Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Coupable indifférence
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 07 - 2019

Nos forêts brûlent dans l'indifférence générale. Une vraie catastrophe naturelle, environnementale qui est en train de dévorer, d'année en année, tout le couvert végétal du pays. A ce rythme, soit celui de 32.000 hectares par an, selon les propres déclarations du directeur général des forêts (DGF), on parlera dans les dix prochaines années des belles forêts de pinèdes, de cédraies, de châtaigneraies, de chênes zen qui avaient été irrémédiablement mangées par le feu. Le moment est grave, inquiétant car les milliers d'hectares de belles forêts qui partent en fumée chaque jour depuis le début de cet été 2019 ne semblent pas avoir provoqué une réaction salutaire au sein des autorités, ni même un plan ORSEC.
Rien, tout est fait pour que ces incendies de forêts passent inaperçus, comme un vulgaire fait divers qui n'est pas de nature à occuper le gouvernement. Le pays tout entier, à travers ses forêts, brûle et les jours prochains, avec l'installation de l'été, accompagné par une terrible canicule qui balaie le pays depuis plusieurs semaines, n'annoncent rien de bon. Bien au contraire, il y a encore tout le mois d'août à gérer, à surveiller le moindre départ de feu et, au-delà, à envisager les moyens traditionnels de lutte contre ces incendies qui chauffent à blanc le pays, rendant la vie impossible autant dans les grandes villes, qui suffoquent sous la chaleur, que les zones rurales, directement exposées au fléau du feu et ses conséquences. Le comble est que le gouvernement tarde à réagir pour mettre en place un véritable plan de bataille nationale contre les feux, ne serait-ce que facultativement, ou une réunion ministérielle pour montrer au moins qu'il n'est pas insensible au drame vécu autant par les riverains des forêts ravagées par le feu que par l'idée de la perte de milliers d'hectares de couvert végétal et tout autant d'animaux dont la disparition d'espèces endémiques aux massifs algériens.
La colère comme la tristesse devant cette situation déplorable de voir ces pinèdes ou ces cédraies mangées par le feu est par ailleurs ce terrible aveu du DGF selon lequel son département ne dispose pas des moyens matériels, notamment les véhicules anti-incendie, les effectifs humains et techniques pour lutter contre les incendies de forêts. Terrible constat que celui d'une direction des forêts dont les véhicules anti-incendie sont devenus obsolètes ou que ces tranchées pare-feux et ces pistes forestières, qui permettent d'atteindre rapidement les foyers d'incendies, ne sont plus entretenues. Faut-il dès lors faire le procès de l'incapacité de la direction concernée de parer, avec des moyens dérisoires, à la menace du feu ou celui des pouvoirs publics qui ne se sont pas donné les moyens ni les mécanismes pour lutter efficacement contre les incendies de forêts, au moment où le pays pouvait se payer la modernisation de tout le dispositif national de lutte contre les incendies de forêts ?
Le dénuement des services forestiers devant l'ampleur de la tâche donne une affreuse sensation que les pouvoirs publics, à commencer par le ministère de l'Agriculture, ne font pas de l'élimination des causes des incendies de forêts une priorité, encore moins une stratégie du secteur. On continuera dès lors à faire le macabre et triste bilan des forêts brûlées et des animaux calcinés chaque été. Jusqu'à quand ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.