Marche grandiose à Alger    ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Mihoubi déposera son dossier la semaine prochaine    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    AUDITIONNE AU TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Baha Eddine Tliba placé en détention provisoire    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    «On peut faire encore plus mal»    "L'EN peut encore progresser"    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    «Aucune décision n'a été prise»    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Partis politiques et personnalités nationales optent pour le dialogue
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 08 - 2019

Le dialogue, qui est une valeur morale et civilisationnelle, est le moyen de règlement de toutes les crises. C'est le coordinateur de la Confédération des syndicats algériens (CSA), Lyes Merabet, qui l'a affirmé à l'occasion de la première rencontre de concertation des dynamiques de la société civile, des partis politiques et des personnalités nationales, qui s'est tenue samedi à Alger.
Les participants à cette réunion- représentants de plusieurs partis, dont le Mouvement de la société pour la paix (MSP), le parti de la liberté et de la justice (PLJ), le Mouvement El Bina, l'Union pour le changement et le progrès (UCP), le parti des Travailleurs (PT), le parti Ahd 54, le Front des forces socialistes (FFS), le parti Ennahdha, le parti Jil Jadid, le Front pour la justice et le développement (FJD) ainsi que des personnalités nationales- ont exprimé leur «attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour parvenir, le plus rapidement possible, à une solution à la crise politique que connaît le pays».
Intervenant lors des travaux de la rencontre, Lyès Merabet a précisé que cette réunion qui s'inscrit dans le cadre de la démarche de la Conférence nationale du 15 juin dernier, est le couronnement des rencontres marathoniennes nécessaires pour le rapprochement des vues dans le but de trouver une solution consensuelle à la crise politique que connait le pays.
Il a tenu à souligner la conviction des participants de «l'importance de la communication et de la rencontre de toutes les initiatives afin de travailler sérieusement à rapprocher les vues et à recueillir les propositions pour une sortie de crise». Il a estimé que la société civile peut, aujourd'hui, avoir des instruments de soutien au «Hirak» populaire pacifique et le représenter en vue de faire renaitre l'espoir de parvenir à la solution idoine à la crise que vit notre pays.
Pour Lyes Merabet, qui est également président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), cette initiative a été «positive» car elle a permis de concrétiser l'objectif de réunir toutes les parties autour d'une seule et même idée, à savoir «l'impératif d'aller de l'avant pour le règlement de la crise que traverse le pays». Il annonce l'adhésion d'autres partis à cet objectif. Abdelaziz Rahabi a affirmé que sa présence émane de sa volonté «d'aider toutes les initiatives, sans exception, afin de sortir de la crise et de l'impasse politique qui n'ont que trop duré», qualifiant cette rencontre «de prolongement de la plateforme de Ain Benian, à laquelle avait pris part la société civile».
Concernant les conditions du dialogue, M. Rahabi a mis l'accent sur «l'impératif de mesures d'apaisement et de la mise en place d'une instance indépendante pour la surveillance des élections et la proclamation de leurs résultats». L'avocat Mustapha Bouchachi a, quant à lui, encouragé ce genre de rencontres qui sont, a-t-il dit, «rassembleuses de différentes parties», mettant en avant l'impératif que le pouvoir prenne en compte toutes les conclusions du dialogue et revendications du «Hirak» et de présenter de véritables garanties pour sortir de la crise».
Pour le vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) Saïd Salhi, cette initiative «s'inscrit dans le cadre du soutien au «Hirak» et se veut un signal de l'union du peuple algérien ce qui ouvrira la voie à une conférence nationale». Le président du parti Jil Jadid, Sofiane Djilali, a proposé l'organisation d'une présidentielle comme solution à la sortie de crise, affirmant que «c'est là une conviction de son parti», ajoutant que cette élection doit être «complétée par un processus constituant» aboutissant à un référendum. De son côté, le président du FJD, Abdallah Djaballah, a indiqué que «sa participation à celle-ci est dictée par la une volonté de préservation des revendications du peuple».
Dernièrement, lors d'une conférence de presse animée à l'issue de sa visite de travail dans la wilaya d'Ouargla, le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi, a déclaré que le gouvernement cautionne et salue «toutes les initiatives en faveur de la démarche visant à mener le pays à bon port et à réunir les conditions permettant l'organisation d'une élection présidentielle à travers laquelle un président sera élu en toute souveraineté pour avoir les prérogatives de gérer le pays».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.