Comment maintenir un bon flux sanguin ?    Real : Zidane incapable d'expliquer la défaite face à Alaves    Liga : Le Real chute à domicile face à Alaves    LE DECOMPTE DES MORTS    Iran: Rohani accuse Israël de vouloir semer le «chaos» en tuant un scientifique    Générosité exceptionnelle    AADL: Dernière opération de choix du site au profit des souscripteurs    L'asymétrie des idioties    Ligue des champions d'Afrique : CRB - Al Nasr, aujourd'hui à 17h00: Le Chabab pour renouer avec la tradition    Football - Ligue 1: L'ESS, la JSS, l'USB et le NCM s'installent    Ligue des champions d'Afrique: Le MCA impose le nul aux Buffles du Bénin    Chlef: Le deuxième pôle universitaire réceptionné fin janvier    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    Le gouvernement déterminé à instaurer un "modèle énergétique durable"    L'impuissance de la communauté internationale    Les souscripteurs invités à choisir leurssites    Des tests PCR à moins de 9.000 DA    1.044 nouveaux cas et 21 mortsen 24 heures    La pénurie persiste    Les vaccins anti Covid-19 dopent le marché des hydrocarbures    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    L'affaire de l'automobile sera rejugée    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Une vie de tumultes pour un bonheur inabouti !    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    "La persistance des déficits éliminera toute marge de manœuvre"    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kermesse du G7, un non-évènement qui laisse entiers les problèmes de la planète
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 08 - 2019

«Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent, c'est pire !» Coluche
Du Vendredi 23 au lundi 26 aout sept pays qui se veulent la conscience du monde dans un rituel bien rodé depuis 1975, date à laquelle Giscard d'Estaing voulant punir les pays de l'Opep décide après ce que les pays occidentaux appellent le choc pétrolier de faire front envers ces bédouins qui empêchent les pays industrialisés de continuer à prospérer. C'est à la même époque que plus efficace le docteur Kissinger secrétaire d'Etat américain décide de créer en novembre 1974 l'Agence internationale de l'Energie pour contrer l'Opep. Ces rencontres sont contestées par des mouvements altermondialistes, qui remettent en cause la légitimité du G7, et l'accusent de vouloir « diriger le monde » en alliant des pays parmi les principales grandes puissances économiques afin d'augmenter chez chaque membre son influence sur les marchés mondiaux à des fins d'appropriation de richesses au mépris et détriment des autres pays, cela imposant selon eux une politique néolibérale
Le premier «G6», sera rejoints en 1976 par le Canada. A partir de 1998 le G7 devient «G8». Il y eut ensuite la réunion avec les pays émergents, dont la Chine, le Brésil ou l'Afrique du Sud, c'est le «G20»3. En 2014, la Russie est suspendue du G8 pour avoir récupéré son territoire la Crimée . Seul Donald Trump s'est prononcé en faveur de la réintégration de la Russie., a-t-il assuré peu avant le G7 de Biarritz sauf que la Russie a annoncé en 2017 qu'elle n'était pas intéressée. Quel est l'ordre du jour ? Lutter contre les inégalités , parler des changements climatiques et des problèmes de l'heure à la fois économiques mais aussi stratégiques comme l'Accord nucléaire iranien
La réalité du G7.
Les pays les plus endettés au monde
« Le groupe des sept », les « sept pays les plus industrialisés. Mais plusieurs géants économiques ne sont pas conviés à la table : Chine et Inde sont membres du G20 .En 1975, les membres du G7 « pesaient » l'équivalent de 62 % du PIB mondial, contre seulement 45 % en 2018. Quand on parle de pays riches, il faut relativiser. Ainsi ,le Japon : pays synonyme de prospérité a un PIB par habitant de plus de 39 000 dollars en 2018, mais c'est aussi le pays le plus endetté au monde, Pour la France si la dette publique représentait près de 65 % du PIB en 2007, cette dernière s'élevait à 97 % du PIB en 2017 voire 100 % en 2019. Quant à la dette américaine elle est abyssale . De plus les pays du BRIC ( Brésil, Russie, Inde et Chine) représentent : 32,6% le G7: 29,4 % et le reste du Monde : 38 %.
Ainsi, la Chine représente aujourd'hui plus 19 % du PIB mondial, tandis que l'Inde culmine à 8 %. Avec la Russie et le Brésil, également économies montantes, les quatre pays dépassent désormais largement le poids du G7.
