Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Covid-19: au moins 708.236 décès dans le monde    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    La bataille du siège entre au tribunal    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La fille des Aurès    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    L'infrangible lien...    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 07 - 2019

La baisse est générale de la production du secteur industriel en Algérie selon le dernier rapport de l'Organisme National des Statistiques(ONS) au premier trimestre 2019(01).
Combien même ces chiffres sont signalés par cet organisme comme « provisoires », ils demeurent néanmoins très loin de ceux avancés par Sonatrach et, partant le ministre de l'énergie en ce qui concerne les hydrocarbures, moteur de l'économie nationale. Après un redressement de 0,7%, observé au trimestre précédent, les hydrocarbures affichent une variation négative de - 2,2%, de moindre ampleur que celle enregistrée à la même période de l'année écoulée (-3,6%). A l'exception de la liquéfaction du gaz naturel qui marque un rebond de 9,7%, après des baisses consécutives observées aux quatre trimestres de l'année précédente, les deux autres activités à savoir, la production du pétrole brut et gaz naturel et le raffinage du pétrole brut accusent des baisses respectives de 1,0% et de 16,4%. Les spécialistes et notamment ceux du secteur se demandent si la baisse du raffinage de plus 16% ne serait-elle pas programmée « exprès » pour justifier la production de la raffinerie italienne d'Augusta et la mise en œuvre du contrat processing, pourquoi pas les deux à la fois au détriment des raffineries algériennes dans lesquelles le trésor public a mis ses tripes pour leur réhabilitation. Il y a quelques semaines, une lettre anonyme probablement provenant des cadres soucieux de l'avenir de Sonatrach et conscients de son importance pour le circuit économique et social de toute l'Algérie, avaient dénoncé tout en attirant l'attention des pouvoirs publics que depuis avril 2017, l'Etat disent-ils « n'a aucun contrôle de la gestion de Sonatrach » Les documents qui donnent la visibilité et le suivi de l'ensemble des activités sous forme de rapports d'habitude mensuellement ne parviennent plus aux organes statutaires de surveillance. Pour la première fois, ont-ils rappelé, les chiffres, et bilans, de Sonatrach, sont confus, non-cohérents, et surtout non conformes avec les ceux de la banque d'Algérie et de l'ONS. Ils se demandaient si les pouvoirs publics, très préoccupés par la crise politique n'auraient pas négligé quelque peu le mastodonte auquel cas se serait le chao économique annoncé.
L'ancien PDG a déjà critiqué les institutions de l'Etat l'année dernière
Conforté probablement par un clan au pouvoir, notamment extraconstitutionnel, l'ancien PDG de Sonatrach Abelmounene Ould Kaddour a eu à multiplier des attaques en remettant en cause les chiffres statistiques fournis par la Banque d'Algérie (BA) et l'Organisme national des statistiques (ONS) ainsi que le Ministère de l'Energie relatifs à la baisse de la production du pétrole et du gaz, notamment le taux de croissance et les performances qui en découlent du mastodonte lorsqu'il lui a été confié par rapport à ceux d'aujourd'hui voilà bientôt deux ans de promesses vides d'application. Rappelons qu'à l'issue de la cérémonie de signature des statuts de la joint-venture STEP en partenariat avec la société française Total dans un projet de pétrochimie, il est monté d'un cran pour pousser envers les institutions de l'Etat un mépris sans précédent. Il s'est interrogé avec arrogance : « Est-ce qu'on a un système de mesures, de calcul ou d'évaluation de la production ? Est-ce qu'on sait combien coûte l'extraction d'un baril ? » Et de continuer son affront : «A ce jour, on n'a même pas exploité 30% de notre potentiel en hydrocarbures ». Pour lui « à l'avenir, on aura de très belles découvertes et ceux qui disent que nos gisements sont morts sont très loin de la réalité, on a encore un long chemin à faire ». A ce stade, il se trahit et se contredit en misant uniquement sur les réserves en gaz de schiste qui n'ont jamais été évaluées par nos institutions y compris Sonatrach elle-même. Moins d'un trimestre de son départ en voilà les résultats !
Le tripotage de la structure HSE serait une des causes de la catastrophe d'Arzew
L'explosion survenue dans la soirée du lundi 1er juillet 2019, au niveau d'une unité de production du complexe de liquéfaction de gaz le GL1Z, de la zone industrielle d'Arzew Wilaya d'Oran serait selon les responsables qui ont préféré garder l'anonymat par devoir de réserve sans doute, causée par la perturbation de la direction centrale de l'Hygiène-Sécurité-Environnement( HSE) qui était chargée d'évaluer et surveiller les veilles installations conformément à la loi sur les hydrocarbures notamment son article 109 et son décret exécutif d'application N° 14-349 du 15 Safar 1436 correspondant au 8 décembre 2014 fixant les conditions de mise en conformité des installations et des équipements relevant des activités hydrocarbures. Ould Kaddour, avait dans son viseur cette direction dés son installation comme s'il l'avait ramenée comme consigne dans ses bagages. En effet si l'on croit ces cadres, au lendemain de son installation, il a décapité cette structure pour designer un médecin de travail qui n'avait aucune compétence technique pour conduire la conformité des veilles installations. Le premier, au contraire brillé semble t-il par être major de promotion dans le domaine de l'Hygiène, la Sécurité et l'Environnement. Il se trouve heureusement pour le spécialiste en question qu'il était membre d'une commission interministérielle, désigné par des hautes autorités « en relation dit on avec le programme de sécurisation des sites névralgiques, Ould Kaddour était obligé d'annuler sa décision pour repositionner le même cadre de son mégaprojet SH2030, il saisit l'occasion sur recommandation d'un bureau d'étude « OGB » de s'en passer carrément de la direction centrale HSE en privilégiant le recours à la sous-traitance tout azimut en même temps en mettant fin aux fonctions de son premier responsable en juillet 2018. (02) « En termes simples, l'Hygiène, la sécurité et l'Environnement apparemment n'apparaitront plus dans la nouvelle vision organisationnelle du groupe Sonatrach » disent-ils.
