Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En finir avec l'indigénat néocolonial
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 06 - 2019

«Il faut prendre la chance par les cheveux et n'oublie pas qu'elle est chauve !» disait un général vénitien du XVe siècle. Sans doute, cet aphorisme colle parfaitement avec ce que nous vivons en Algérie, depuis bientôt cinq mois. Le peuple a saisi sa chance historique pour revendiquer un changement radical du système de gouvernance, à la mesure de ses attentes et la classe dirigeante, plutôt le clan le plus fort du régime, tente de tourner cette chance à sa faveur pour opérer une purge qui arrange ses intérêts et le maintient, contre vents et marées, au pouvoir. L'emprise psychologique des manigances du pouvoir pour tromper les masses a valeur de chantage, du genre «on jettera tous les officiels corrompus dans les prisons avec les pires scénarios d'humiliation possibles, mais soyez tranquilles et sages et soumettez-vous à l'exigence de la présidentielle fixée par l'état-major».
En termes techniques, cela s'appelle «toilettage», comprendre repeindre la façade sans nettoyer réellement l'arrière-boutique de ses éléments toxiques. Or, le problème chez nous, c'est surtout l'arrière-boutique.
Le système se limite-t-il au clan Bouteflika? N'importe quel Algérien répondra par la négative. C'est seulement le citoyen de Bab El Oued, Ouargla, Relizane ou Annaba qui sait à qui et à quoi il a affaire quand il rentre dans une administration publique : un grand poulpe aux milliers de tentacules qui s'enfouissent dans le corps de la société au point de l'étouffer et le rendre souffrant, anémique, maladif. Mon pays, je n'apprends rien à personne ici, est un grand malade. Malade de sa justice, de ses hôpitaux, de ses administrations, ses élites, ses dirigeants, etc.
C'est devenu une affaire sérieuse, qui nécessite un coup de sonde dans la souffrance de ceux qui subissent l'injustice ou ont simplement le sentiment d'être relégués à l'état de sous-citoyenneté du type «indigénat néocolonial». Comment pourrait-il en être autrement, quand on prive le citoyen du moindre de ses droits, à savoir choisir ceux qu'il croit dignes de le représenter? Les Algériens n'ont lutté pour leur indépendance que pour vivre libres et heureux sur leur terre, la terre de leurs ancêtres. Donnons-leur cette chance et ce droit garanti par la Constitution.
Combattre la corruption sans établir la démocratie est un non-sens sémantique, dénué de toute forme de stratégie ou de pragmatisme. L'élite actuelle est maudite par tout un peuple alors qu'elle rumine son spleen et maudit ses propres fœtus, pour espérer une régénération ex nihilo sur le dos de ce dernier. Drôle d'histoire qui ne passera jamais, vu la maturité, la solidarité et l'héroïsme de notre peuple, durant les grandes épreuves.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.