Ce qu'ont fait les opposants au Sommet
Qui peut faire entendre un autre son de cloche ? Qu'un autre monde est possible ? Sans triches, boulimie ? Les opposants au sommet du G7 ont, quant à eux, déjà commencé à exprimer leur refus de cautionner les politiques menées par les leaders mondiaux et plus globalement réitérer leur refus de vivre dans l'ordre mondial actuel. «Nous considérons que ce G7 est illégitime, tout simplement parce que ce sont sept pays riches qui pensent qu'ils peuvent décider de l'ordre du monde», a expliqué Aurélie Trouvé, la porte-parole du contre-sommet Alternative G7. Nous allons montrer que ces politiques-là sont au service des plus riches et des multinationales et que, face à ça, nous avons énormément d'alternatives qui dessinent un autre monde», a-t-elle encore fait valoir dans des propos rapportés par le média belge RTBF.
La réalité des discussions au sein du G7
On croit à tort qu'il y a une égalité dans les débats et que de la discussion jaillit la lumière ! En fait il n'en est rien ! Tout les rapports de force se passent dans les coulisses entre « sherpas » et dans ce cadre , il est connu que les Etats Unis ne discutent pas ,ils décident , c'est aux autres d'interpréter les oukases et de faire semblant qu'ils sont issus d'un consensus. C'est en gros l'avis de l'analyste Jean-Eric Branaa qui parle d'un Nouvel Ordre Mondial , version américaine que les gouvernants européens de Droite ou de Gauche sont obligés d'accepter Il écrit : « Le monde est devenu extraordinairement complexe et divisé. Dans Trumpland : portrait d'une Amérique divisée (2017), j'écrivais que Donald Trump allait amener un nouvel ordre mondial. On voit que cet ordre mondial s'installe, pas uniquement via Donald Trump, mais c'est un des chefs de file de cette transformation. Le monde occidental se divise aujourd'hui entre progressistes et populistes,(..) Il n'y a plus de clivage autour de la remise en cause du capitalisme. C'est sur des valeurs et certaines grandes questions globales que la division se fait. Certains problèmes, dans ce cadre, sont quasiment insolubles. Prenons l'exemple du climat qui est un enjeu de taille pour les progressistes. Du côté populiste, le problème économique est central : la défense de l'environnement revient pour ceux qui suivent Donald Trump à contraindre par la régulation les industriels et mène donc à une augmentation du nombre de chômeurs. Il n'y a donc pas de motifs à agir pour les populistes. Aucun des deux camps ne veut avancer et faire des compromis, parce que cela va à l'encontre de ce que veulent leurs électeurs » (1)
« Une des grandes politiques de Donald Trump depuis son élection a consisté à se retirer de tous les dispositifs de solidarité à l'égard du reste de l'humanité, expliquant que les Etats-Unis n'avaient pas à supporter sur leurs épaules le poids des malheurs du monde. Durant sa campagne électorale, il a expliqué aux contribuables américains qu'ils étaient imposés pour réduire les inégalités dans leur propre pays. Il utilisait régulièrement l'exemple de ceux qui vivent dans la rue aux Etats-Unis (et c'est un problème majeur dans les grandes villes américaines) en expliquant que, tant que ce problème n'était pas résolu, il n'était pas question de s'occuper de ceux qui vivent dans la rue en Afrique, en Asie, ou dans d'autres régions du monde. Il a coupé les aides américaines dans ce sens. La solidarité mondiale, que les progressistes défendent, est bien entendu mise à mal par cette politique ».(1)
Donald Trump a fait exploser les alliances, mais elles restent sous-jacentes. Pour le Président américain, les Alliés ne sont plus des alliés mais des partenaires, c'est-à-dire des partenaires commerciaux, et d'autres pays ont vocation à devenir des partenaires en ce sens-là.
