PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En finir avec l'indigénat néocolonial
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 06 - 2019

«Il faut prendre la chance par les cheveux et n'oublie pas qu'elle est chauve !» disait un général vénitien du XVe siècle. Sans doute, cet aphorisme colle parfaitement avec ce que nous vivons en Algérie, depuis bientôt cinq mois. Le peuple a saisi sa chance historique pour revendiquer un changement radical du système de gouvernance, à la mesure de ses attentes et la classe dirigeante, plutôt le clan le plus fort du régime, tente de tourner cette chance à sa faveur pour opérer une purge qui arrange ses intérêts et le maintient, contre vents et marées, au pouvoir. L'emprise psychologique des manigances du pouvoir pour tromper les masses a valeur de chantage, du genre «on jettera tous les officiels corrompus dans les prisons avec les pires scénarios d'humiliation possibles, mais soyez tranquilles et sages et soumettez-vous à l'exigence de la présidentielle fixée par l'état-major».
En termes techniques, cela s'appelle «toilettage», comprendre repeindre la façade sans nettoyer réellement l'arrière-boutique de ses éléments toxiques. Or, le problème chez nous, c'est surtout l'arrière-boutique.
Le système se limite-t-il au clan Bouteflika? N'importe quel Algérien répondra par la négative. C'est seulement le citoyen de Bab El Oued, Ouargla, Relizane ou Annaba qui sait à qui et à quoi il a affaire quand il rentre dans une administration publique : un grand poulpe aux milliers de tentacules qui s'enfouissent dans le corps de la société au point de l'étouffer et le rendre souffrant, anémique, maladif. Mon pays, je n'apprends rien à personne ici, est un grand malade. Malade de sa justice, de ses hôpitaux, de ses administrations, ses élites, ses dirigeants, etc.
C'est devenu une affaire sérieuse, qui nécessite un coup de sonde dans la souffrance de ceux qui subissent l'injustice ou ont simplement le sentiment d'être relégués à l'état de sous-citoyenneté du type «indigénat néocolonial». Comment pourrait-il en être autrement, quand on prive le citoyen du moindre de ses droits, à savoir choisir ceux qu'il croit dignes de le représenter? Les Algériens n'ont lutté pour leur indépendance que pour vivre libres et heureux sur leur terre, la terre de leurs ancêtres. Donnons-leur cette chance et ce droit garanti par la Constitution.
Combattre la corruption sans établir la démocratie est un non-sens sémantique, dénué de toute forme de stratégie ou de pragmatisme. L'élite actuelle est maudite par tout un peuple alors qu'elle rumine son spleen et maudit ses propres fœtus, pour espérer une régénération ex nihilo sur le dos de ce dernier. Drôle d'histoire qui ne passera jamais, vu la maturité, la solidarité et l'héroïsme de notre peuple, durant les grandes épreuves.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.