Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une médiation morte avant de commencer
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 07 - 2019

L'Union européenne fait un pressing diplomatique sur Téhéran pour que l'Iran revienne sur sa décision de reprendre l'enrichissement de son uranium au-delà des limites fixées dans l'accord conclu à Vienne en 2015. Il faut d'abord préciser que les Iraniens ont scrupuleusement respecté les engagements auxquels ils ont souscrit dans cet accord qu'ils n'ont pas quitté après que les Etats-Unis s'en soit retirés et ont réactivé en les aggravant les sanctions contre leur pays et cela en toute illégalité du point de vue du droit international.
Quoi qu'on pense par ailleurs du régime iranien, ses dirigeants n'ont pas pris prétexte de ces initiatives américaines pour retirer leur pays de l'accord de 2015 et le délier des obligations qu'il lui impose. Téhéran a toutefois prévenu que c'est ce qui arrivera si les autres puissances contractantes qui désapprouvent l'attitude américaine et s'en tiennent à la validité de l'accord cessent d'honorer les engagements à l'égard de l'Iran auxquels les astreint le dit accord. Or la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne qui continuent à défendre la validité de l'accord ont dû se résoudre à faire faux bond à l'Iran en renonçant sous le diktat américain à la promesse de reprise et de dynamisation de leurs relations économiques avec la République islamique. A leur encontre, le président Donald Trump a fait jouer l'extra-territorialité que s'arroge la justice américaine qui consiste à soumettre à sanction les entreprises étrangères qui continueront à commercer avec l'Iran mis sous embargo par son pays. Malgré leur faux bond, ces Etats et l'Union européenne dont ils sont membres tentent de convaincre l'Iran de rester dans l'accord de 2015 et à en respecter unilatéralement les clauses. Pour cela, ils ont fait miroiter pour Téhéran la mise en place d'un mécanisme financier censé contourner les sanctions américaines auxquelles sont exposées leurs entreprises qui continueront à commercer et à être présentes en Iran. Lequel mécanisme s'avère ardu, voire même impossible à mettre en place du fait qu'il ne fait pas unanimité dans l'Union européenne. Ce qui ne dispose pas Téhéran à céder aux pressions de cette Union européenne visant à convaincre son pays à rester sans réagir à l'escalade des mesures américaines qui sont en train de paralyser son économie avec le risque de provoquer une explosion sociale. Les dirigeants iraniens sont d'autant moins enclins à céder qu'ils constatent que les Etats européens pour ne pas paraître être dans une situation de totale impuissance à l'égard des Etats-Unis présentent la décision iranienne sur l'enrichissement de l'uranium comme constituant une violation de l'accord de 2015 que ne justifie pas l'agression économique américaine dont l'Iran est victime, ni leur propre suivisme de Washington. Téhéran a d'ailleurs parfaitement compris que l'Iran n'a rien à attendre de leur part, d'où alors même que l'Union européenne s'est proposée d'entreprendre une médiation dans la crise irano-américaine, ses dirigeants ont fait savoir qu'ils sont disposés à des négociations directes avec les Etats-Unis et ont fait savoir sous quelles conditions ils sont prêts à les engager. Il y a donc à parier que la médiation européenne est morte avant de commencer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.