Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah en visite de travail au Commandement des Forces Navales : "Les lois de finances et des hydrocarbures, ...    Présidentielle du 12 décembre: Nouvelles procédures pour la légalisation des formulaires de souscription de signatures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Réalisation d'un stock "important" de blé dur et d'orge : Pas d'importation des deux produits cette année    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    Syrie : Trump lâche les Kurdes, mais menace la Turquie    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Mise à jour Ligue 1 : Le MCA rejoint le CRB en tête du classement    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    Organisation d'un match amical Algérie - France : Le sujet évoqué au cours du premier trimestre 2020    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    LIBAN-MUSIQUE: La chanteuse libanaise Fairuz retrouve le devant de la scène    18 personnalités lancent un appel    L'opposition des étudiants    ALGERIE 3 – COLOMBIE 0 : Les Verts s'offrent le neuvième mondial    Distribution de plus de 50.000 logements    Le ministère de la Santé rassure    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Sonatrach, nouveau actionnaire majoritaire    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    Des milliers d'attributions de logements en perspective    168 unités de boissons alcoolisées de différentes marques saisies    Poursuite de l'offensive turque sur fond d'une large condamnation internationale    La loi «rejetée» par la population est «sans crainte»    Batelli convoque 23 joueurs pour le match contre le Maroc    France-Algérie : les premiers pas...    Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    «Le voyage de Sindbab» bientôt à l'affiche    SIDI BEL-ABBES : Le policier auteur d'un quadruple crime se donne la mort    Tunisie: le scrutin présidentiel s'est déroulé dans la sérénité et sans failles    MCA -USMA : L'USMA perd le derby sur tapis vert    AHMED GAID SALAH AFFIRME : L'Algérie est sur ‘'la bonne voie''    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Nouvelles procédures pour la signature des formulaires    EXIGEANT LE DEPART DE LEUR DIRECTEUR : Les travailleurs de l'éducation protestent à Béchar    OUARGLA : Recensement de plus de 1600 cas de cancer    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    Les leaders à l'aise    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    L'EHU 1er Novembre dresse son bilan: 160.000 consultations et 32.000 hospitalisations en neuf mois    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise politique et dialogue national: Les partis s'organisent avant de rencontrer le panel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 08 - 2019

«Tous ceux qui ont assisté à la rencontre de Ain Benian du 6 juillet dernier, prendront part au dialogue avec le panel de médiation».
Le 6 juillet, ils étaient 13 partis politiques et 6 groupements d'associations et représentants de la société civile à être venus, pour adopter une plate-forme de sortie de crise à la préparation de laquelle ils avaient tous contribué. Il est vrai que la rencontre de Ain Benian n'a pas été consacrée, comme prévu, à l'adoption de la plate-forme en question mais a, plutôt, servi de tribune à des chefs de partis et des représentants de la société civile pour discourir, pendant pratiquement toute une journée, exceptées les deux ou trois heures de l'après-midi où des questionnements ont été posés et des idées clarifiées. « L'essentiel pour nous est qu'il y a eu à, Ain Benian, plus de 800 personnes qui ont adopté cette plate-forme après qu'elles aient accepté de participer à la journée qui lui a été consacrée» nous explique Nouredine Bahbouh, président de l'UFDS (Union des forces démocratiques et sociales). L'on rappelle que Talaïa El Houriet de Ali Benflis, MSP de Abderrazek Makri, Jil Djadid de Sofiane Djilali, FDJ de Abdallah Djaballah, le parti de Tahar Benbaïche, celui de Abdelkader Merbah, celui de Mohand Saïd, l'UFDS de Nouredine Bahbouh et d'autres personnalités nationales, étaient tous présents à la réunion de Ain Benian qui a été coordonnée par Abdelaziz Rahabi. «Tous acceptent de rencontrer le panel de médiation pour le dialogue et participer à la conférence nationale qui devra sortir avec une feuille de route consensuelle pour une sortie de crise,» nous affirment des sources sûres proches de ces partis. L'on apprend, à cet effet, que « chaque parti est en train de plancher sur les amendements qu'il pense nécessaires d'introduire à la loi électorale, et aussi réfléchit sur l'instance indépendante qui doit organiser, suivre et contrôler les élections présidentielles ainsi que sur sa composante et ses prérogatives.»
