Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Que devient Mme Fafa ?    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    La surenchère est contreproductive pour les élections    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assainissement du foncier industriel: 110 hectares récupérés et 84 actes de concession annulés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 07 - 2019

Dans le cadre des opérations d'assainissement du foncier industriel lancées par la wilaya d'Oran, le wali d'Oran, M. Cherifi Mouloud, a révélé la récupération de 110 hectares et l'annulation de 84 actes de concession depuis le début de l'opération.
Cette opération qui se poursuit toujours vise la récupération de 250 assiettes foncières non exploitées par des investisseurs. D'autre part et selon les services de la wilaya, quelque 1.000 projets ont été validés et agréés pour une surface totale de plus de 500 ha, ces dernières années. Nos sources indiquent que les projets d'investissement retenus totalisent un montant global de 900 milliards de dinars avec la création à moyen terme de 63.000 emplois. Nos interlocuteurs rappellent que près de 700 assiettes foncières ont été attribuées par la wilaya d'Oran au profit d'investisseurs ces dix dernières années.
Sur les 700 assiettes, nos interlocuteurs indiquent que près de 500 lots de terrain du foncier industriel ont été affectés durant la période du Calpiref. De son côté, la direction de l'énergie et des mines avait mis en exergue l'effort déployé, ces deux dernières années, par sa direction pour booster l'investissement dans le cadre de la nouvelle stratégie adoptée par le gouvernement, celle de la facilitation de l'acte d'investissement et pour le développement des filières stratégiques. Les mêmes sources ont également souligné que cette dynamique a permis l'attribution de 194 lots de terrain du foncier industriel au profit des porteurs de projets. Dernièrement, le directeur de l'énergie a fait remarquer que des assiettes foncières ont été dédiées à la petite et moyenne entreprise au niveau de la zone d'activité de Tafraoui, aménagée au profit de jeunes investisseurs dans le cadre des différents dispositifs (ANSEJ et ANGEM). Le même responsable a également fait état de l'attribution de cinq assiettes de 500 m² chacune au profit des porteurs de projets.
Il a toutefois déploré le fait que des aspects importants permettant aux investisseurs potentiels de matérialiser leurs projets soient ignorés, en termes de déclarations, d'études techniques, de bases de données. De son côté, le wali d'Oran a tenu à rassurer les investisseurs locaux sur la disponibilité du foncier. Intervenant lors de la journée d'étude régionale sur la publicité foncière et l'investissement industriel, organisée par le club des entrepreneurs et investisseurs d'Oran, le chef de l'exécutif a tenu à rassurer les opérateurs économiques que tous les efforts seront consentis pour mobiliser le foncier industriel afin de répondre à plus de 500 demandes actuellement en instance dans différents secteurs. Ceci grâce à la création d'une nouvelle zone industrielle à Tafraoui de 600 ha pour laquelle un comité a été installé récemment dont la mission est de réfléchir sur les activités à promouvoir au niveau de cet espace une fois viabilisé. Il a, d'autre part, exprimé son regret que malgré tous «les efforts menés par les pouvoirs publics en matière de facilitation de l'octroi du foncier, des avantages fiscaux et parafiscaux accordés dans le cadre des lois de finances, les projets concrétisés sont en deçà de nos espérances». «Nous sommes conscients», dira-t-il, «des efforts à fournir en matière de viabilisation des espaces industriels. C'est pourquoi une entreprise chargée de la viabilisation a été installée dans la zone de Hassi Ameur». Une opération estimée à 630 millions de dinars, selon le wali qui a souligné dans le même contexte la notification d'un budget pour la viabilisation des zones de Boutlélis, Benfréha, Hassi Benokba, Oued Tlélat et Sidi Chahmi. Quant à la zone industrielle de Béthioua, sa viabilisation sera financée par le Fonds national de l'investissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.