Le monde est donc, selon la doctrine de Donald Trump, un vaste supermarché dans lequel les Américains peuvent vendre leurs produits et essayer d'acheter le moins cher possible. Paix et prospérité : ce sont les deux axiomes que les Républicains ont en réalité toujours défendu, notamment au début du XXème siècle. Dans les temps de paix, il s'agit d'aller faire du commerce.(1)
Le cas de la Chine est singulier car c'est le seul problème de Trump qui utilise toutes les méthodes pour affaiblir la Chine en vain : « La Chine pose quelques problèmes à Donald Trump. il y a une compétition entre les deux pays. Donald Trump n'a pas envie d'avoir la Chine dans les instances régulatrices. Cela a beaucoup gêné les Américains que la Chine intègre l'OMC par exemple. Donald Trump cherche à faire revenir la Russie dans les négociations parce que cela permet d'affaiblir la Chine, mais faire venir la Chine, c'est plus compliqué ». (1)
G7: la Chine a-t-elle réussi à diviser les Occidentaux ?
Décidément la presse aux ordres n'a pas arrêter de faire du Chinabashing en diabolisant la Chine absente mais O combien présente en réalité Ainsi le site Atlantico sur la base d'une analyse partiale écrit : « Vendredi 23 août 2019, la Chine a fait un coup d'éclat. Elle a créé la surprise en relançant l'escalade commerciale avec les Etats Unis (la Trade War) : une augmentation de 5 ou 10 points de pourcentage (selon les produits), des droits de douane qu'elle prélève sur divers produits exportés par les Etats Unis (montant global concerné : 75 Milliards de dollars). Le même jour, la Chine dépréciait à nouveau le yuan pour le ramener à seulement 7,09 yuan pour 1 dollar ».(2) « Par ces mesures, la Chine se donne des moyens supplémentaires pour maintenir ou même renforcer son énorme excédent commercial annuel (500 Milliards de dollars) ; et par son annonce, elle a fait reculer de 2,5% en moyenne les indices boursiers américains, elle a accentué encore l'inversion de la courbe des taux américaine, elle a poussé le cours de l'or au-dessus du seuil de 1500 dollars.... l'Administration américaine a répliqué le jour même. Avant même l'ouverture du G7, elle a porté de 25 à 30 % les droits de douane qui s'appliquent à une tranche de 250 Milliards de dollars d'importations chinoises et de 10 à 15 % ceux qui s'appliquent à une autre tranche de 300 Milliards de dollars. Si la croissance des pays qu'on appelle encore industrialisés s'est affaiblie entre 2002 et 2008 » (2)
« Pour l'auteur de cet article dont le parti pris sans mesure est flagrant , c'est la Chine qui est responsable des maux des pays industrialisés en clair de l'empire et de ses vassaux : « Au total, les pays européens oublient simplement que s'ils se débattent depuis plus de dix ans avec le risque d'une récession grave et prolongée, c'est précisément parce que la Chine cherche et réussit assez largement à accaparer toute l'activité productive mondiale. Ils devraient comprendre que la Trade War qu'ils déplorent entre Pékin et Washington correspond en réalité à une nécessité majeure, celle de briser ce qu'il convient de désigner comme la stratégie mercantiliste de la Chine » (2).
L'auteur explique ensuite la stratégie diabolique de la Chine : « Celle-ci, pour simplifier, se déploie en trois temps : Premier temps. Par ses excédents commerciaux renouvelés, la Chine désindustrialise la plupart des autres pays et leur inflige des déficits commerciaux renouvelés. Les gouvernements des pays les moins bien placés se trouvent les premiers atteints par ce qui est une déstabilisation économique ». Deuxième temps. Pour éviter que le mécontentement de la population se traduise par l'irruption d'un mouvement populiste, les gouvernements concernés préfèrent cacher à leurs populations la dégradation de l'économie ; pour ce faire, ils maintiennent les apparences de la prospérité en recourant, de trimestre en trimestre, à un endettement toujours plus important sur le marché mondial des capitaux. Ce marché est dominé par la Chine qui, grâce à ses excédents commerciaux répétés, est de très loin le premier pays créancier. C'est donc principalement auprès de la Chine que les pays, devenus « en difficulté », s'adressent ».