Cette baisse de la production serait aussi liée à un manque d'entretien des gisements
Si l'on croit la même source, depuis juillet 2017, et à la date actuelle juillet 2019 , dans le seul but de doper les chiffres l'exportation afin de compenser en partie du déclin provoqué par la déstructuration de l'organisation, la marginalisation des compétences, des cadres intègres qui ne signent pas hors réglementations, l'équipe d'Ould Kaddour notamment les principaux responsables de la chaine Amont : ont pris la décision de détourner selon ces cadres les gaz associés destinés à la réinjection afin de les comptabiliser comme production additionnelle « jamais comptabilisés au paravent, et les mettre dans le pipe pour l'exportation » ajoutent- ils.
Ces gaz irrécupérables, ont un impact direct sur la réduction des réserves d'hydrocarbures algériennes, et sur l'extinction prématurée des gisements :
l 10 milliards de m3 ont été soustraits et vidés de Hassi Messaoud (ces volumes destinés à la réinjection, pour maintenir la pression et les conditions optimales pour maximiser les réserves, la production à long terme).
l 4 milliards de m3 ont été soustrait et vidés du gisement de Rourde baguel (ces volumes destinés à la réinjection, pour maintenir la pression et les conditions optimales pour maximiser les réserves, la production à long terme)
l 15 milliards de m3 ont été soustraits du cyclage de Rhourde Nouss (ces volumes destinés pour optimiser le condensat)
Conclusion
Ces cadres justement , se demandent comment se fait il que l'actuel PDG fraichement nommé, fortement imprégné de la situation des installations à Sonatrach pour avoir occupé « pour quelques semaines le poste de directeur central HSE » n'en a pas fait sa priorité et semble poursuivre dans la même voie que son prédécesseur. Pourtant, il ya eu tout un débat à Sonatrach sur cette question d'un programme directeur voire stratégique du HSE dans le groupe qui a disparu de l'organisation au profit de la sous-traitance étrangère.
*Consultant, Economiste Pétrolier
Renvois
(01) http://www.ons.dz/IMG/pdf/IPI1T2019.pdf
(02) http://bourse-dz.com/explosion-darzew-la-responsabilite-directe-de-ould-kaddour-et-hachichi/
(03)-Dossier complémentaire de lecture
http://bourse-dz.com/alnaft-le-parti-de-la-france-toujours-puissant/
http://bourse-dz.com/sonatrach-les-derniers-jours-du-tsar/
http://bourse-dz.com/faux-diplomes-lantecedent-de-ould-kaddour/
http://bourse-dz.com/croissance-sonatrach-tire-leconomie-vers-bas/
http://bourse-dz.com/raffinerie-dalger-les-dangereux-raccourcis-du-ministre/
http://bourse-dz.com/gaz-de-schiste-le-ministre-cache-la-verite/
http://bourse-dz.com/projet-phosphate-le-jeu-trouble-daec/
http://bourse-dz.com/loi-sur-les-hydrocarbures-le-complot-ould-kaddour-ouyahia/
http://bourse-dz.com/londres-sonatrach-dans-le-viseur-de-scotland-yard/
http://bourse-dz.com/loi-sur-les-hydrocarbures-quel-interet-pour-ouyahia/
http://bourse-dz.com/sonatrach-ouyahia-a-demande-la-discretion-sur-les-salaires-video/
http://bourse-dz.com/ouyahia-dangereux-bradage-des-richesses-du-pays/
http://bourse-dz.com/sonatrach-total-un-accord-global-et-des-interrogations/
http://bourse-dz.com/loi-sur-les-hydrocarbures-limpasse/
http://bourse-dz.com/sonatrach-exon-mobile-laccord-de-trop/
http://bourse-dz.com/sonatrach-quand-ouyahia-jr-sinvite-a-londres/
http://bourse-dz.com/sonatrach-les-dernieres-manoeuvres-de-ouyahia-et-ould-kaddour/
http://bourse-dz.com/sonatrach-le-complot-ould-kaddour-ouyahia-dejoue/
http://bourse-dz.com/gaz-de-schiste-les-francais-reprennent-lactivite-devaluation-en-algerie/
http://bourse-dz.com/loi-sur-les-hydrocarbures-les-resultats-de-lincompetence/
https://www.liberte-algerie.com/actualite/peril-sur-le-petrole-algerien-278137
https://www.liberte-algerie.com/actualite/que-se-passe-t-il-a-sonatrach-284840
https://www.lematindalgerie.com/les-diplomes-fantomes-et-le-cv-lourd-du-sieur-ould-kaddour
https://www.huffpostmaghreb.com/2018/02/07/ould-kaddour-a-un-master-et-non-un-doctorat-selon-le-mit_n_19174890.html
https://www.huffpostmaghreb.com/2018/02/07/ould-kaddour-a-un-master-et-non-un-doctorat-selon-le-mit_n_19174890.html
https://www.lematindalgerie.com/coq-trump-tartuffe-ramadan-et-dr-ould-kadour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.