«On s'organise pour dialoguer avec le panel»
Il est aussi question pour eux de «clarifier certains articles, dans la Constitution comme ceux relatifs à l'équilibre des pouvoirs, la justice, les libertés individuelles et collectives, la pratique démocratique, la liberté d'opinion et de la presse (…)». Il est noté que « la plate-forme de Ain Benian prévoit la tenue des élections présidentielles dans 6 mois, une période qui doit être arrêtée, dès que les étapes du dialogue et la conférence nationale seront achevées.» Ces partis ont, entre autres, retenu l'idée que « les futurs candidats aux présidentielles s'engagent à signer une charte d'engagement pour prendre en charge toutes les revendications populaires. » L'on nous assure de leur côté qu'« on est en train de nous organiser à titre individuel et aussi collectivement, on se concerte souvent, nous avons tous intérêt à stabiliser le pays, on doit nous aider par des mesures d'apaisement pour faire régner le calme dans le pays avant qu'il ne soit trop tard. » Nos sources nous font savoir que «chaque parti a (en principe) rencontré, officieusement, Karim Younes dès que son nom a été avancé pour coordonner le panel, l'on comprend que ce dernier n'a rien pu faire pour imposer des préalables au dialogue dont il a la charge mais l'on souhaiterait vivement que ceux déjà réitérés par tout le monde soient pris en charge le plus tôt possible pour apaiser les esprits. »
Pour nos interlocuteurs « le pouvoir, qu'il soit incarné par Bensalah ou par Gaïd Salah, doit casser l'argumentaire de ceux qui cherchent n'importe quelle raison pour bloquer le processus du dialogue et maintenir le statu quo.»
Le refus du pouvoir de prendre en charge les préalables posés devient pour eux « agaçant ». D'ailleurs, pour satisfaire tout le monde, nos interlocuteurs conseillent de les appeler « mesures d'apaisement et non préalables.» Ils rappellent que « toutes les périodes critiques qu'a connu le pays ont été résolues par des mesures d'apaisement, pourquoi ne ferait-on pas comme Chadli au lendemain de la crise de 88 ou comme Bouteflika pour faire accepter la charte pour la paix et la réconciliation nationale, ils ont bien pris des mesures d'élargissement de prisonniers à ces moments-là.» A cet effet, «pour lever toute ambigüité ou amalgame», il est conseillé de ne plus parler de «détenus d'opinion mais de prisonniers du ‘Hirak'.»
«Djaballah viendra-il ou pas ?»
Il est important pour nos sources que « la Justice décide de mesures d'élargissement de détenus qui devraient être mis en liberté provisoire et continueraient d'être poursuivis tout en étant dehors.» L'on s'interroge, par ailleurs, au sein de ces partis « pourquoi le pouvoir tient-il à garder Bedoui comme Premier ministre ? Il suffit que deux de ses ministres (Finances et Tourisme) aient été entendus par la justice et que sa ministre des TIC traîne un lourd dossier.» Ce qui est sûr pour nos interlocuteurs « on est pour le dialogue. » Pour eux, « tout est fin-prêt pour rencontrer le panel les jours à venir. » La seule question qu'ils se posent est « Djaballah viendra-t-il ou pas au dialogue ?» Question qui s'impose selon eux, en raison des profonds différends qui les opposent au président du FDJ. Ils s'en sont déjà plaints, dès que la réunion de Ain Benian a pris fin. « Djaballah a tout fait pour être au devant de toute l'initiative, il veut tout prendre en main, ce qu'aucun parti ne voudra, la plate-forme de Ain Benian à laquelle on tient est consensuelle, aucun parti ne doit se mettre au dessus,» nous disent nos sources.
Pour ce qui est des partis de « l'alliance démocratique » (RCD, FFS, PT, MDS…, « personne ne garantit s'ils acceptent ou pas de dialoguer avec le panel, ils tiennent à une période de transition illimitée et à une assemblée constituante, ce que nous jugeons dangereux, en temps de crise » nous dit-on. Certains partis du courant nationaliste pensent qu'« après l'élection, en toute transparence, d'un président de la République légitime, on pourra parler de tout, on pourra même poser la problématique d'une Assemblée constituante, si elle est approuvée par la majorité, pourquoi ne pas y aller ?».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.