Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 06 - 2019

Abdelaziz Rahabi, diplomate et ancien ministre, chargé de coordonner la prochaine Conférence nationale de l'opposition, les Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple, a révélé, hier mercredi, avoir lancé de larges consultations, sans exclure aucune partie, afin, a-t-il dit, que tous participent à la préparation de cette conférence dans toutes ses étapes et adhérent au processus de sortie de crise. Des consultations au cours desquelles, a-t-il indiqué sur sa page facebook, la teneur du projet de conférence du dialogue national y a été présenté.
Les partis des forces du changement et la société civile élargie qui ont proposé la plate-forme du 15 juin ainsi que des associations issues du soulèvement populaire, a-t-il poursuivi, tiendront la conférence du dialogue national le 6 juillet. «J'ai été chargé de coordonner cette initiative politique inclusive afin de dégager une conception et des mécanismes pour sortir de la crise et aller, dans des délais raisonnables, vers les premières élections présidentielles démocratiques dans l'histoire du pays», a ajouté M. Rahabi.
Composé entre autres, des partis El Adala d'Abdallah Djaballah, Talaie El Hourriyet de l'ancien chef de gouvernement Ali Benflis, El Fadjr de Tahar Benbaibèche, de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS) de Noureddine Bahbouh, de Jil Jadid de Sofiane Djillali, de la Confédération des syndicats algériens (CSA), des personnalités et spécialistes comme Fatiha Benabou, outre des acteurs de la société civile, ce conglomérat compte adopter une feuille de route consensuelle à même de sortir le pays de la crise. Ainsi, après plusieurs réunions, les «Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple», espèrent regrouper, à travers cette conférence nationale, initialement prévue samedi prochain, le 29 juin, l'ensemble des représentants de la classe politique à l'exception, insistent les initiateurs, des partis ou personnalités ayant «collaboré» avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika.
«Nous faisons de gros efforts pour convaincre tout le monde, et nous n'avons exclu personne, à part les partisans de l'ancien régime, rejetés par le peuple. Certains de nos interlocuteurs ont accepté de nous rejoindre, d'autres se sont excusés, d'autres ont refusé. C'est le principe de la démocratie et nous le comprenons», a indiqué, dimanche dernier, Abdallah Djaballah, le président d'El Adala. Invité du Forum du journal arabophone El Mihwar, Abdellah Djaballah a estimé que c'est au peuple souverain de trancher.
«L'essentiel est que les partenaires sollicités adoptent des positions en adéquation avec ce que revendique le peuple lors de ses marches», a-t-il dit, observant que les Algériens qui sortent pour manifester attendent qu'il y ait une vraie plateforme consensuelle qui soit représentative de toutes les parties et surtout qui reprenne l'esprit de leurs revendications. Pendant que cette partie de l'opposition s'emploie aux préparatifs de la conférence nationale, d'autres formations politiques de l'opposition, le RCD, le FFS, le Parti des Travailleurs, et le MDS entre autres, auxquels se sont joints de nombreuses personnalités nationales multiplient les rencontres pour une sortie de crise, à travers, notamment, une assemblée constituante et le rejet de la tenue «rapidement» d'une élection présidentielle, comme l'exige l'état-major et semblent le soutenir les autres partis qui forment l'autre coalition de l'opposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.