ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La démocratie est la solution
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 06 - 2019


«La connerie, quand elle commence à pleuvoir, il faut un sacré parapluie ! » Il n'y a rien de mieux que cette réplique amusante, tirée du film « Cinq jours en juin », réalisé en 1989 par Michel Legrand, pour décrire l'incohérence, voire la stérilité de la stratégie gouvernementale de Noureddine Bedoui pour résorber les effets de la crise provoquée par le clan Bouteflika. Illégitime, chahuté par la population à chaque déplacement de l'un de ses membres sur le terrain, critiqué par les médias et la blogosphère, tourné en dérision sur les réseaux sociaux, l'exécutif est à plaindre. Même les élèves des écoles primaires se mettent à chanter des slogans hostiles à ce qui reste d'un système grabataire. Du jamais vu dans l'histoire de l'Algérie indépendante ! Le comble, c'est que ce dernier parle encore de projets et de programmes, dans un climat « crisogène » dont il est en grande partie responsable, de par son attitude à camper au pouvoir. Jusqu'à quand cette attitude va-t-elle durer ? Jusqu'à quand continuera-t-on à voiler le soleil par un tamis ? Est-il concevable de fouler au pied la volonté populaire, tout en prétendant servir l'intérêt général ? Jouer à saute-mouton avec le peuple, dans une période aussi critique que celle-ci n'est-il pas porteur de gros risques d'instabilité ? Si, à chaque ouverture du J.T., le chef d'état-major fait sa démonstration de muscles, en passant en revue les forces militaires, dans l'intention de prouver que la grande muette est toujours là pour protéger les frontières du pays de tout danger extérieur, il serait peut-être plus pragmatique de prouver que celle-ci servira de rempart contre toute atteinte aux vœux démocratiques de ce peuple, en lutte pour le recouvrement de ses droits confisqués, depuis cinq mois. L'enjeu étant de préparer le terrain à l'Algérie de demain, de soulager les esprits par des décisions historiques courageuses, de faire des efforts pour démocratiser la patrie et passer dans les meilleurs délais le flambeau à la jeunesse. Seule une conscience morale, appuyée sur le sens de la légitimité est à même de démêler l'écheveau d'une crise qui sévit et rompt les chaînes de communication entre le haut et le bas de la pyramide. L'embarras irritant de n'oser parler de démocratie quand on est militaire suffit à convaincre que la solution à nos maux se trouve du côté de la société civile, les partis politiques, le mouvement populaire. La synergie entre toutes ces forces-là créera, sans aucun doute, une nouvelle dynamique de changement. L'initiative politique lancée, il y a quelques jours, par nombre d'associations et de syndicats n'est-elle pas le début de la fin de la crise ? Vivement, in chaa Allah ! Enfin, il va falloir peut-être clôturer cette chronique, en relayant mon confrère l'écrivain égyptien Alaa Al Aswany, qui termine chacune de ses chroniques dans « Al-Masri Al-Youm » par cette belle formule « La démocratie est la solution ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.