(2) « Troisième temps. Le degré d'endettement des pays en difficulté est devenu tellement élevé que leur principal créancier, la Chine, leur fait part de sa réticence à leur prêter davantage. Le pays en difficulté, en proie à un déficit commercial qui reste récurrent, n'a alors d'autre choix que de commencer à aliéner progressivement sa souveraineté à la Chine : pour limiter son endettement à l'égard de Pékin, il commence par lui vendre à bon compte ses entreprises quand il en a, puis aussi ses territoires agricoles, ses gisements miniers, ses sites touristiques, ses sites portuaires ou aéroportuaires... et quand tout cela ne suffit pas à l'appétit de l'Etat chinois créancier, le pays peut vendre encore à la Chine sa soumission diplomatique, Le pays considéré devient alors de facto un protectorat chinois. C'est selon un tel processus que la Chine s'est déjà subordonnée un nombre considérable de pays qui, antérieurement, étaient encore souverains. Elle s'inscrit dans une dynamique qui vise à ce que la Chine puisse se subordonner ou même s'acheter la planète entière ». (2)
Et alors pourrait-on dire ? La Chine est elle responsable de l'incurie des pays industrialisés occidentaux ? Pourquoi ne pas développer cette agressivité contre l'empire qui décide unilatéralement es sanctions contre l'Europe (aciers, voitures, vins et fromages... )
Il est pas interdit de penser que non content d'attirer le Royaume Uni post Brexit en lui promettant un deal de rêve, Trump s'attaque à l'Europe en s'attaquant à l'Allemagne très vulnérable au vue de ses investissements aux Etats Unis . Mathieu Mucherie explique dans ce sens comment le maillon faible allemand pourrait permettre aux Etats-Unis de gagner une guerre commerciale contre l'Europe » (3)
Le G7 et l'Amazonie
Quand ils disent qu'ils vont compenser, quelles sont les compensations?» Pour certaines actions promises, «c'est de la preuve circonstancielle et anecdotique», la plus grande empreinte écologique est créée par le transport aérien et le dispositif sécuritaire. «Il y a un impact inévitable», 'il n'y a pas «de possibilités de rendre un sommet du G7 vert.
Un simple tweet a suffit à Emmanuel Macron pour relancer la machine : « Notre maison brûle. Littéralement. L'Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. C'est une crise internationale. ». Le Président Bolsonaro s'est évidemment défendu, dénonçant l'instrumentalisation d'un problème interne au Brésil et aux autres pays amazoniens.
Aout 2019 : Près de 14.000 incendies. 1tonne de bois : c'est 2 tonnes de CO2 en moins séquestrée par la forêt (Photo-synthèse) La déforestation augmente. En juillet :2255 km2 soit 225millions d'arbres détruits et donc 450 millions de tonnes de CO2 non captées à ce rythme c'est environ 5 milliards de tonnes de CO2 en moins/an soit encore 15 % du rejet total de CO2 « Qui a raison, qui a tort dans cette affaire ? Un article sorti le 21 Août sur le site Earth Observatory de la NASA, fait le point sur l'évolution des feux de forêt dans le monde. Il s'appuie pour cela sur les observations faites par les satellites équipés du spectroradiomètre imageur MODIS. Cet appareil permet, entre autre, d'observer la survenue des feux de forêt, qu'ils soient d'origine humaine ou naturelle. Les observations des feux par satellite ont commencé dans les années 80. Selon cet article, il apparaît clairement que le continent des feux n'est pas l'Amérique du Sud, mais l'Afrique. Durant une journée moyenne d'un mois d'août, le satellite observe 10.000 incendies sur toute la planète et 70% d'entre eux sont déclenchés en Afrique » (4)
Maigre résultat du G7 si ce n'est de constater un désaccord profond entre le Brésil pas invité et la France. Emmanuel Macron avait ajouté ce sujet au menu du G7, à la veille de l'ouverture du sommet. Ce lundi, le «Groupe des Sept» a promis une aide d'urgence de 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d'eau lutter contre les feux de forêt. Le G7 est tombé d'accord sur un volet d'aide à moyen terme destiné à la reforestation, qui sera finalisée lors de l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre. Le Royaume-Uni avait de son côté annoncé une aide de 10 millions de livres pour aider à la reforestation. Mais le président brésilien Jair Bolsonaro ne veut pas de cette aide, lui qui critique l'ingérence d'Emmanuel Macron. «Nous ne pouvons pas accepter qu'un président, Macron, lance des attaques déraisonnables et gratuites sur l'Amazonie, ni ne dissimule ses intentions derrière ‘l'alliance' du G7 pour ‘sauver' l'Amazonie, comme si nous étions une colonie ou autre no man's land», a ainsi tweeté le chef d'Etat brésilien ce lundi.26 aout
Ce qu'il faut retenir du sommet du G7 à Biarritz
Ce G7 écrit Julien Da Sos est à hauts risques, mais il ne s'est passé grand-chose.
