il était évident que celle-ci ne pouvait être ouverte, même dans le meilleur des cas, durant la saison estivale prochaine, pour des raisons liées au chantier de la méga-pénétrante portuaire dans sa 1re tranche de 8 km, dont elle est dépendante. Lequel projet ne pourra être mené à bout que vers la fin de l'année en cours, à en croire les engagements du chef de projet de l'Algérienne des Autoroutes (ex-ANA), maître de l'ouvrage. L'impératif lié à la sécurité des personnes, s'agissant aussi bien du site, à proprement parler, que de son accès, impose donc que l'on sursoie à la mise en service de la route et les dispositifs qui vont avec pour garantir la sécurité optimale des usagers et la régulation du trafic tout autour. Pour l'heure, côté pouvoirs publics, on continue de mettre la pression pour accélérer le rythme des travaux et livrer le site le plus tôt possible.
On fait parallèlement dans l'anticipation, s'agissant de la question liée à la gestion de la plage. Dans ce registre, selon les déclarations du wali, la gestion-exploitation de cette plage artificielle pourrait être confiée à un établissement public de wilaya, l'Epic ERMESSO ou Oran-Vert en l'occurrence.
L'Epic ERMESSO ou Oran-Vert pour la gestion-exploitation
Il reste en tout état de cause qu'avant même qu'elle ne s'achève, la liaison port-autoroute Est/Ouest, pour son 1er segment Oran-Canastel, sert sa ville. Jadis, point de baignade sauvage et de pêche à la ligne, les « Genêts » se transforment en une station balnéaire 600 m sur 100 de plage sablonneuse. L'idée en revient au wali. La conception-exécution est signée Makyol. En cours d'aménagement en contrebas de l'escarpement rocheux surplombant la nouvelle pénétrante portuaire, à hauteur de ‘Four Point by Sheraton', la plage à mi-chemin entre le naturel et l'artificiel se veut, par définition un havre de paix réconciliant deux espaces qui se tournaient le dos jusqu'ici, la ville urbaine et le port-ville. Dans la fiche technique et dans le jargon technico-administratif, elle a pour intitulé « Plage artificielle ». Elle ne l'est pas tant que ça, à vrai dire. A l'origine, c'était une plage rocheuse sauvage, qui offrait à peine un tout petit bout de surface en galets à l'avant-plan, avec quelques petits récifs à fleur d'eau. En raison de sa proximité avec le périmètre de sécurité du port, elle a dû forcément subir, comme tant d'autres endroits mal lotis, les aléas de la décennie noire, devenant au fil des ans presque une zone interdite. Un endroit boudé, à coup sûr. L'arrivée de la route, en cours de chantier, devant connecter le port d'Oran avec la grande boucle est-ouest via Canastel, a secoué le cocotier de la vue étroite, ouvert les horizons d'une ville qui veut vivre et s'épanouir, avoir un pied dans l'eau qui lui était longtemps refusé au nom du tout sécuritaire.
La route, avant même qu'elle ne s'ouvre, apporte déjà donc la délivrance, l'émancipation, la vie, l'effloraison, le développement, le raz-de-marée en sens inverse.
La nouvelle plage des Genêts ne sera pas pour cet été
Le site en est à 60% d'avancement, selon l'entreprise de réalisation. En fait, les deux jetées par enrochement sont à un stade avancé. De part et d'autre, il y aura de plages de baignade avec espaces de solariums inclus. Deux zones dédiées pour la pêche à la ligne sont prévues. Le plan de masse prévoit un poste de maitres-nageurs, un poste de protection civile, un abri, un vestiaire-douche, un poste de police, entre autres. Le talus abrupt surplombant la plage sera dégradé, adouci, gazonné et en partie boisé, avec à la clé des accès piétons et un circuit de promenade qui serpente dans le relief en pente douce, ainsi que des tentes adossés sur le monticule à l'arrière-plan de la plage, qui sera ensablée par une épaisse couche sur une surface de l'ordre de 600 m de longueur et 100 m largeur. La visite du wali était l'occasion pour les Turcs pour inscrire d'autres bonnes notes à leur crédit par le bais d'un autre dossier, plus technique celui-ci et tout aussi stratégique, à savoir l'étude que leur avait confiée le chef de wilaya concernant la jonction de la pénétrante portuaire avec le centre-ville.
La pénétrante portuaire mise en service debut 2020
Sur la base des recommandations du wali, et à la faveur de plusieurs séances de travail wilaya-Makyol, une variante a été proposée consistant à « faire entrer » l'autoroute à l'intérieur du port, qui doit passer, pour ce faire, par un tunnel et un viaduc de 275 et 430 m, respectivement, pour en ressortir via le port de pêche et se connecter directement avec la route menant vers la Corniche.
A l'exception d'une petite portion de quelques dizaines de mètres, qui sera bientôt explorée par les ingénieurs de Makyol, tout le tracé conçu ne présente aucune contrainte de faisabilité.
Le chef de projet a indiqué que « nous sommes à un taux d'exécution global de 80% » et a confirmé « nous serons bien dans les délais, début 2020, pour livrer la totalité de l'ouvrage ». Un des points forts de ce projet, selon le planning des travaux, est la digue sur mer, réalisée en 2×3 voies sur plus de 1 km, ainsi qu'une tranchée couverte (terminée à 100%) un tunnel à double tube (totalement achevé également). Le projet de la pénétrante du port d'Oran consiste en trois sections : la réalisation d'une liaison autoroutière reliant le port d'Oran et la 1re rocade-sud, au carrefour Canastel (sur 8 km), la mise à niveau de la 1re rocade-sud, entre le carrefour Canastel et l'échangeur de la RN 4 (sur 10 km) et la mise à niveau de la RN 4, de l'échangeur de la 1re rocade-sud jusqu'à la bretelle autoroutière d'Oran (sur 8 km).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.