Tenue dimanche de la réunion du Conseil des ministres    Dispositif sur l'ouverture "graduelle et contrôlée" des plages et des lieux de détente à partir de samedi prochain    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    Secousses telluriques à Mila: les familles sinistrées évacuées et hébergées sous des tentes et dans des structures pour jeunes    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'alimentation en eau potable perturbée    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 07 - 2019

Le pouvoir s'est déclaré «intéressé» par les initiatives qu'a suscitées son offre de dialogue national aussi bien celle du «Forum national pour le dialogue» dit de Aïn Benian que celle du «Forum civil pour le changement» et a qualifié de «positives» les propositions qu'elles comportent. Mais il ne laisse rien transparaître des réponses qui vont être les siennes à ces propositions dont certaines conditionnent l'acceptation ou non de leurs auteurs à prendre part au dialogue en question. Il attendait probablement que l'autre groupe réunissant les partis et organisations signataires du pacte du 26 juin sous l'intitulé de «Forces de l'alternative démocratique» se prononce à son tour sur son offre et avoir ainsi une vision définitive de ce qui est attendu de lui par ces blocs en termes de concessions pour que l'éventualité de la tenue du dialogue prenne forme.
Si les démarches des deux premiers ont évacué comme y tient le pouvoir la revendication d'une période de transition avec séquence la mise en place d'une constituante à laquelle il reviendrait de légiférer de la sorte à empêcher la régénération de l'ancien système et du régime déchu, celle du troisième en fait sa clef de voûte dont la non-prise en compte rend non viable toute initiative politique d'où qu'elle émanerait. Les «Forces de l'alternative démocratique» ont réitéré dimanche passé qu'elles excluent d'être partie prenante à un dialogue se limitant comme voulu par le pouvoir à s'entendre sur les mécanismes à mettre en place pour engager le processus de l'élection présidentielle, étape conditionnant à ses yeux la sortie au plus vite de la crise politique dans le cadre constitutionnel.
Il est clair que Bensalah et ceux qui sont aux commandes du pays derrière la façade civile et un tant soit peut légale dont il est l'incarnation, ne qualifieront pas de «positive» l'initiative de ces «Forces de l'alternative démocratique» qu'ils accusent sans les nommer de «vouloir faire perdurer l'impasse politique et d'être au service des milieux étrangers qui ont intérêt à ce que cette situation perdure en Algérie». A supposer même qu'un dialogue soit envisageable sans la participation de ce bloc des «Forces de l'alternative démocratique», le pouvoir n'y semble pas disposé tant il fait la sourde oreille à des exigences dont la satisfaction a été posée comme préalable par les forums politiques et civils ayant opté pour la voie du dialogue et pourrait susciter l'adhésion d'autres acteurs politiques et sociétaux.
Au-delà de leurs divergences sur la raison d'être d'un dialogue, tous les camps qu'a configurés la crise ont des positions qui convergent sur ces exigences auxquelles ils ne peuvent renoncer sans encourir d'être qualifiés de «supplétifs» du pouvoir et de se voir dénier le statut d'interlocuteurs du pouvoir exprimant les revendications populaires. C'est dire que l'absence de geste de la part du pouvoir sur ces exigences n'incite plus à l'optimisme même très mesuré qu'ont fait naître les initiatives politiques qui se sont fait connaître dans la foulée de son offre. Le pouvoir sait que pour l'entretenir il lui faut faire les gestes qui lui sont réclamés de toutes parts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.