Les questions structurantes ont été laissées à l'abandon. C'est comme si on s'était réuni pour rien. Cela restera l'événement majeur de ce G7 : la venue surprise du ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, à Biarritz, Il a rencontré Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian .Mais pas Donald Trump. En fait le G7 est l'occasion de constats bilatéraux pour régler en quelques jours des problèmes en suspend. Le G7 aura aussi permis d'accélérer les négociations entre la France et les Etats-Unis au sujet de la taxe sur les géants du numérique. Le président américain a déclaré lundi que les deux pays étaient «proches» d'un accord. Celui-ci consisterait en un compromis temporaire Sur la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, Donald Trump est en revanche resté inflexible face aux Européens, qui s'inquiètent des potentielles répercussions économiques d'une escalade des tensions. Mais le locataire de la Maison Blanche a surpris son monde lundi, en annonçant que son pays allait reprendre «très prochainement» ses négociations commerciales avec la Chine » (5),
Cout de la kermesse du G7
36,4 millions d'euros c'est le coût de l'organisation par du G7 . 13.200 policiers et gendarmes, épaulés par les forces militaires, ont été mobilisés 5.000 personnes à Biarritz, dont près de 2.000 journalistes accrédités et 3.000 personnes liées aux délégations des pays et organisations invitées. Personne ne s'est amusé à calculer la pollution induite par ce sommet .« Le sommet du G7 de 2018, qui s'est tenu à La Malbaie au Canada, a généré 6 708 tonnes de gaz à effet de serre (GES) avec les réunions préparatoires qui ont eu lieu en amont le compte monte à plus de 8 600 tonnes de GES. Le transport aérien génère le plus de pollution, A titre d'exemple, une tonne de gaz à effet de serre représente un aller-retour Paris-New-York en avion, 190 allers-retours Paris-Bordeaux en train, 14.000 km avec une Twingo en ville, ou encore 1,8 tonne de papier produite. De même, comme le rappelle Consoglobe, pour émettre 1 tonne de gaz à effet de serre en 2010, il fallait environ deux semaines à un Américain, un peu plus d'un mois à un Européen et une année à un Indien » (6).
Il faut ajouter à cela que les recommandations des G7 sont de diminuer la quantité de CO2 dans le monde. C'est exactement l'inverse qui s'est produit. Environ 10.000 tonnes de CO2 en trois jours c'est le seul résultat tangible du Sommet de Biarritz qui nous dit on va compenser par la plantation d'arbres qui vont mettre cinq ans à être opérationnels s'ils sont à croissance rapide
Un coup de bluff à signaler et présenté comme une victoire de la diplomatie française : Mohammad Javad Zarif est arrivé dimanche 25 août à Biarritz, où se tient le G7, pour discuter avec son homologue français Jean-Yves le Drian des moyens de sortir de la crise sur le nucléaire iranien. Il a rencontré les représentants des deux autres pays européens - Allemagne et Royaume-Uni - signataires de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. Il n'a pas rencontré les Américains qui l'ont ignoré. La réalité est tragique. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil, les pays indsutrialisés qui continuent à vouloir coloniser par la force et les droits de l'l'homme des pays ayant des ressources n'ont pas d'état d'âme.
Notes
1.https://www.atlantico.fr/decryptage/3577956/g7-a-haut-risque—des-compromis-sont-ils-possibles-dans-le-monde-occidental-divise-de-donald-trump—jean-eric-branaa
2.Antoine Brunet https://www.atlantico.fr/decryptage/3578064/g7-la-chine-a-t-elle-reussi-a-diviser-les-occidentaux—antoine-brunet
3.https://www.atlantico.fr/decryptage/3342261/pourquoi-le-maillon-faible-allemand-pourrait-permettre-aux-etats-unis-de-gagner-une-guerre-commerciale-contre-l-europe
4.https://www.bvoltaire.fr/amazonie-notre-maison-brule-vraiment/?utm
5.Julien Da Sois -https://www.cnews.fr/monde/2019-08-26/ce-quil-faut-retenir-du-sommet-du-g7-biarritz-872690?elst_newsletter=20190826-18_872690
6.https://www.sudouest.fr/2019/08/22/-6468595-4583.php
*Professeur ,Ecole Polytechnique Alger


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.