Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 06 - 2019

Abdelaziz Rahabi, diplomate et ancien ministre, chargé de coordonner la prochaine Conférence nationale de l'opposition, les Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple, a révélé, hier mercredi, avoir lancé de larges consultations, sans exclure aucune partie, afin, a-t-il dit, que tous participent à la préparation de cette conférence dans toutes ses étapes et adhérent au processus de sortie de crise. Des consultations au cours desquelles, a-t-il indiqué sur sa page facebook, la teneur du projet de conférence du dialogue national y a été présenté.
Les partis des forces du changement et la société civile élargie qui ont proposé la plate-forme du 15 juin ainsi que des associations issues du soulèvement populaire, a-t-il poursuivi, tiendront la conférence du dialogue national le 6 juillet. «J'ai été chargé de coordonner cette initiative politique inclusive afin de dégager une conception et des mécanismes pour sortir de la crise et aller, dans des délais raisonnables, vers les premières élections présidentielles démocratiques dans l'histoire du pays», a ajouté M. Rahabi.
Composé entre autres, des partis El Adala d'Abdallah Djaballah, Talaie El Hourriyet de l'ancien chef de gouvernement Ali Benflis, El Fadjr de Tahar Benbaibèche, de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS) de Noureddine Bahbouh, de Jil Jadid de Sofiane Djillali, de la Confédération des syndicats algériens (CSA), des personnalités et spécialistes comme Fatiha Benabou, outre des acteurs de la société civile, ce conglomérat compte adopter une feuille de route consensuelle à même de sortir le pays de la crise. Ainsi, après plusieurs réunions, les «Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple», espèrent regrouper, à travers cette conférence nationale, initialement prévue samedi prochain, le 29 juin, l'ensemble des représentants de la classe politique à l'exception, insistent les initiateurs, des partis ou personnalités ayant «collaboré» avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika.
«Nous faisons de gros efforts pour convaincre tout le monde, et nous n'avons exclu personne, à part les partisans de l'ancien régime, rejetés par le peuple. Certains de nos interlocuteurs ont accepté de nous rejoindre, d'autres se sont excusés, d'autres ont refusé. C'est le principe de la démocratie et nous le comprenons», a indiqué, dimanche dernier, Abdallah Djaballah, le président d'El Adala. Invité du Forum du journal arabophone El Mihwar, Abdellah Djaballah a estimé que c'est au peuple souverain de trancher.
«L'essentiel est que les partenaires sollicités adoptent des positions en adéquation avec ce que revendique le peuple lors de ses marches», a-t-il dit, observant que les Algériens qui sortent pour manifester attendent qu'il y ait une vraie plateforme consensuelle qui soit représentative de toutes les parties et surtout qui reprenne l'esprit de leurs revendications. Pendant que cette partie de l'opposition s'emploie aux préparatifs de la conférence nationale, d'autres formations politiques de l'opposition, le RCD, le FFS, le Parti des Travailleurs, et le MDS entre autres, auxquels se sont joints de nombreuses personnalités nationales multiplient les rencontres pour une sortie de crise, à travers, notamment, une assemblée constituante et le rejet de la tenue «rapidement» d'une élection présidentielle, comme l'exige l'état-major et semblent le soutenir les autres partis qui forment l'autre coalition de l'opposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.