«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 07 - 2019

Le pouvoir s'est déclaré «intéressé» par les initiatives qu'a suscitées son offre de dialogue national aussi bien celle du «Forum national pour le dialogue» dit de Aïn Benian que celle du «Forum civil pour le changement» et a qualifié de «positives» les propositions qu'elles comportent. Mais il ne laisse rien transparaître des réponses qui vont être les siennes à ces propositions dont certaines conditionnent l'acceptation ou non de leurs auteurs à prendre part au dialogue en question. Il attendait probablement que l'autre groupe réunissant les partis et organisations signataires du pacte du 26 juin sous l'intitulé de «Forces de l'alternative démocratique» se prononce à son tour sur son offre et avoir ainsi une vision définitive de ce qui est attendu de lui par ces blocs en termes de concessions pour que l'éventualité de la tenue du dialogue prenne forme.
Si les démarches des deux premiers ont évacué comme y tient le pouvoir la revendication d'une période de transition avec séquence la mise en place d'une constituante à laquelle il reviendrait de légiférer de la sorte à empêcher la régénération de l'ancien système et du régime déchu, celle du troisième en fait sa clef de voûte dont la non-prise en compte rend non viable toute initiative politique d'où qu'elle émanerait. Les «Forces de l'alternative démocratique» ont réitéré dimanche passé qu'elles excluent d'être partie prenante à un dialogue se limitant comme voulu par le pouvoir à s'entendre sur les mécanismes à mettre en place pour engager le processus de l'élection présidentielle, étape conditionnant à ses yeux la sortie au plus vite de la crise politique dans le cadre constitutionnel.
Il est clair que Bensalah et ceux qui sont aux commandes du pays derrière la façade civile et un tant soit peut légale dont il est l'incarnation, ne qualifieront pas de «positive» l'initiative de ces «Forces de l'alternative démocratique» qu'ils accusent sans les nommer de «vouloir faire perdurer l'impasse politique et d'être au service des milieux étrangers qui ont intérêt à ce que cette situation perdure en Algérie». A supposer même qu'un dialogue soit envisageable sans la participation de ce bloc des «Forces de l'alternative démocratique», le pouvoir n'y semble pas disposé tant il fait la sourde oreille à des exigences dont la satisfaction a été posée comme préalable par les forums politiques et civils ayant opté pour la voie du dialogue et pourrait susciter l'adhésion d'autres acteurs politiques et sociétaux.
Au-delà de leurs divergences sur la raison d'être d'un dialogue, tous les camps qu'a configurés la crise ont des positions qui convergent sur ces exigences auxquelles ils ne peuvent renoncer sans encourir d'être qualifiés de «supplétifs» du pouvoir et de se voir dénier le statut d'interlocuteurs du pouvoir exprimant les revendications populaires. C'est dire que l'absence de geste de la part du pouvoir sur ces exigences n'incite plus à l'optimisme même très mesuré qu'ont fait naître les initiatives politiques qui se sont fait connaître dans la foulée de son offre. Le pouvoir sait que pour l'entretenir il lui faut faire les gestes qui lui sont réclamés de toutes parts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.