REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ARBRE DESSECHE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2019

Trois événements, trois parallèles dont le traçage s'est effectué ces dernières heures interpellent en commun et méritent d'être observés.
Un conseil interministériel a dû se réunir à Alger dans l'urgence avec des tenues de pompiers pour sauvegarder ce qu'il y a à sauver dans le monde de l'économie et du travail. Dix pays du bassin méditerranéen se sont retrouvés à Marseille en soutanes de moines pour des messes certainement aléatoires pour préserver une paix dans le pourtour de la Méditerranée. A Naama, ville plus que déshéritée, une flopée de chômeurs pour ne pas être en reste a demandé avec véhémence des postes d'emploi. Et des Naama semblables aussi torturées et blessées sont à multiplier par le nombre des immolations par le feu quand les suicides sont une offrande comme seul remède.
Le télescopage de ces trois événements est un indicateur probant d'un état des lieux où tout est lié. La cupidité des Etats et les visions courtes des dirigeants ont souvent servi de maille à la dégénérescence de l'humanité.
Les officiels algériens n'en sont plus à la réflexion et à la recherche de la création d'emplois mais doivent faire face dans l'immédiat à contenir les effets désastreux d'une économie en totale hibernation. Les entreprises industrielles et autres, à bout de souffle, les unes après les autres, mettent de guerre lasse les clés sous les paillassons et des centaines de travailleurs sont priés de rentrer chez eux. Ceux déjà sans travail depuis l'éternité ont fine mine de réclamer des fruits d'un arbre desséché et font semblant de ne pas se rendre compte qu'ils doivent repasser.
Une Europe divisée et hagarde, chargée de lourds soucis difficilement voilés, a d'abord les yeux rivés que sur ce qu'elle croit être une menace de déferlante des émigrés. Avec une douce incrimination très diplomatique elle tente d'astreindre les Etats maghrébins à se plier à une posture de paravent. Et en face, plus bas mais plus proches, des régimes désemparés se sont rendu compte que le monde n'était pas le paradis. L'enfer n'est pas loin si chacun ne s'en tient qu'à ses plus bas intérêts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.