Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue politique: Divergences autour d'une sortie de crise
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 08 - 2019

Les divergences, de fond et formelles, dans la conduite de l'actuelle phase de transition et, plus que tout, mettre un terme à l'impasse politique actuelle, restent patentes parmi les différents acteurs politiques. Le Front des Forces Socialistes, après la rencontre de samedi des « dynamiques de la société civile » et des partis d'opposition, qui avait décidé de créer une instance nationale de coordination, s'est rebiffé et refuse de faire partie de cette initiative. Dans un communiqué rendu public hier lundi, le FFS affirme qu'il a «toujours préconisé le dialogue transparent pour résoudre la crise multidimensionnelle que vit le pays depuis des décennies». Lors de la rencontre des dynamiques de la société civile, le parti a « exposé son analyse de la situation politique du pays et présenté les voies et moyens pacifiques de sortir le pays de cette crise qui menace, si elle n'est pas résolue, son unité, sa stabilité et sa souveraineté», indique le communiqué. Durant cette rencontre, le FFS «a notamment mis en relief la nécessité primordiale d'engager une véritable transition démocratique et un processus constituant souverain répondant aux revendications du mouvement révolutionnaire pacifique, qui exige le changement radical du système et l'avènement de la deuxième République basée sur le droit et la démocratie ». Cependant, le FFS semble en désaccord avec la démarche prise par cette rencontre et les décisions qui ont été prises. Il a ainsi averti « l'opinion publique qu'il n'a pas été associé, ni de près ni de loin, à la rédaction de la déclaration finale de cette rencontre, à laquelle il n'avait accepté de participer que parce qu'elle devait se limiter à des échanges dans le cadre du dialogue ». Dans sa déclaration finale, la rencontre a annoncé la mise en place prochaine d'« une instance de coordination et de suivi chargée d'élaborer des propositions et de rapprocher les points de vue sur la base des documents du 15 juin, du 26 juin et du 6 juillet». Son objectif est de parvenir « à l'organisation d'une conférence nationale dont la date sera annoncée ultérieurement », indique un communiqué des dynamiques de la société civile rendu public dimanche.
Le FFS ajoute que «c'est la raison pour laquelle il se démarque totalement de l'orientation politique diffusée à l'issue de cette réunion car elle s'articule sur un processus électoral factice décrié par le peuple algérien et ne reflète pas toutes les positions exprimées lors de cette concertation» ajoutant que «cette orientation ne fera que régénérer et renforcer le régime actuel dans le cadre d'un ordre constitutionnel dépassé et obsolète en totale opposition aux revendications légitimes du mouvement citoyen pour changer radicalement le système et fonder un Etat de droit démocratique et social ». Lors de cette rencontre des dynamiques de la société civile, la solution d'une élection présidentielle comme sortie de crise a été largement discutée, avec des partisans et des opposants, tout comme d'ailleurs la mise en place d'une Constituante, avant tout processus électoral.
Par contre, le MSP a apporté son plein soutien à la démarche des dynamiques de la société civile. Le président du MSP Abderrezak Makri a affirmé « le soutien de son parti » à cette rencontre, et l'a qualifiée « d'opportunité et de nouvelle seconde initiative dans la démarche du dialogue sérieux. D'autant que l'opposition a pu dépasser ses divergences politiques et idéologiques comme en témoigne la présence de tous les acteurs concernés, et leur accord d'aller vers un dialogue sérieux et efficace». Lors des travaux de son université d'été, le MSP a indiqué, par la voix de son président, qu'il était disposé à participer à une élection présidentielle consensuelle, défendue en partie par les dynamiques de la société civile, si elle était décidée par le peuple pour une sortie de crise. «Le projet primordial du Mouvement reste le consensus national, mais à défaut le parti est disposé à participer à une élection présidentielle consensuelle, si elle est décidée par le peuple, que ce soit dans un mois ou dans un an», a déclaré M. Makri, qui a soutenu que son parti « est entièrement prêt à cette échéance électorale consensuelle et à toutes les éventualités en cas de son organisation, que ce soit dans un mois ou dans un an ». Il a également réitéré la position de son parti « en faveur d'un consensus national entre l'opposition et le pouvoir en vue d'aller vers un mandat présidentiel transitoire devant assurer la transition politique et économique pacifique du pays ». La rencontre de samedi à la Safex des dynamiques de la société civile avec les partis d'opposition avait plaidé pour le choix souverain du peuple « à travers un scrutin libre et honnête en réunissant les mécanismes et les garanties nécessaires », et les participants ont manifesté leur soutien à « un dialogue sérieux, responsable et souverain » qui nécessite un « climat politique adéquat avec la prise de mesures à même de rétablir la confiance (libération des détenus d'opinion, levée des pressions sur les espaces publics, libération des médias et levée du blocage des accès à la capitale) ». Un soutien au Hirak populaire a été également réaffirmé par les organisations et partis politiques présents, selon lesquels le Hirak doit « se poursuivre pacifiquement jusqu'à la satisfaction de ses revendications légitimes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.